18 janvier 2011

Alassane Ouattara peut-il avoir raison tout en ayant tort ? (Côte d'Ivoire)

 

La réponse à cette question donnée par le philosophe allemand Arthur Schopenhauer serait affirmative, car il a intitulé un de ses livres L'art d'avoir toujours raison.

 

Selon lui, un adversaire peut réfuter une preuve et cela peut être pris par l'assistance comme une réfutation de la thèse, bien que d'autres preuves non réfutables existent. Il soutient que la nature humaine ne cherche pas à « faire sortir la vérité de son puits », mais que « la vanité innée, particulièrement susceptible en tout ce qui concerne les facultés intellectuelles, ne veut pas admettre que notre affirmation originelle se révèle fausse. »

 

En observant ce qui se passe en Côte d'Ivoire, l'affirmation de Schopenhauer semble se confirmer. Nous sommes en face de deux prétendants à la présidence dont chacun allègue avoir remporté les élections. Tandis qu'Alassane Ouattara dit : « L'ONU constate que j'ai gagné », Laurent Gbagbo prétend : « L'ONU ne peut que certifier les résultats, le vainqueur étant désigné par la Cour constitutionnelle ». L'idéal voudrait donc, selon Schopenhauer, que les deux tentent de résoudre cette question (sortir la vérité du puits), cas échéant en instaurant un gouvernement par intérim (pourquoi pas une co-présidence Ouattara - Gbagbo ?) et un tribunal arbitraire.

 

En lieu et place de cette solution idéale, nous assistons à l'installation du président élu, à l'usurpation de cette fonction par le perdant de l'élection et une guerre médiatique et commerciale, pour l'instant. Les victimes civiles qui souffrent ou sont mortes sont toujours imputables à l'autre camp, bien entendu.

 

L'ONU est censé être neutre, mais a de la peine à le prouver. Ainsi, tout le monde a toujours raison et les historiens pourront se disputer encore longtemps pour connaître la vérité.

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

NB : N'hésitez pas à vous inscrire pour recevoir les newsletters

 

 

18:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : côte d'ivoire |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo! pour cette réflexion qui change de celles partisanes qu'on entend partout....Ouattara doit à l'évidence accepter de discuter avec Babo pour partager le pouvoir. Plus les jours passent, plus il met en doute sa victoire aux "élections"; appel sans échos au sein de la population et l'armée. Ma conviction est que Ouattara sans son allié représente moins que Babo. Les partisans de son allié ne lui ayant pas à fond pardonné ces forfaitures envers le pouvoir de ce dernier (1993-99) préfèrent jouer aux spectateurs devant cette tragédie
Pax

Écrit par : Pax | 18 janvier 2011

Vous êtes pertinents, Monsieur Schreb, dans la mesure où vous dites que chacun a raison, mais je dirais plutôt que chacun dit avoir raison. Mais l'ONU a déjà pris position puisqu'il reconnaissent Ouattara comme le président. Cependant ne pensez-vous pas que Gbagbo est un modèle pour l'Afrique?
S'il est vrai que les Africains n'ont rien à dire sur les élections à l'Occident, pourquoi ceux-ci s'intéressent à ce qui est propre à l'Afrique au point de vouloir intervenir prétendant mettre à la porte Laurent Gbagbo? En bref, pensez-vous que les étrangers ont le droit de s'insurger dans les affaires propres aux Africains?

Basile

Écrit par : Basile | 26 janvier 2011

Monsieur Basile, je suis d'accord avec vous: chacun dit avoir raison, mais il n'y a qu'un seul qui a raison. Pour vous répondre, je pense que les étrangers ne devraient pas s'immiscer dans les affaires propres aux Africains.

Meilleures salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 27 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.