08 septembre 2010

Islam : les musulmans pris en otages par leurs « leaders »

 

« La condamnation à mort par lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani, une Iranienne de 43 ans, n'émeut pas vraiment Hani Ramadan. » « Hafid Ouardiri, ancien porte-parole de la mosquée de Genève, déclare que 'les dirigeants musulmans doivent certes appliquer la charia - qui n'est pas une loi barbare comme certains veulent nous le faire croire.' » « Le directeur de la mosquée de Lausanne, Hajj Mouhammad Kaba, confirme qu'il s'agit «d'une tradition», mais que cette coutume est admissible dans la jurisprudence islamique. » (Le Matin du 7 septembre 2010).

 

Trois positions de « leaders » musulmans. Quel est l'avis du quidam musulman ?

 

Si le pape fait une déclaration, il y a souvent une vague de protestations de catholiques en Suisse. En revanche, les musulmans suisses, bien que majoritairement contre les avis de MM. Ramadan, Ouardiri et Kaba, n'osent pas s'exprimer publiquement.

 

Pour comprendre cette crainte, il suffit de se rappeler de l'écrivain Salman Rushdie et de la « fatwa » lancée contre lui, qui l'oblige à se cacher depuis 1988. Sans oublier tous les musulmans tués par leurs coreligionnaires lors des attentats suicides commis en Irak, Bali, Maroc et j'en passe. Je suis personnellement convaincu que la majorité des musulmans a voté l'interdiction de nouveaux minarets en Suisse pour se protéger eux-mêmes de l'avancée de l'islamisme rampant.

 

Faut-il dès lors limiter l'immigration musulmane pour protéger les musulmans déjà intégrés en Suisse ? Répondez au questionnaire de l'UDC jusqu'au 31 octobre 2010.

 

Pierre Scherb

www.pierrescherb.ch

 

09:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | | | |

Commentaires

Ma parole ...

Écrit par : musulman | 08 septembre 2010

Non seulement, ls musulmans sont pris au piège des prises de position de leurs leaders, mais également de l'abondante exposition de leur credo dans les medias.

Aujourd'hui, avec le battage médiatique autour du Ramadan, il est de fait quasi impossible pour un musulman de ne pas jeûner, tout du moins publiquement. Alors, impossible d'aller à la cantine. on mange son sandwich au toilettes. Impossible d'accepter une invitation à un événement où il risque d'y avoir un stand de nourriture et de boisson.

Bref, avec cette surexposition médiatique, si quelques leaders musulmans en tirent une audience dont ils jouissent, de nombreux anonymes subissent leur religion alors qu'ils auraient peut-être d'autres choix de vie personnels.

Écrit par : Raymond F | 08 septembre 2010

Il est évident que ces trois personnages tiennent un double langage. Un langage châtré destiné aux médias et un autre en tant que missionnaires visant avant tout, des âmes à conquérir. On peut aisément en faire la distinction en consultant les médias et en fréquentant leurs lieux de culte.
Je suis même persuadé qu'ils sont prisonniers de leurs dires, acculés qu'ils sont à paraître convenable devant les médias occidentaux et tenir un tout autre discours devant leurs ouailles.
Mais n'oublions pas que "nos" bon missionnaires chrétiens usent et abusent de la même méthode à travers la planète.

Écrit par : Benoît Marquis | 08 septembre 2010

Il ne me paraît pas correct d’inculper des «leaders». Le problème de la lapidation réside bien plutôt dans la logique interne de l’islam.

La première base légale, ou comportementale, de l’islam est le coran, lequel désigne le prophète comme un modèle à suivre. Dès lors, tout ce que le prophète est censé avoir fait, ordonné ou approuvé ne peut pas être interdit ou exclu. Ou tout au moins pas en se fondant sur des bases islamiques.

De sorte que plus la religion islamique est pratiquée, plus il y a de gens qui connaissent lesdites bases légales (car les musulmans, partout dans le monde, lisent d’abord et surtout le coran, les hadiths, la sira, les tafsirs, … et pas les livres de Ramadan) et qui souhaitent les voir appliquées, car être musulman, c’est croire que tout cela est bon. Lapidation comprise.

Ainsi, à partir d’une certaine dose, il n’y a pas d’islam sans lapidation. Et il en restera ainsi aussi longtemps qu’un grand nombre de gens voudront prêter foi, sincèrement ou pas, à cette fable.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 08 septembre 2010

Vous vous prétendez démocrate alors que vous censurer les commentaires qui ne vous plaisent pas et qui ne sont meme pas insultant? Vive la liberté d'expression dans un seul sens : Le vôtre!

Écrit par : musulman | 08 septembre 2010

Comme je pensais, vous n'avez pas écrit un message concernant le 40ème anniversaire des détournements d'avions, dont le vol Zurich-New-York de Swissair, sur Zarka par les terroristes Habache, Arafat et leurs sbires ! Quel ingratitude pour André Rochat qui a sauvé, à lui seul, la totalité des passagers et des membres d'équipages qui devaient exploser dans ces avions pour le plus grand plaisir des musulmans ! Cela se passait le 6 septembre 1970.

Écrit par : octave vairgebel | 08 septembre 2010

...

messieurs ... montrez nous les versets qui parles de lapidations dans le coran !
... aurait vous le courage de parler de Martin Schlaff

Écrit par : QUEL HONTE | 08 septembre 2010

@ octave vairgebel

Je vous remercie de votre message, par lequel vous avez rappelé cet événement, trop peu connu du public d'aujourd'hui.

Meilleures salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 08 septembre 2010

@ QUEL HONTE

Je suis désolé de votre nom. Pourquoi ne pas une fois parler de Martin Schlaff, cet entrepreneur autrichien que je ne connaissais pas encore?

Meilleures salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 08 septembre 2010

et n'oubliez pas de penser un peu aux enfants D'Oradour,ce massacre a aussi tendance à passer trop souvent à la trappe,des innocents brulés vifs et qui n'avaient rien fait exceptés de naître à une époque qui ne leur porterait pas chance
amitiés scoutes

Écrit par : lovsmeralda | 08 septembre 2010

@ Lovsmeralda

Je vous remercie de votre message et de nous avoir rappelé ce massacre (perpétré par des chrétiens, je suppose). Pour ma part, je préfère me tourner vers des sujets plus gais, dans la mesure du possible.

Meilleures salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 08 septembre 2010

Mon inquiétude sur l'avenir de mon pays s'aggrave ...

Écrit par : foindebalivernes | 08 septembre 2010

"montrez nous les versets qui parles de lapidations dans le coran !"

Le coran prévoit une punition pour la femme infidèle (fornicatrice) à deux endroits: au chapitre 4, il est prévu de l'enfermer chez elle jusqu'à la mort (une punition abrogée par des récits ultérieurs) et au chapitre 24 de lui faire subir 100 coups de fouet (à elle et au fornicateur).

La lapidation est mentionnée dans un verset du coran rapporté par un compagnon du prophète (Omar) mais absent du coran actuel ainsi que par plus d'une douzaine de hadith figurant dans la collection la plus respectée de l'islam, le "sahih bukhari", censé réunir les anecdotes de la vie du prophète les mieux authentifiées.

Les différentes écoles juridiques islamiques ont décortiqué ces précieux textes pour déterminer lesquels des fornicateurs/trices doivent être fouettés et lesquels doivent être lapidés, en accord avec l’exemple du doux prophète Mahomet.

Elles s’accordent sur certains points et divergent sur d’autres. Ainsi, doivent être lapidés des fornicateurs/trices libres (pas des esclaves), adultes, musulmans (sauf chez les chafiites, pour qui un/e dhimmi peut aussi être lapidé) et avoir consommé un mariage officiel (écoles sunnites) ou être en position de le faire (école chiite). Toutes les écoles sunnites s’accordent à dire qu’il y a fornication lors de pénétration vaginale, mais les hanbalites et les chiites y ajoutent la pénétration anale. Et seuls les chiites fouettent aussi pour des actes sexuels sans pénétration.

Pour la plupart des écoles, les rapports homosexuels (avec pénétration) sont équivalents aux rapports hétérosexuels, mais elles divergent fortement, également au sein des écoles, en ce qui concerne les punitions. Cela va de la mort (lapidation, décapitation au sabre, projection d’une grande hauteur, brûlé vif) à une peine discrétionnaire en passant par le fouet et le bannissement.

Encore un détail: toutes les écoles admettent qu’une femme violée n’est pas punissable pour fornication. Mais une femme qui se plaint de viol et qui désigne le coupable doit prouver le fait. Si elle n’y parvient pas, ses déclarations peuvent être assimilées à un aveu de fornication. En principe, un tel aveu ne suffit toutefois pas à motiver une lapidation (il faut pour cela quatre aveux officialisés pour les hanafites et les hanbalites): elle risque alors le fouet pour fornication (100 coups) et pour faux témoignage (80 coups).

Sources:
Le Coran, Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh (L’Aire)
Sahih Bukhari, traduction anglaise de l’Université de Californie du Sud (en ligne)
Crime and Punishment in Islamic Law, Rudolph Peters (Cambridge University Press)

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 08 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.