03 octobre 2010

Faut-il combattre l'islam ? (2)

 

La religion tue. C'est le titre du chapitre 2 du livre « dieu n'est pas Grand » de Christopher Hitchens. Selon son éditeur, « Christopher Hitchens nous livre un pamphlet intelligent et incisif, un brûlant plaidoyer pour un nouvel humanisme des Lumières. Que l'on soit fidèle croyant, fervent athée ou indécis, cet ouvrage soulève le débat et fait souffler un vent de liberté de pensée et de paroles ».

 

Après la lecture du deuxième chapitre, on serait tenté de répondre affirmativement à cette question, en ajoutant qu'il fallait aussi interdire toutes les autres religions en même temps. En se limitant à la seule lettre B, l'auteur fournit une multitude d'endroits où des massacres ont eu lieu au nom de la religion. Voyons. Belfast (chrétiens), Beyrouth (Pierre Gemayel, chrétien et le Hezbollah, musulman, qui signifie « Parti de Dieu »), Bombay (hindous), Belgrade (chrétiens catholiques et orthodoxes), Bethléem (musulmans), Bagdad (musulmans).

 

M. Christopher Hitchens cite encore le cas de Salman Rushdie, menacé de mort à cause d'une « Fatwa » (appel à l'assassinat) de l'ayatollah Khomeiny, le chef théocratique d'un Etat étranger et dont plusieurs personnes de son entourage ont déjà été blessées ou tuées. « Le Vatican, l'archevêque de Canterbury et le principal rabbin séfarade d'Israël, ont tous pris parti en faveur de... l'ayatollah » (citation du livre).

 

Pierre Scherb

 

Lien vers mon site en cliquant ici.

 

11:52 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : christopher hitchens, politique |  Facebook | | | |

Commentaires

Hm. Une approche sérieuse consisterait, au strict minimum, à observer les motifs de ces massacres: résultent-ils simplement de conflits entre fidèles de religions différentes, ou sont-ils directement inspirés, voire dictés, par le credo des religions respectives? Et à les comparer à d’autres massacres connus de nature non religieuse (on pense notamment au Rwanda) puis à tenter d’établir ainsi si la pratique des religions observées aggrave ou au contraire réduit la fréquence et l’ampleur des massacres (et autres crimes)?

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 03 octobre 2010

Vous n'allez pas faire plaisir à MF de meuron, elle qui tolère que l'on dise du bien des dirigeants d'Iran, mais qui ne tolère pas la contradiction sur son blog puisqu'elle "découpe" ce qui ne lui plait pas, redant les commentaires inadaptés pour une bonne critique!

Écrit par : NOËL pierre | 03 octobre 2010

En Europe, plusieurs religions se côtoient et dans ce côtoiement ont trouvés leurs limites, avez-vous entendu parler de problème avec des Hindouistes ?
Avec des Bouddhistes ?
Quelles sont les représentants de religions ayant prodigués des discours enfreignant l'ordre public, mis à part les musulmans et les catholiques ?
Personne, nous assistons dans un cas, à des appels au meurtre et de l'autre à une forme de refus de soumission pénales face à des actes pédophiles et à des déclarations négationnistes, pour ne citer que des cas courants !
Donc, nous nous confrontons à la même forme de belligérance que lors de siècles de croisades, un retour sur des positions rétrogrades et obsolètes !
Sans vouloir arbitrer les cas de ses "hors la loi" je dirais qu'une consternante surenchère est de plus en plus de mise et les états républicains doivent absolument échappés à ces dictats surréalistes.
Maintenant, la question est : Qui va le plus pâtir d'une relève politique brune. Certainement pas les islamistes sur lequel se reposent indissociablement les futurs candidats à la dictature de nos états démocrates ! Venir remettre de l'ordre où la lâcheté était de mise n'est pas une tâche à confier à n'importe qui !
Pierre, vous savez bien qui seront les futures victimes d'un tel remaniement ! Car lorsque vous vous attaquez "aux religions" pourquoi ne pas nommer celles qui posent problème dans son ensemble, il me semble que derrière la façade de l'islam vous cachez ou abritez certains de vos alliés peu en clin de ne pas faire d'amalgames moins nobles !
Les théories simplistes et manquant de précisions dans leurs énoncés peuvent êtres récupérée et mises à n'importe qu'elle sauce !
Quand vous vous en prenez à l'Islam en général, prenez-vous en compte les clients de nos banques ayant provoqués les situations auxquelles nous nous confrontons, non, vous vous en prenez aux petits arabes ayant fuis des dictatures ayant leurs comptes en Suisse !
Alors sachons, si nous voulons nous attaquer aux cause ou aux conséquences !
Dans le cas, ce qui est le cas, où vous ne vous en prenez qu'aux extrémismes, également monitorées par les même dictateurs ayant créés leurs "propres" mouvements d'oppositions, comme nous l'avons constaté avec l'Algérie, dont le n° 1 du GIA- FLN dirige ses opérations et comptes en banques depuis Meyrin sans qu'aucun de votre parti politique ne relève les contradictions et que vous vous en prenez aux survivant de ces massacres organisés moitié par le gouvernement algérien moitié par le GIA ayant son siège à Meyrin, vous ne faite pas preuve de neutralité helvétique !
Alors parlons-en de l'Islam avec des comptes à numéros !

Écrit par : Corto | 03 octobre 2010

Faut-il combattre l'islam ? (2) ayant des milliers de milliards en Suisse

Écrit par : Corto | 03 octobre 2010

Alors, ne prenez pas de trop haut les islamistes des pays musulmans, vos banques et vos multi-nationales sont derrières, les sauvageries voyantes auxquelles nous assistons ne sont que les fruits d'une politique crasse !

Au fait savez-vous pourquoi et qui menace l'Europe d'attaques terroristes !
Les Afghans et les Pakistanais comme veulent nous le faire croire les médias français, que non, ce sont les syriens, le hezbollah avec le soutien de l'Iran, pour des affaires libanaise, justement devant une cours du justice devant entendre des témoins, parmi lesquelles, pas des moindres ; l'ancien responsable des services secrets syrien, avec des preuves si gênantes qu'il se planque dans des iles à l'autre bout du monde !

Dans ses valises, il y a aussi des tas de documents mettant en cause le rôle de la Suisse dans le pillage du Liban et des ses banques dans les années 75-80, tout cet argent dont une bonne partie sont encore dans des comptes au nom de la famille El Assad et autres complices, dont des banquiers suisses, dont certains, anciens membres du conseil fédéral !

Alors ne faite pas trop de bruit, car l'affaire Kadhafi, n'était qu'un avant goût de cette sale habitude de piller des pays avec des méthodes proches de celles des nazis !

Écrit par : Corto | 05 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.