31 décembre 2010

Bonne année 2011 ! (avec une parenthèse sur la Côte d'Ivoire)

 

 

Je vous souhaite, chers lecteurs fidèles de mon blog, tout le bonheur, succès, santé que vous puissiez désirer !

 

Je me réjouis d'ores et déjà de continuer à écrire pour vous, ce d'autant plus que les sujets ne manquent pas : musique, droit, littérature, humour, politique...

 

Pour l'instant, c'est la Côte d'Ivoire qui risque de nous occuper encore quelques semaines. Selon les dernières nouvelles, Roland Dumas et Jacques Vergès se sont rendus sur place pour prendre la défense de Laurent Gbagbo. Selon leurs premières observations, c'est bien cette personne qui aurait gagnée les élections. Je cite Jacques Vergès : « Qu'est-ce qui autorise le gouvernement français à intervenir dans une querelle électorale en Côte d'Ivoire ? Le temps de la colonisation et des juges de paix à compétence étendue est terminé. » et Roland Dumas : « J'ai quelques indications pour pouvoir dire que tout le monde n'est pas d'accord dans la communauté internationale. Elle se résume à quelques personnalités qui se mêlent de tout et dont on va examiner le cas. »

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

NB : N'hésitez pas à vous inscrire pour recevoir les newsletters

 

14:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

... La seule commission agréée pour juger des résultats de l'election était la commission indépendante, mais Gbagbo a sais le conseil constitutionnel, sous son controle pour invalider desmilliers de bulletins et dire qu'il y avaient des fraudes électorales dans le Nord fief de Ouatara ( Pas dans l'Ouest fief de blague beau )Le tout en 3 jours.ne cérification qui tient du miracle. Croyez vous que même les états de la Cedeao prendraient un tel risque politique (la CI étant l'un des moteurs économique de la région) sanscertutude...

Écrit par : niane | 31 décembre 2010

... La seule commission agréée pour juger des résultats de l'election était la commission indépendante, mais Gbagbo a sais le conseil constitutionnel, sous son controle pour invalider desmilliers de bulletins et dire qu'il y avaient des fraudes électorales dans le Nord fief de Ouatara ( Pas dans l'Ouest fief de blague beau )Le tout en 3 jours.ne cérification qui tient du miracle. Croyez vous que même les états de la Cedeao prendraient un tel risque politique (la CI étant l'un des moteurs économique de la région) sanscertutude...

Écrit par : niane | 31 décembre 2010

Quelle erreur de casting ! Dans ce contexte, être défendu par Vergès et Dumas sonne comme un aveu. Entre l'avocat des pires salopards de la planète (pourvu que cela lui fasse de la pub), et son compère dont la maîtresse était grassement payée par Elf et Thomson pour corrompre les despotes africains, Gabgo aurait pu choisir meilleurs défenseurs... S'il avait eu d'autres relations!
Leur argument majeur est à la hauteur de ce scénario affligeant: prétendre que les urnes ont été bourrées par le vainqueur, quand on est le représentant du Gouvernement en place, et que l'on est responsable de l'infrastructure de vote, c'est tout de même un peu fort de café ! Cela dénote surtout la totale inadéquation entre Gbagbo et le peuple ivoirien s'il n'a même pas été capable de réussir ce dont ont été capables la plupart de ses ex-collègues chefs d'Etat africains: se faire réélire.

Écrit par : Philippe Souaille | 31 décembre 2010

Depuis le 13 novembre 2010, date de la première élection, le peuple ivoirien souffre d'un blocage économique. Plus travail, plus d'argent, plus de quoi se nourrir. A Abidjan la situation est catastrophique car comme partout dans le monde, les propriétaires exigent leurs loyers, les institutions administratives exigent le paiement de l'eau, l'électricité, les abonnements téléphoniques et les habitants qui ne gagnent plus leur vie sont délogés, l'eau est coupée comme le courant. Ils n'ont plus rien à manger.
Je suis les évènements sur les chaînes de télévision, France 24 par exemple ou les autres chaînes suisses ou françaises mais aucune ne parlent de cette misère latente.
Je suis en contact depuis des mois avec des amis ivoiriens et j'ai assisté à cette dégtadation de leur vie courante.
Tout cela parce qu'un homme place son ego au desssus des lois, sa soif de pouvoir au mépris de la plus élémentaire dmocratie déjà sujette à caution en Afrique.
Ne les laissons pas mourir sans rien faire.

Écrit par : Widler Jean-Luc | 03 janvier 2011

Apparemment, vous exposez vos arguments sur une base fausse. Je vous comprends car moi-même à votre place, j'en aurai fait de même si la source de mes informations c'est France 24 ou RFI qui à longueur de journée débite des contrevérités épouvantables sur la Côte d'Ivoire. Quand vous dites que la seule commission agréée pour juger des résultats des élections était la commission indépendante, vous étalez votre ignorance de la manière dont les choses se passent. Et cela n'est pas différent de ce qui se passe en France où c'est le le conseil constitutionnel qui donne les résultats définitifs après avoir pris connaissance des résultats provisoires donnés par le Ministère de l'Intérieur (ici la CEI). En outre, le decompte électronique des voix a réfusé près de 2000 PV car le nombre de votants depassait le nombre d'inscrits dans le nord du pays controlé par la rebellion. Il faut également ajouter que les 2/3 des membres de la CEI étaient des partisans de Ouattara. Moi G pense que LE VERITABLE PROBLEME DE CETTE CRISE POST ELECTORALE, C4EST D4AVOIR ACCEPTE D'ALLER AUX ELECTIONS SANS QUE LES REBELLES AIENT DESARME! Supposons qu'une partie du territoire français soit occupée par des indépendantistes corses et qu'au nom de la paix, on demande aux gens d'aller aux élections, avec la présence de ces indépendantistes en arme, quels résultats obtiendrait-on?

Écrit par : KOUASSI Venance | 03 janvier 2011

@ Wilder Jean -Luc: Je vous remercie pour vos larmes de compassions (c'est rare par rapport aux divers intervenants sur la Côte d'iVoire). Cependant, G tiens à vous rassurer que, même si l'on souffre d'un blocage économique, pour le moment les gens vont au travail, les salaires ont été payés pour que les gens puissent fêter, il ya une surabondance de nourriture, etc. Ce que France 24 montre est très différent de la réalité que nous vivons ici. Il ya d'énormes embouteillages sur les routes pour dire que les activités vont bon train et que le pays continue de fonctionner!

Écrit par : KOUASSI Venance | 03 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.