11 octobre 2010

Il faut battre sa femme si elle n'obéit pas (Ne le faites surtout pas !)

 

En citant ce verset du coran, Sabatina James (un pseudonyme) explique les raisons qui ont fait qu'elle s'est convertie au christianisme (http://musulman.romandie.com).

 

Elle, une femme pakistanaise ayant grandi auprès de son père mollah et sa famille en Autriche, vit actuellement cachée dans ce pays, menacée de mort par ceux qui ne veulent pas l'entendre dire : « L'islam opprime les femmes ; cette religion doit se réformer ». Elle raconte son vécu dans un livre intitulé « Mourir pour vivre à nouveau ».

 

Faut-il ajouter que l'apostasie (renoncement à faire partie d'une religion) est également digne de mort pour les musulmans ?

 

Pierre Scherb

 

Lien vers mon site en cliquant ici.

 

11:52 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : politique |  Facebook | | | |

Commentaires

Et l'udc a soutenu une initiative ridicule sur les minarets au lieu de faire interdire le voile dans notre pays !

Écrit par : Corto | 11 octobre 2010

... et surtout si elle ne sait pas pourquoi, battez-la car vous, vous le savez ... c'est dire ... Cette femme pakistanaise mérite tout le soutien possible. Plusieurs femmes le disent mais certains provenant de la même culture préfèrent accuser les Occidentaux d'intolérants ignorants qui n'ont rien compris et qui veulent dans leur tremens delirium imposer leurs valeurs prétendant qu'elles sont universelles. On se demande quelle grille lecture ils utilisent pour renverser l'ordre des choses pareillement!

Écrit par : Micheline | 11 octobre 2010

"Bas ta femme tous les jours. Si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait..."
J'ai lu cette phrase souvent sur les murs de bistrots ou de carnotzets dans le très catholique Valais. Il parait que c'est de l'humour. Et je n'ai jamais vu ou entendu personne s'en offusquer.

Écrit par : Lulu | 11 octobre 2010

Et si vous la lisiez dans la constitution fédérale?

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 11 octobre 2010

@Lulu,
Mais oui, effectivement, je me souviens lors de voyages d'études au Moyen Orient, les hommes rigolaient entre eux en catimini SVP, en disant:"Bas ta femme tous les jours, et elle t'obéira", mais en fait, ils veulent dire dans un language détourné à l'oriental:"Bas ta femme tous les jours, et elle te fera l'amour..."!! Mais nous les européens, nous prenons les choses à la lettre et au mot! C'est clair que je ne soutiens pas du tout le fait de battre sa femme, son enfant ou qui que ce soit, je voulais tout simplement vous expliquez un peu certaines expressions orientales qui signifient totalement le contraire de ce qui est écrit ou dit, par simple pudeur ou respect pour les femmes, bizarre non... mais c'est comme ça...!
Esmé

Écrit par : Esméralda | 13 octobre 2010

Il ne s'agit pas d'une "expression", mais du verset 34 du chapitre 4 de la principale source de loi de la civilisation islamique, une chose dont nous savons qu'il est extrêmement mal vu de se gausser. Le verset commence par ces termes: "Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs bien."

À cause de ce verset, d'innombrables musulmans ont frappé et continuent de frapper leur(s) épouse(s) avec la certitude de plaire à dieu. C'est comme ça.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 13 octobre 2010

Alors que la pression terroriste s’accroit sur l’Europe en général et sur la France en particulier, depuis le mois de septembre, avec notamment plusieurs fausses alertes à la bombe enregistrées à Paris, l’ancien agent des renseignements syrien, Mohammed Zouhair Al-Seddik, affirme que ce terrorisme est manipulé et commandité par Damas.

Al-Seddik, accusé par le régime syrien d’être un faux témoin dans l’assassinat de Rafic Hariri, est poursuivi par Damas. Il s’est réfugié pendant plusieurs mois en France, où il affirme avoir échappé à plusieurs tentatives d’assassinat menées, selon lui par, son ancien employeur. Il a quitté la France pour disparaitre pendant de longs mois, avant de refaire surface aux Emirats arabes unis. Il serait actuellement en Australie, en attendant de témoigner devant le Tribunal international pour le Liban.

Al-Seddik affirme « détenir les preuves de la culpabilité de la Syrie et du Hezbollah dans l’assassinat de Hariri », en février 2005, et à ce titre, il vient de faire l’objet d’un « mandat d’arrêt » délivré par la justice syrienne, le 03 octobre 2010. Damas poursuit en effet 33 personnes, dont 26 Libanais parmi lesquels figurent des députés et anciens députés, des journalistes, des officiers et des juges, ainsi que des proches conseillers du Premier ministre Saad Hariri. Figurent également sur la liste le magistrat allemand Detlev Mehlis, deux journalistes koweïtiens et l’ancien ambassadeur du Liban en France, Johny Abdo...

En riposte, Mohammed Zouhair Al-Seddik réagit en affirmant vouloir porter plainte devant les justices belge et américaine contre « le président syrien Bachar Al-Assad, son vice-président Farouk Chareh, ainsi que plusieurs officiers syriens et libanais ». Il profite d’une interview accordée ce lundi 04 octobre au site libanais « Beirut Observer » pour enfoncer le clou et « accuser l’axe syro-irano-hezbollahi d’être à l’origine des menaces terroristes en Europe ».

A ce stade, l’hypothèse développée par Al-Seddik semble peu probable. Mais, à y regarder de plus près, il devient aisé de conclure que rien n’empêche l’Iran, la Syrie et le Hezbollah, menacés par la justice internationale, d’exploiter le réseau Al-Qaïda, au du moins son nom devenu un « label », pour menacer l’Europe et la contraindre à abandonner le Tribunal spécial pour le Liban. D’autant plus que Téhéran et Damas ont longtemps manipulé les islamistes d’Al-Qaïda, fussent-ils Sunnites, pour déstabiliser l’Irak (où 90% des kamikazes transitaient par le territoire syrien), le Yémen et l’Arabie saoudite. La République islamique d’Iran a également soutenu, armé et financé les Taliban en Afghanistan pour empêcher les Américains de stabiliser le pays. Les Gardiens de la Révolution ont également hébergé et protégé plusieurs membres de la famille Ben Laden depuis leur fuite de Tora Bora.

Ce scénario devient de plus en plus plausible à la lecture de l’évolution des relations entre Damas et Téhéran et des déclarations des présidents Ahmadinedjad et Assad, réunis à Téhéran samedi 2 octobre, ainsi que des propos du Guide de la révolution, l’Ayatollah Khamenaï. Les trois dirigeants ont confirmé le renforcement de leur alliance et insisté sur leur détermination à poursuivre la politique de « résistance ». De ce fait, ils n’entendent rien céder devant la justice. Et à défaut de bloquer le Tribunal international par des voies légales, ils pourraient chercher à terroriser l’Occident, directement (pression sur la FINUL) ou indirectement (par Al-Qaïda) pour lui arracher de nouvelles concessions, après avoir extorqué les monarchies du Golfe.

En effet, pour « acheter la paix » avec les rebelles d’Al-Houthi, actifs dans le nord du Yémen et soutenus par l’Iran, l’Arabie saoudite a cédé à la Syrie en exerçant des pressions sur ses alliés libanais (les souverainistes)et fait des concessions à Damas tant politiques qu’économiques. En contrepartie, Riyad comptait sur un soutien syrien au candidat Allawi en Irak, face à Al-Maliki, soutenu par Téhéran. Les Saoudiens espéraient également que Damas prenne ses distances avec Téhéran. Mais fidèle à ses traditions, le régime syrien a engrangé les bénéfices sans rien céder, ni au Liban, ni en Irak. Aujourd’hui, il va encore plus loin en exerçant le chantage au terrorisme sur l’Europe et plus particulièrement sur la France. Une façon bien syrienne de remercier Nicolas Sarkozy, qui avait brisé l’isolement de la Syrie et invité Assad au défilé du 14 juillet 2008.

Pour mieux comprendre la politique syro-iranienne, il convient de relire notre éditorial du 22 septembre 2009 : Comment éviter une défaite militaire occidentale en Afghanistan, en Irak, et dans toute la région ?

Écrit par : Corto | 14 octobre 2010

msnbc.msn.com/id/39718046/ns/world_news-mideastn_africa/

A man can beat his wife and kids as long as he leaves no physical marks, the United Arab Emirates' highest court has found.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 18 octobre 2010

Ce qui m'interpelle dans la bonne pensée chrétienne que vous représentez, c'est tout ce déballage sur l'Islam. Nous n'avons pas besoin de nous cacher, ce que traverse l'Islam depuis quelques décennies n'est un secret pour personne. Mais il faut tenir compte que cette culture a rayonné pendant des siècles alors qu'en Europe, pratiquement personne ne savait ni compter ni écrire, des siècles et des siècles de misères, de famines, d'épidémies causées principalement à cause des féaux précédents, la torture, les inquisitions sans fins, les bûchers, les injustices sociales, finalement les musulmans, me serait-ils pas en train de prendre le relais à l'occident ?

Écrit par : Corto | 19 octobre 2010

Faut-il vraiment croire qu’il fut un temps où frapper ses épouses faisait rayonner la civilisation alentour?

Ce qui a rayonné, dans l’islam, n’a jamais été islamique. Les réussites de la civilisation islamique ne sont dues qu’à ce qui, en son sein, ne respectait justement pas ses préceptes. Tout ce que nous pouvons trouver respectable dans l’islam est apparu en dépit de cette religion, malgré elle, et jamais grâce à elle.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 19 octobre 2010

Peut être, mais en occident, ça n'était pas tout brillant ! et l'on peut dire exactement la même chose vis-à-vis de l'église, sauf qu'elle a fait surement 1000 fois plus de victimes !

Écrit par : Corto | 19 octobre 2010

Admettons. Et alors?

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 19 octobre 2010

http://www.romandie.com/ats/news/101020100037.7i4i3ygl.asp

---
Dans un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi, HRW, basé à New York, a estimé que la récente décision de la Cour suprême émiratie d'autoriser la violence domestique était "une preuve que les autorités considèrent l'usage de la violence à l'égard des femmes et des enfants comme acceptable".

La Cour suprême des Emirats arabes unis a estimé dimanche qu'un homme pouvait battre sa femme ou ses enfants mineurs dès lors qu'il ne laissait pas de trace physique, avait rapporté lundi un journal local.

"Bien que la (loi) permette au mari d'exercer son droit (à la punition, selon la charia), il doit respecter les limites de ce droit", avait écrit le président de la Cour dans son arrêt, selon le journal.
---

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 20 octobre 2010

au lieu de vous debattre sur un verse pk pas pas comprendre le verser d abord et pk pas continuer de lire les autres verses du meme sourat pour bien comprendre le sens du mot frapper et plus encore pk pas lire tt le coran pour coir ce k il y a d autres comme l explication scientifik de tt ce ki a ete decouvert ke recement et ke personne au par avant n aurait pu le comprendre comme par exemple les detail de l evolution du fetus ds le ventre de sa maman mais n essayer pas difigurer un visage ki est deja beau de l interieur
...

Écrit par : riad | 28 février 2013

Les commentaires sont fermés.