28 octobre 2010

Juriste ou avocat pour un conseil juridique ?

 

Un lecteur me demande pourquoi quelqu'un devrait s'adresser à un juriste chez qui il ne pourrait pas bénéficier du secret d'avocat ?

 

Si le but de cette personne est d'avouer quelques crimes sordides pour lesquelles il souhaite être défendu, il a effectivement intérêt de s'adresser à un avocat, qui, seul, échappe à l'obligation de témoigner contre son client dans une procédure pénale contre ce dernier.

 

En revanche, si le client, particulier, patron de PME ou multinationale, souhaite mieux comprendre les méandres juridiques pour mener à bien son affaire, le juriste peut tout aussi bien le renseigner. Le secret des affaires protège bien entendu son client de toute divulgation des secrets révélés.

 

Est-il tout de même préférable de confier ses affaires à un avocat plutôt qu'à un juriste ? En aucune manière, car l'avocat qui conseille par exemple une entreprise dans sa manière de gérer son affaire ne peut pas non plus opposer son secret professionnel à une éventuelle poursuite pénale résultant de ladite gestion.

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact ou pour un conseil juridique, etc. : www.pierrescherb.ch

 

10:58 Publié dans Droit civil | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

Commentaires

Les blogs de la Tribune ont-ils vraiment pour but de permettre à leurs auteurs de se faire de la publicité professionnelle?
Il me semble que non et qu'il s'agit là d'un dérapage que le médiateur ne doit pas laisser passer!

Écrit par : mirkanova | 28 octobre 2010

@ mirkanova
Vous n'avez rien d'autre à dire? En quoi cela vous gêne? En plus savez-vous ce que c'est que de la publicité? Regardez sur le site de la Tribune, il y en a. Alors trouvez votre erreur que de s'acharner sur un blog qui ne fait que vous informer gratuitement. Tout détenteur de blog est libre de faire sa présentation ou pas et d'écrire sur ses activités professionnelles, politiques etc...ou pas.Il n'y a pas de thème reservé. A moins que vous ne manifestiez une mauvaise foi.Votre amalgame volontaire est un harcèlement et une mauvaise foi caractérisée et se cacher derrière des pseudonymes pour faire passer vos messages ne sert à rien. Soyez audacieux et présentez vous sans porter atteinte à la liberté d'écrire des personnes physiques sur ce qu'il veulent écrire.

Écrit par : jean | 28 octobre 2010

1. "Si le but de cette personne est d'avouer quelques crimes sordides pour lesquelles il souhaite être défendu."

Ma foi le particulier peut préférer le secret professionnel en cas de différent avec sa femme de ménage, le service des contraventions (stationnement interdit sordide) ou tout autre affaire de voisinage. De même pour les litiges en matière d'habitation ou d'accident de voiture.


2. "Le secret des affaires protège bien entendu son client de toute divulgation des secrets révélés."

Ah bon. Quelques précisions sont nécessaires. Quel est le fondement juridique de cette protection et qu'elles en sont les sanctions ?


3. "Est-il tout de même préférable de confier ses affaires à un avocat plutôt qu'à un juriste ? En aucune manière, car l'avocat qui conseille par exemple une entreprise dans sa manière de gérer son affaire ne peut pas non plus opposer son secret professionnel à une éventuelle poursuite pénale résultant de ladite gestion."

Pas d'accord. Tant que l'avocat reste dans la sphère traditionnelle de son activité, dont font partie les conseils bien évidemment ,il est tenu au secret professionnel. C'est seulement lorsqu'il va au delà du conseil et qu'il s'implique dans la gestion en devenant, par exemple, administrateur ou administrateur de fait qu'il ne peut plus invoquer le secret professionnel.

Écrit par : CEDH | 28 octobre 2010

J'aimerais aussi ajouter qu'il y a d'autres critères à prendre en compte :

- La disponibilité

- La compétence

- Les coûts

A chacun de choisir ce qui lui convient.

Écrit par : CEDH | 28 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.