20 novembre 2010

Bernard Rappaz : le silence avant la tempête

 

La décision du Grand conseil valaisan est tombée : Bernard Rappaz ne sera pas gracié, en tout cas pas tout de suite, pas sans avoir exprimé le moindre regret de ses actes. D'aucuns se sont déjà tournés vers d'autres occupations. Pourquoi attirer l'attention sur ce monsieur qui, décidément, ne la mérite pas ? Mais tel est la loi des médias : les lecteurs et spectateurs sont souvent plus attirés par le mal que par le bien. Certains se rappellent encore de l'ennui propagé par les journaux du bloc de l'Est. Qui s'intéressait vraiment au record de production et autres meilleurs ouvriers rapportés ? Il suffit d'écrire, en revanche, scandale ou catastrophe pour être sûr d'une bonne audience.

 

Revenons donc à Bernard Rappaz. Quel sera la prochaine nouvelle : « Victime de son propre aveuglement décédée » ou plutôt « Rappaz agit héroïquement en interrompant sa grève de la faim » ?

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

11:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook | | | |

Commentaires

Quelques mots sur Bernard Rappaz
Je n'ai ni de haine, ni d'admiration pour Bernard Rappaz; mais plutôt de la compassion. On ne peut humainement se réjouir de sa mort par sa grève de la faim. Mais c'est son choix le plus légitime, d'avoir recouru à cette extrémité.

Bien que je suis plutôt un abolitionniste de l'interdiction de la consommation des drogues; ce marché, reste néanmoins interdit par la loi. Mais Rappaz connaissait très bien, de ce qu'il pouvait faire ou non dans le commerce du chanvre. Il était en première ligne pour savoir sur ce que dit le code pénal, en matière de produits stupéfiants illicites. Il s'est fait prendre; il fut jugé et condamné à 5 ans de prison ferme pour commerce illicite de stupéfiant. Donc il n'est pas victime de qui que ce soit. Si ce n'est que de lui-même.

Personnellement, Rappaz à mal joué son coup. En prenant 5 ans, il en aurait certainement à peine fait la moitié. Autant dire qu'il serait bientôt, si ce n'est déjà libre. Mais certainement que pour son côté anarcho-libertaire, il n'est pas question par principe de vivre enfermé aux crochets de l'état.

D.J

19:34 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (8) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note

TRACKBACKS
Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/trackback/67793

COMMENTAIRES
La justice valaisanne continue de protéger ces prêtres pédophiles, plus d'une centaine de prêtres dénoncés suite à des plaintes, pas une seule inculpation, alors il faut bien s'en prendre aux "sorcières" !

Voilà ce qu'est le valais, un complot catholico-PDC, sans le c, qui se prosterne devant des violeurs de gamins, je connais 5 valaisans ayant été violés dans leurs petite enfance, en retour des menaces de la police valaisanne !

Dans ce canton où ils enculent les enfants, les forcent à faire des fellations dans les cures payées par l'état valaisan, on s'en prend aux gueux !

D'un coté du lac certains monstres protègent les dictateurs, de l'autre, ils enculent des petits gamins et vous vous parler de justice ?

Ecrit par : Corto | 19.11.2010

Tout d'abord Merci Corto! Triste vérité....

Maintenant STOP! Il faut un peu arréter avec les conneries... Bernard Rappaz a planté et vendu du chanvre avec autorisations fédérales, au vu et au su de tout le monde... et en payant TVA et impots sur sa production!!!
Donc logiquement... Qui est le second à s'être fait du fric sur les plantations de chanvre de Bernard Rappaz? L'Etat du Valais!!! Le Valais a tiré de gros bénéfices des plantations de Bernard Rappaz... autant en impots... en TVA... qu'en amendes et mises en faillite!!! Faut arréter de prendre les "enfants du bon dieu" pour des canards sauvages... et enfin regarder la réalité en face! Bernard Rappaz n'est qu'un pretexte... au même titre qu'on brule le bonhomme hiver au carnaval!!!
En Valais? Il vaut mieux être chef de la gendarmerie et accessoirement pédophile... que chanvrier!!! Un chavrier? 5 ans de prison! Un ex chef de gendarmerie pédophile? 400 heures de TIG!!! Cherchez l'erreur!!! Mais surtout... et par pitié! Cessez de lyncher virtuellement Bernard Rappaz!!!

Ecrit par : Marie | 19.11.2010

j-p garbade le pédophile protégé de zapelli et la tdg !

TDg complice de la pédophilie genevoise !

Ecrit par : Corto | 19.11.2010

Plus le temps s'affranchi et les masques tombent, la Suisse qui accueille l'onu se tait face aux balles réelles tirées sur la population haïtienne, face à l'empoisonnement au choléra organisé par cette ong à coups de milliards, des milliards coutumiers de ces banques systématiquement à l'origine de cette corruption devenue indissociable de tout ce qui touche de près ou de loin cette Suisse de plus en plus hideuse où l'air y devient de irrespirable, ces larbins des "médias corrompus" avec leurs sujets hors sujets, pas une seule explication sur la déchéance orchestrée par les ong basées en Suisse en réseau avec les banques, où sont passés les milliards récoltés suite au tremblement de terre d'Haïti, dans les latrines cholériques de l'onu basée à Genève ?

Concernant Rappaz, sur 140 députés, à peine 13 ont voté pour une relaxe, mais de grâce, arrêtons de parler de mafia sicilienne, à l'époque où un certain adolph, non pas celui là, l'autre, celui que ses parents on appelé adolph après l'adolph du pays voisin, je parle d'ogi, était en charge des transports, une requête internationale sur une enquête de trafique de drogue dures avait finit dans les poubelles du ministère publique, une requête sur des wagons ayant traversés l'autriche pour venir s'échouer en Suisse, encore une fois dans des coffres, voilà comment notre pays protège les vrais coupables en matière de trafics de drogues, en les maintenant au pouvoir, un dossier de la DEA est disponible sur Wikileeks et aucun journal suisse n'en souffle mot ! Mais faut-il encore avec ces révélations maintenir Rappaz dans cet état piteux, à l'heure où le valais accueille adolph avec fanfare et déguisements colorés, Rappaz ne devrait-il pas céder sa place à ce criminel reconnut par toutes les polices de la planète ?

Ecrit par : Corto | 20.11.2010

Depuis longtemps j'assiste aux mensonges de cette "presse" clébarde au service des voyous et mafieux, je me rappel d'une affaire lausannoise en 82, suite à une manif de lôzane bouge, une gamine de 17 ans avait prit un sérieux coup de matraque alors qu'elle était à terre, un flic s'était acharné sur cette gosse comme le font d'autres protégés du système dans les cures des églises catholiques, mais cette fois avec une matraque, cette gamine était repartie en ambulance, le visage ensanglanté et les yeux ouverts et immobiles.

Je ne sais pas ce qui à fait pourquoi j'ai agit de la sorte, c'était dicté par autre chose que le mental, je suis rentré chez moi et je me suis changé, costard-cravate et départ vers la tour, ou plutôt le silo à menteurs sis rue de la gare, je me planque non loin de l'esplanade de cet édifice dominant et avec surprise, je vois notre chef de la police entrer dans le bâtit de 11 étages, je le connaissait bien ce bougre socialiste, c'était Jean-Daniel Cruchaud, un bon bougre. Je me dis que si il est venu aussi rapidement sur place, c'est qu'il y a été convoqué de toute urgence.
Je me faufile dans la petite foule qui parle à voix basse, je pénètre dans la grande maison à peine gardée (à l'époque), en passant je demande à la demoiselle de l'accueil de me confirmer si mon patron, mr. Cruchaud est déjà arrivé, elle me le confirme, je lui demande à quel étage, elle me répond, au 11eme, je le demande" dans le bureau du directeur, elle ne sait pas ! Jean-Pierre Chuard est présent dans la réception du 11ème, je fais semblant d'être affairé, je pose ma "sacoche" (accessoire indispensable" pour passer pour un journaliste "sérieux", d'ailleurs encore aujourd'hui, il y en a qui ne se sont toujours pas séparé de ce déguisement obsolète, et je me saisi de la photocopieuse juste dans l'entrefaite des propos raillés dans le bureau ministériel du red.

Donc,

La très jeune fille est arrivée morte à l'hôpital
Ces parents sont de modestes ouvrier de la zone de Renens
La commune prend en charge tous les frais d'obsèques
Le père sera promu comme fonctionnaire dans une équipe de maintenance des installations municipales avec un salaire doubé
Elle ne faisait pas partie de la manif de lôzane-bouge, elle se rendait à un rendez-vous avec une copine à elle
Silence absolu sur cette affaire dans les médias et l'hôpital a l'interdiction de communiquer sur ce dossier, le directeur est présent dans le bureau !

Voilà ce que la presse suisse fait lorsque la police tue une innocente de 17 ans ! en 1982

Ecrit par : Corto | 20.11.2010

Louis Demartin, sujet qui fâche les rédacteurs de la tsg, eh oui, ils ne font jamais leur boulot, ils sont payés pour ça, ces voyous !

Donc Louis Demartin, le plus gros trafiquant de dopes jamais inégalé à Genève, et pourtant c'était le chef des stups pendant des lustres, indéboulonnable l'assassin de Barschel dans une chambre du Beau-Rivage, le seul problème c'est que Corto était à la 311, qu'il a entendu crier Barshel, qu'il a vu Demartin, entrer et sortir de la chambre afin de vérifier si personne n'a été alarmé, de plus Corto possède 3 photos de Demartin dans le couloir du 3ème étage à coté de la porte ouverte ou le meurtre venait d'être fait !

Mais tout ça n'intéresse pas la police ! Pour cause, ce sont eux qui ont buté Barshel sur demande d'une banque dans une affaire d'armes vendues par Demartin et ses camarades !

Ecrit par : Corto | 20.11.2010

Aussi, après avoir entièrement photographier la correspondance de Cécile B. à sa prof. de poterie à Champs d'Olon, il y a deux détails qui ne colle pas du tout avec la version officielle de l'enquête !

Il faut dire que cette correspondance n'était pas filtrée par "l'autorité" mafieuse de zappelli, puisque les courriers étaient remis de main à main !

mais c'est une autres histoire !

Ecrit par : Corto | 20.11.2010

Tu vois Bernard, tes geôliers sont bien plus des caïds que toi !
Ton défaut c'est de faire dans le petit, alors les grands te prennent comme bouclier humain, comme le hamas et le hezbollah, qui ont d'ailleurs leurs comptes à Genève et Zurich !

Écrit par : Corto | 20 novembre 2010

Étonnant parcours, cher Corto. Vous semblez toujours avoir été au mauvais endroit au mauvais moment.

Meilleurs salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 20 novembre 2010

Mais vous voyez le mauvais partout, cher Pierre, en tout cas, c'était en bonnes compagnies !

Écrit par : Corto | 20 novembre 2010

Corto veut qu'on parle de lui mais il est du genre timide.

Écrit par : Madame Rave | 20 novembre 2010

Madame Rave critique !

Écrit par : Corto | 20 novembre 2010

Oui, Madame Rave, c'est ce que je vois aussi.

Écrit par : Pierre Scherb | 20 novembre 2010

A l'heure où les "cardinaux" de la sainte église catholique déambulent dans leurs bunker sous haute sécurité helvétique de leurs pratiques quelques peux à la limite de nazisme infantile, l'udc avec ses alliés catholiques valaisans s'en prend à Rappaz ! Mais quelle aubaine, quelle délectation, presque plus forte que les Rooms !
Et ben oui, pourquoi engager le débat politique sur les milliers de gamins violés par des prêtres alors que le vatican lui même se charge de conduire ses futures pratiques de célibat sans préservatif, pourquoi parler des enfants de ce pays encore traumatisés par les institutions pendantes des minarets à qui l'udc à ouvert une voie royale à cette conquête du bon et du méchant alors que l'on a sous la main un Rappaz-pré-cuisiné ?

Qu'il meurt et vous aurez un grand pourcentage de fumeur de pétards en moins dans les urnes, finalement vous n'aurez plus que les musulmans pour entretenir vos scrutins futurs !

Écrit par : Corto | 20 novembre 2010

Quand à Rappaz, il va aussi mal que notre pays pourrit par des cames 1000 fois pires que les herbettes pouvant faire revivre l'agriculture des montagnes valaisannes !

A 10 balles le gramme, ça en fait des millions à ceux qui n'ont pas vendus leurs terres aux promoteurs !

Écrit par : Corto | 20 novembre 2010

Même si je ne partage pas ses idées (je suis contre la légalisation de toute drogue), le combat de M. Rappaz me plaît. Enfin un Suisse qui ose être un homme libre ! Dans un pays qui est le laboratoire dans lequel les effets de la mondialisation sont testés sur plusieurs millions d'Helvètes, il est l'Astérix qui refuse le manque d'humanité et garde sa dignité malgré les basses insultes.

La Suisse est gouvernée par les peurs. La peur de perdre son emploi. La peur de perdre son logement. La peur de tomber à l’assistance publique. La peur d'être un mauvais citoyen qui ne peut payer ses impôts. La peur d’avoir des dettes. La peur d'être observé et dénoncé par son voisin. La peur de ne plus pouvoir payer ses cotisations de caisse-maladie. La peur d'attraper la Grippe A, B, C, D, Z... La peur de ne pas être le pays le plus riche du monde. Sans parler des innombrables peurs soigneusement inoculées par ses médias pour transformer le citoyen innocent en un individu dévoré de culpabilité, utilisable à souhait jusqu'à ce que l'Etat le jette comme une serpillère parce qu'il est usé et ne sert plus à rien.

On est des millions de Suisses, comme ça, à décrépir au lieu de s'épanouir et apporter vraiment quelque chose à notre pays.
Il était temps que quelqu'un ose bouger.

Merci à Monsieur Rappaz pour son courage. J'espère qu'il cessera sa grève de la faim et fera une demande d'asile politique à l'étranger. La vie, c'est tout ce que je lui souhaite, comme à tous mes concitoyens.

Écrit par : Esperanza | 20 novembre 2010

Hm. Et si l'action des Rappaz de ce monde avait plutôt pour effet global de rendre les gens plus faibles, moins vifs, plus indolents, moins actifs, plus râleurs, moins créatifs? Finalement, tout ce qui lui vient à l'idée, à lui, c'est de se laisser mourir...

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 20 novembre 2010

Avant de ce laisser mourir, il emmerde toutes les institutions, car avant tout, pas très net de mettre en taule un paysan parce qu'il cultive ses terre avec des subventions pour le cannabis, dans toutes les tisanes de la coop et de la migros, grâce à Rappaz on y trouve du cannabis !

Faudrait arrêter d'être con ! c'est tout !

Écrit par : Corto | 20 novembre 2010

Cela fait plus de 20 ans que l'on entend parlé de Beranrd Rappaz et de ces frasques. Pendant toutes ses années il a joui d'une certaine popularité parce qu'il a défié, et continue de le faire, les autorités. Il a réellement cherché la situation dans laquelle il se trouve aujourd'hui. Son attitude jusqu'au boutiste est son choix et donc s'il veut se laisser mourir, laissons le en paix et arrêtons d'en parler.

Écrit par : Luc | 20 novembre 2010

la Suisse n'aime pas les contestataires. Nous, suisses, on rale de l'intérieur. En nous, on se dit que c'est pas juste, que le système est mal fichu. Qu'une petite partie de la population s'en fiche plein les poches. Et que le Conseil Fédéral et les chefs de partis les y aident. Mais, voila, c'est le système et on ne doit pas le critiquer; on a appris ça à l'école. Zut il y a un mouton noir (encore un) alors il faut le pendre très vite pour s'en débarasser. Oui, oui, car ça fait remonter en nous notre conscience. comme ça on pourra continuer à contester, mais en nous seulement. b'in oui, quoi ! on veut pas faire de la prison nous... et pouvoir aller voir le FC Sion

Écrit par : ami.s | 20 novembre 2010

Et continuer de laisser les prêtres cathos enculer les gosses ! en toute impunité !!!

Écrit par : Corto | 21 novembre 2010

A amis.s

"Mais voilà, c'est le système, on ne doit pas le critiquer, on a appris ça à l'école".

Là est bien le problème, justement. Un système qui n'est pas critiquable s'appelle "totalitarisme". Et non pas "démocratie"...

Selon Wikipédia :
Le totalitarisme est le système politique des régimes à parti unique, n'admettant aucune opposition organisée, dans lequel l'État tend à contrôler la totalité des activités de la société, s'immisçant, contrairement à une simple dictature, jusque dans la sphère privée des familles et des citoyens, et tentant non pas de limiter la noosphère et les possibilités de pensée, d'expression, de création, de recherche et de réunion, mais de les contrôler aussi étroitement que possible, en imposant à tous les citoyens l'adhésion à une idéologie obligatoire, hors de laquelle ils sont considérés comme ennemis de la communauté. D'où le terme totalitarisme, forgé au XXe siècle, durant l'entre-deux-guerres. Le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité, à l'uniformité ».

Toute ressemblance...

Écrit par : Esperanza | 21 novembre 2010

bahh que voulez-vous..je suis fumeur de joint depuis plus de 25 ans..je ne suis pas passé a plus fort ou toxique que cela..(alcool par exemple)
Il se bat pour une cause juste contre des politiciens qui n'en ont qu'a leur status..
Je le sais...je me suis battu jusqu'au tribunal federal a ce propos..(5 jours de tôle) pour le cul d'un petard..pour une premiere condamnation..et ces brâves politiciens viennent nous dire que l'on ne met pas en prison les consommateurs simple..Continuez a leur faire confiance....Vous vous ferez enculé au bout du compte..

Écrit par : bebert | 21 novembre 2010

Si il y a bien un danger avec le cannabis Suisse, c'est bien les ... quzi gouvernent ce pays !

Écrit par : Corto | 21 novembre 2010

nous allons repondre devant dieu.

Écrit par : saint germain | 21 novembre 2010

Pour ma part, je ne supporte plus d'entendre les gens s'affoler des questions écologiques et climatiques alors, qu'à défaut de solution miracle, le chanvre possède un très fort potentiel pouvant intervenir dans de très nombreux domaines, et pas seulement pour faire de la ficelle ou des stupéfiants. Les paysans suisses auraient tout à y gagner, mais c'est bien sur plus facile d'attendre sagement sur les subsides....
Ces vampires rétrogrades et décervelés nous empêchent d'avancer! Ils savent tout mieux que tout le monde, y compris comment insulter légalement les homosexuels!
Et c'est ça qui nous dirige? En aucun cas l'état ne dois faire la promotion de la violence . Je trouve cela choquant autant que scandaleux et refuse de participer à ce système!

Écrit par : vincek | 21 novembre 2010

Un système sans systématique !

Écrit par : Corto | 21 novembre 2010

le comportement de bernard rappaz n'est pas digne d'une personne posée et équilibrée. tout autre personne qui se comporterait de cette manière mais sans le soutien des médias et d'un avocat serait internée dans un hopital psychiatrique pour se soigner et mise sous tutelle. il a mis en péril sa situation et maintenant il met en danger sa vie. c'est le comportement d'une personne en incapacité mentale.

quand est ce que les médias et les autorités s'en rendront compte ?

c'est le combat d'un malade réfractaire à toute forme d'autorité, pas la lutte digne d'une personne équilibrée.

si des fumeurs de pétards, des politiques , citoyens ou autre admirent ce combat qui se sert de la population pour manipuler les autorités, c'est qu'ils sont tombés bien bas. les journalistes et les médias j'en parle pas car ils adorent avoir quelque chose à ronger et là ils sont gâtés. à tout malades sa dépendance ..

je pense pas que ce soit un exemple et un bon moyen pour convaincre les bienfaits du chanvre ....

Écrit par : neptune | 21 novembre 2010

Au contraire, le chanvre rend courageux !

Que fera notre armée en cas de conflit avec des pays comme la libye mais exportateur de cannabis ?

Elle continuera de laisser des substances importées illégalement au sein de son organe de défense nationale ?

Si les terroristes, (en principe, spécialisé en trafiques de drogues en tous genres) décide de s'en prendre à une armée dépendante de ce genre de substances ! que risque t-il de se passer ?

D'après une statistique faite il y a quelques années, une grande majorité de soldats consomment régulièrement des drogues douces, que faire en cas de conflit si les fournisseurs sont les uniques fournisseurs de cette armée ?

Pourquoi dépenser des milliards, alors que des mafias islamistes contrôle ces trafiques ?

Bande de nases !

Écrit par : Corto | 21 novembre 2010

Je suis admiratif de la variété des interventions à ce post, malgré tout un peu léger au regard de la gravité de la situation. Diantre, voici qu'en Valais, pas ailleurs notez bien, on encule les enfants de chœur à tout de bras (c'est une expression malheureuse, excusez-moi) dans les sacristies, voici qu'un certain Z serait affilié à la Maffia, à Genève,, voici que l'on apprend que c'est le chef des stups de ce même canton qui a manigancé l'assassinat de M. Barshel, et tout ça pour dénoncer un système qui s'acharnerait indûment sur M. Rappaz. Sérieusement, M. Corto, n'auriez-vous pas oublié votre tisane de chanvre relaxant, ou en auriez-vous sous-estimé le dosage ?

Précisons : le post portait sur une question bien précise, et c'est de cette question qu'il importe de parler : pour celles et ceux qui veulent simplement dégoiser leurs fantasmes, il y a des portes de chiotte pour ça. Précisons encore : je n'ai rien contre le chanvre, rien contre la dépénalisation de la consommation de substances psychotropes,ni même comme la légalisation de celles-ci, sous certaines conditions dont on pourrait débattre, mais c'est un autre problème. Précisons enfin : je ne suis pas le plus grand fan de notre système politique, je ne bave devant le portrait de M. Blocher, je n'aime pas que l'économie dicte sa loi au politique dans ce pays. Ok ?

Reste ceci. M. Bernard Rappaz a été jugé et condamné. Parmi vous, combien savent exactement à quels titres M. Rappaz a écopé de sa peine ? Si vous vous donnez la peine de chercher vous constaterez peut-être que les infractions à la LStup ne sont pas les seules à lui avoir valu sa condamnation... Par ailleurs, M. Rappaz a utilisé, très habilement et comme c'était son droit, toutes les ressources du système juridique suisse et international pour être disculpé : en vain. Il a obtenu, tout au long de cette procédure, dont je le félicite, des aménagements conséquents, dont tous les coupables d'infraction à la LStup ne pourront jamais se prévaloir (je pense en particulier à un ami de 25 ans qui s'est vu sévèrement condamné pour un délit unique portant sur quelques dix grammes d'herbe. Je ne dénie pas à M. Rappaz le droit de lutter pour une cause que je ne serais sans doute pas loin de partager, ce que je lui dénie, c'est la prétention de se poser en victime d'un système qui l'a plutôt ménagé.

De fait, je ne sais pas combien,parmi vous, étaient familiers de M. Rappaz et de ses méthodes : j'ai connu des ouvriers qui ont travaillé pour lui en échange du gîte et du couvert (OK, le couvert, et même le gîte, étaient parfois agréables)sans jamais recevoir de salaire. J'ai connu des agriculteurs de la région, cultivant le cannabis pour M. Rappaz qui n'ont jamais été payés. Soyons clairs, je n'accuse pas M. Rappaz (d'autres s'en sont chargé) d'avoir "joué" avec les règles de la société (c'est ce qui le rend si sympathique, mais je lui reproche de camoufler ses échecs en ce jeu sous la bannière de la légalisation du chanvre.

Un sociologue valaisan a écrit, dans les colonnes du "Temps" une fable illustrant le combat de Mr. Bernard contre le Dr. Rappaz : c'est bien évidemment une analyse à très courte vue : en fait, M. Rappaz a essayé de tricher avec le gendarme, il n'était pas de taille et il a perdu : malgré qu'il en veuille, il ne fera pas de cette défaite une victoire, ni pour lui, ni pour ses amis ; simplement il s'est laissé englué, et le Pouvoir qu'il prétendait combattre aussi bien, dans une spirale infernale, dont aucun ne sait comment sortir aujourd'hui.

J'ai beaucoup d'affection pour M. Rappaz, quoi que vous en pensiez : c'est une personnalité charmante, bien qu'un peu véhémente, dotée d'un fort sens de l'humour et habitée par quelques idées visionnaires; je suis persuadé que notre monde a besoin de gens comme lui. Mais je ne peux le soutenir dans le combat donquichottesque qu'il livre depuis son lit d'hôpital. Et les soutiens qu'il reçoit, douteux comme ils sont ici, ne m'y incitent pas non plus.

Allons, Bernard, rappelle-toi qu'au jeu du "Premier qui rira..." ce n'est pas toujours le premier qui rit qui se retrouve perdant. Si tu me crois, le premier qui rira aura une fumette, et nous rirons encore longtemps...

Écrit par : albert | 21 novembre 2010

Rappaz le sauveur de l'armée suisse !

Que ferait la Suisse et son armée qui coûte des milliards, si les pays ou les organisations terroristes sont les principaux pourvoyeurs de cannabis aux soldats de notre brave institution bancale ?

Allez un peu renifler les alentours des casernes helvétique à l'heure des permission ! Vous sentirez de plus près les émanations cannabiniques de nos élites militaires !

Notre pays dépense des milliards en dépenses militaires pour se faire neutralisé avec quelques poignées de poisons dispersés dans des substances entrées illégalement dans notre pays par des mafias étant liées à des organisations terroristes-mafieuses !

Non, confions les productions de ces herbettes à des professionnels suisses, avec des contrôles de qualités, même si ça ne plait pas aux banquiers blanchisseurs d'argent sale, il s'agit de la sécurité de notre nation.

Regardez ce qu'il se passe en France avec les corruptions ayant tuées des citoyens travaillant au Pakistan pour les sociétés d'armement nationales, voulez-vous voir des mêmes personnages manipulés par l'agent facile et sale mettre en danger l'ensemble de notre armée ?

Ce n'est qu'un exemple concernant notre dépendance en matière de cannabis envers des organisations peut respectueuses des valeurs humaines !

Écrit par : Corto | 21 novembre 2010

Ce qui arrive à Rappaz est parfaitement logique dans le contexte politique actuelle. C'est pitoyable et je souhaite à Rappaz qu'il se remette de tout ce qu'il lui est arrivé. Le cannabis est un drogue douce dont les effets subtile font peur à notre société de croissance, ce sont plus que des individus qui se battent contre le Cannabis mais toute un contexte socio-culturelle entretenu par la presse et l'ignorance.

Corto,
Si ta as des éléments valable sur l'affaire Barschel c'est à la famille qu'il faut les donner!!!

Écrit par : Conscerné | 05 décembre 2010

Le cannabis comme d'autres drogues ainsi que d'autres activités tolérées mais illégales rapportent aux mafias des centaines de milliards, ces énormes sommes d'argents ont infiltrés tous les pouvoirs des démocraties ce qui en fait des vassaux des mafias les plus sanguinaires.
Il est évident que le pays des banques qui blanchissent cet argent devait afficher une affaire du genre Rappaz !

ce qui m'étonne dans votre intervention, c'est ce coté "fleure bleue" quelque peut puéril, il ne s'agit pas dans cet affaire d'un foin infumable que cultivait le chanvrier subventionné qui fasse craindre quoi que ce soit, la preuve en est, que des herbes super-puissantes sont en ventes actuellement dans tous les quartiers des villes suisses 24H/24, cette prohibition ne sert qu'a maintenir des prix élevés de cette substance à la base inoffensive devenue dangereuse grâce aux mafias qui préfèrent des produits de plus en plus concentrés et dangereux.

Dés lors je demanderais aux intervenant d'alimenter le débat avec des positions soutenable et non pas des simagrées !

Merci

Écrit par : Corto | 05 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.