13 octobre 2010

Qui ne dit mot consent

 

N'ayant pas pu répondre immédiatement à un message d'un lecteur, il me répond que j'acceptais probablement ses allégations. Il fait apparemment allusion au proverbe « Qui ne dit mot consent ».

 

Le site L'internaute explique cette maxime de la manière suivante : « Quelqu'un qui ne se manifeste pas, qui reste silencieux face à une décision ou à une parole donne implicitement son accord. Il ne peut nier par la suite cette adhésion. »

 

Cette idée aurait été énoncée pour la première fois par un pape en latin « qui tacet consentire videtur ». Visiblement, elle ne peut être utilisée que lorsqu'il y a obligation de répondre. Or, un commentateur sur un blog ne peut pas s'attendre à recevoir une réponse (il y a des blogs avec plusieurs centaines de messages par note). La conclusion que le lecteur a tiré du manque de réponse est donc fausse, car "Qui ne dit mot consent" n'est pas applicable en l'occurence.

 

Khalid Kandouci d'Oujda au Maroc ajoute (sur le site L'internaute) que « un sot qui ne dit mot ne se distingue pas d'un savant qui se tait ». Sur quoi je m'arrête, à vous d'en tirer les conclusions.

 

Pierre Scherb

 

Lien vers mon site pour un conseil juridique

 

11:30 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique |  Facebook | | | |

Commentaires

Certains par goût du pouvoir font leurs propres règles en croyant que l'autre n'a qu'à s'y souscrire ... il est juste de ne pas jouer dans leur sens, une manière de ne pas se laisser manipuler. Personnellement, j'aurais adopté la même attitude devant une mauvaise foi si évidente.

Belle journée à vous!

Écrit par : Micheline | 13 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.