01 février 2011

Coup d'Etat électoral en Côte d'Ivoire

 

Ce terme est utilisé par Me Hermann Yaméogo*, un des enfants du premier président du Burkina Faso, Maurice Yaméogo, pour qualifier les élections en Côte d'Ivoire.

 

Me Yaméogo constate que les élections étaient prématurées, car la rébellion n'avait pas été désarmée. L'ONU, au lieu de le faire, a fait pression sur Laurent Gbagbo pour organiser les élections en actionnant les médias et en le présentant comme un lâche.

 

Le Conseil constitutionnel aurait dû, après le deuxième tour des élections, proclamer le vainqueur et ensuite seulement, la Commission électorale indépendante (CEI) avait la mission de certifier les résultats. La CEI avait tenté de doubler le Conseil constitutionnel, ce qui révèle, à ses yeux, encore plus la préméditation du coup d'Etat électoral ; à ce sujet un collectif d'avocats entendait demander une sanction contre M. Choi pour détournement de pouvoirs, violation de la charte onusienne, etc.

 

Laurent Gbagbo était bien dans son droit pour Me Yaméogo. Il déplore qu'il y avait tant de pertes en vies humaines, de dégâts matériels, de violations de droits professionnels, économiques et sociaux, à cause de cette habilitation illégale d'un candidat (qui s'était permis de donner des mots d'ordre ravageurs pour le pays) qu'on pouvait légitimement être angoissé devant les réparations qui allaient suivre. Il conclut en demandant : « Combien tout cela va-t-il coûter ? Qui va payer la facture ? »

 

* dans une interview accordée au journal burkinabé San Finna

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

09:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : côte d'ivoire |  Facebook | | | |

Commentaires

effectivement , je partage la pertinence des dits de Me yameogo. l'ONU est le seul responsable de la crise actuelle en Côte d'ivoire. a force de vouloir écouter unilatéralement la france avec petit f, elle vient de créer des troubles dans un pays Africain encore.
Je voudrais bien avoir l'analyse de Pierre Scherb sur la crise en Côte d'ivoire au du droit Ivoirien et Internationale.

Écrit par : serges pascal Dago | 01 février 2011

je suis parfaitement d'accord, et des millions de gens avec ces propos de l'avocat burkinabé; ce qui se passe en cote d'ivoire n'est que la suite de la rébellion organisée par mr ouattara et ses amis occidentaux.

Écrit par : bernard | 01 février 2011

je suis parfaitement d'accord, et des millions de gens avec ces propos de l'avocat burkinabé; ce qui se passe en cote d'ivoire n'est que la suite de la rébellion organisée par mr ouattara et ses amis occidentaux.

Écrit par : bernard | 01 février 2011

ce monsieur a dit la Vérité : et quand on réfléchit, si ouattara a gagné, pourquoi refuse-t-il le recomptage ? Et dans le monde entier, ça passe, on trouve qu'il a raison ! mais c'est n'importe quoi.

Écrit par : rodrigue | 01 février 2011

le monsieur a donné son point de vue et non la réalité que nous vivons ses élections ont été reporté plusieurs fois donc quand nous serions prêts n est ce pas gbagbo qui a annoncé la fin de la guerre avec l apothéose la flamme de la paix nous étions a une phase de démobilisation et de réinsertion en prime une armée commune pourquoi aujourd'hui on nous parle de la guerre c'est de la mauvaise foi avant le deuxième tour l'armée était dans tout le pays pour une élection transparente source RTI et affi n'guessan mais pourquoi personne ne parle de ca est elle incompétente a t elle failli a sa mission plus personne en a parlé gbagbo ses yeux n'étaient pas dans sac quant il signait des accords partout et parlait de paix et de réconciliation nationale de quelle guerre parlons nous c'est aujourd'hui on sait que guerre n'est pas fini après avoir perdu aux élections c'est de la foutaise

Écrit par : charles | 01 février 2011

je donne juste la parole à une compatriote francophile et panafricaniste:

LETTRE OUVERTE DE CALIXTHE BEYALA A BECHIR BEN YAHMED DE JEUNE AFRIQUE: «CE EN QUOI JE CROIS. OU PAS»
D'aussi loin que me porte ma mémoire, il me semble qu'une seule et unique fois, je fus en désaccord avec vous, très cher Béchir Ben YAHMED. Et je vous le fis savoir.
C'était il y a fort longtemps, mais lorsque passe trop temps, ce dernier ne revêt plus aucune importance ; je l'avoue humblement, je n'ai nullement le sens du temps. C'était au sujet du nom du journal « Jeune Afrique ». Il me souvient que vous lui attribuiez alors le titre de « L'intelligent. » Mes yeux fulminaient de colère lorsque je vous en parlai. Aujourd'hui encore, je ne puis oublier votre sourire ; et cette manière très pétillante de me rétorquer que j'aurais dû vous écrire pour vous dire mon sentiment.
Depuis ces temps si lointain, aucune particule, aucune ride ne s'est point posée sur le respect et l'amitié qui nous lient... Au moins, c'est CE QUE JE CROIS.
Voilà que pour la deuxième fois, un sujet nous oppose: les élections Présidentielles en Côte d'Ivoire.
Je ne crois pas que Monsieur Alassane OUATTARA soit le Président élu de la Côte d'Ivoire car pour cela, il eût fallu que sa victoire fût reconnue par le Conseil Constitutionnel de son pays; il me semble que ce n'est point le cas, me tromperais-je ? Aucune commission électorale, aussi noble soit-elle, ne saurait proclamer le vainqueur d'une élection, d'autant que dans le cas de la Côte d'Ivoire, cette commission électorale était constituée aux 2/3 par les membres de l'opposition....
Vous me rétorquerez que le Président du Conseil Constitutionnel Ivoirien est un homme du Président GBAGBO. Oui, sans aucun doute. Mais n'est-ce point le cas dans tous les pays du monde et même en France ? On se souvient tous du cas des U.S.A où s'opposait alors AL GORE et W. BUSH. La Cour suprême trancha en faveur de ce dernier alors qu'il bénéficiait de moins de voix que son adversaire. Il me semble n'avoir pas entendu des cris d'orfraie des démocrates du monde entier, me tromperais-je ? Il me semble que l'ONU ne battit pas un cil pour condamner cette « usurpation de pouvoir. »
Je ne crois pas que le Président Français Nicolas Sarkozy aime tant l'Afrique et ses habitants qu'il veille à la démocratisation du continent, voire au bien être de ses peuples. Je n'ai pas oublié le discours de Dakar... Je n'ai pas oublié les élections au Gabon. Ne fut-il pas le premier à féliciter BONGO fils ? Pourquoi ne fustigea-t-il pas ce dernier ? Pourquoi le félicita-t-il, alors que l'opposition contestait, preuve à l'appui, les résultats des Urnes ? Il me semble avoir raté, -ce qui m'étonne-, votre édito lapidaire sur ce hold-up électoral. Et j'ajoute que le documentaire sur la Françafrique a clairement démontré les impostures, les magouilles et les mille manigances de mon pays la France, pour placer et maintenir au pouvoir quelques despotes dévoués corps et âme à notre mère patrie.
Je ne crois pas en l'ONU, ce minuscule Club d'Etats riches où aucun pays d'Afrique ne siège en son Conseil de Sécurité ; je ne crois pas que L'UNION AFRICAINE soit libre de ses propos d'autant que malheureusement pour les africains, celle-ci est financée par l'Union Européenne.

Je ne crois pas que les dirigeants Africains soutiennent activement Alassane OUATTARA ; il me semble n'avoir vu aucune félicitation émanant d'un Chef d'Etat du continent, adressée au Président désigné par la Communauté Internationale. Mais qui se cache derrière cette nébuleuse ? Seraient-ce les mêmes qui croisent les bras pendant qu'on bombarde l'Irak ou l'Afghanistan ?
Je ne crois pas à ce souci d'alternance démocratique dont ils veulent nous abreuver. Combien de chefs d'Etats ont changé la constitution de leur pays pour pouvoir être élu pour la énième fois ? Combien d'entre eux occupent le poste de Président depuis vingt voire trente ans ? Pourquoi la soi disant communauté Internationale ne les condamne-t-elle pas ? Et la France, qu'en dit-elle ? Rien.
Silence! On exploite!
Je crois et permettez-moi de reprendre vos propos « la légende selon laquelle GBAGBO serait le grand défenseur de la souveraineté nationale et que ses positions tranchées lui ont valu l'hostilité de la France, » Il s'agit d'une réalité, vérifiée et palpable, confirmée en outre ces derniers jours par le documentaire français « la Françafrique. » Avez-vous oublié les implications de la France dans le coup d'état contre GBAGBO en 2002, ainsi que les multiples complots qui s'ensuivirent ?
Je crois que tous les Panafricanistes croient au complot contre la Côte d'Ivoire. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les deux manifestations organisées à Paris pour le soutien à la souveraineté de la Côte d'Ivoire et qui a réuni près de cinq mille personnes, battant le macadam dans le froid hivernal parisien. Donc GBAGBO n'est pas seul. Il a le peuple Africain à ses côtés. Je crois qu'autrefois, la France et ses acolytes organisaient des coups d'Etats armés pour déloger les Chefs d'Etats Africains qui ne correspondaient pas à leurs critères de sélection. Je crois que la forme de renversement des pouvoirs indésirables a évolué ; elle est plus subtile. Me permettez-vous d'introduire la notion de « Coup d' Etat électoral ? » Et si le Président GBAGBO en était une des dignes victimes? Y aviez-vous songé?
Je crois que la stratégie géopolitique voudrait que le Golfe de Guinée soit totalement sous contrôle Occidental. L'épuisement des puits pétrolifères dans le Golfe Persique et la résistance armée dans ces régions, justifient que l'Europe se tourne vers l'Afrique. Pour son pétrole. Pour ses matières premières. Pour ses innombrables richesses. Et aussi- il ne s'agit pas d'un argument moindre,- sa capacité de soumission bas-ventrale...
Je crois que tous les pays du Golfe de Guinée connaîtront le même sort que la Côte d'Ivoire dans un avenir plus ou moins proche.
Je crois tout simplement qu'Alassane OUATARA est pour les Occidentaux l'homme de confiance et que pour atteindre leurs objectifs, à savoir lui faire revêtir le costume de président de la Côte d'Ivoire, ils sont prêts à tout...
Je crois enfin que GBAGBO ainsi que le peuple Ivoirien se battront jusqu'au bout pour ne point se faire dépouiller... en témoigne le peu d'enthousiasme qu'a suscité l'appel à la mobilisation d'Alassane OUATARA.

Je ne sais pas s'ils y réussiront.

Voilà, cher Béchir Ben YAHMED, ce en quoi je crois. Ou pas.
Calixthe Beyala.

Écrit par : Benjamin P. | 01 février 2011

merci de pouvoir nous laisser nous exprimer sans censure. parce que par exemple à Jeune Afrique, c'est grave. Chaque fois que j'écris un message, il ne passe pas. Ce journal tape sur gbagbo grave, trop grave même. Pourtant, hier, il a eu de l'argent avec les publi-reportages. Ingrat qu'il est ! JA est vraiment la sangsue des dictateurs et ne fonctionne que pour de l'argent. Vendu, vendu, vendu .j'ai décidé d'arrêter de l'acheter.

Écrit par : monique | 02 février 2011

Moi aussi je trouve les commentaires de JA puérils et trop partisans pour Alassane Ouattara. Or un journal qui porte son nom devrait être impartial dans une telle crise (Africaine). Autant, j'ai décidé depuis longemps de ne plus lire ni l'acheter même si l'on me l'offrait gratuiement je refuse comme ce fut le cas lors d'un de mas derniers voyages ce janvier 2011. C'est malheureux! Que disent-ils des gouvernances à vie en Afrique supportée par la France, du cas du Gabon, De Blaise Compaoré qui gagne des élections Présidentielles à plus de 80% des suffrages exprimés au 21ème siècle dans un pays qui se veut démocratique. N'est ce pas Sarkozy l'a reçu à l'Elysée au plus haut de la Crise Ivoirienne. Des moutons qui ridiculisent l'Afrique... Il faut que ce journal change de nom. Car il ne représente pas dans ses recits l'aspiration du Peuple de notre mère patrie "AFRICA" C'est HONTEUX.

Écrit par : Malobi | 02 février 2011

Heureusement que nous avons encore des amazones comme calixthe Beyala.
Aujourd'hui,tout ceux qui suivent la crise ivoirienne commence à comprendre ses fondements;
Cette crise est tellement facile à résoudre que la france (et d'autes pays)n'arrive pas pas à trouver la solution!(1+1=??????).
ADO dit qu'il à gangné et étant donné que la CEI est composée à près de 99% des membres du Rhdp;il a donc tout les PV!
Pourquoi ne pas les donner pour prouver sa victoire?Ils disent que le conseil constitutionnel n'a pas dit le droit;Alors qu'il le prouve puisqu'il ya de grands hommes de droit en france et en amérique!
bon sens!qu'on arrête de prendre les gens pour des tarés!

Écrit par : incognito | 24 février 2011

Les commentaires sont fermés.