22 février 2011

La crise en Côte d'Ivoire semble terminée : le Panel propose un partage de pouvoir ou de nouvelles élections

 

Finalement, ils n'étaient que quatre pour annoncer les mesures contraignantes aux deux parties qu'ils avaient pourtant décidées de manière unanime. Blaise Compaoré ne s'est pas rendu à Abidjan, estimant que ce déplacement n'était ainsi pas nécessaire.

 

Les quatre autres présidents africains Idriss Deby Itno du Tchad, Jikaya Kikwete de Tanzanie, Jacob Zuma de l'Afrique du Sud et Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie ont ainsi rencontré Laurent Gbagbo hier soir et rencontrent cet après-midi même Alassane Ouattara. Le Panel ne veut pas déstabiliser le pays (guerre civile), selon un ministre sud-africain.

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

16:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : côte d'ivoire |  Facebook | | | |

Commentaires

Mais, dites-moi, quelles sont les attaches qui vous lient tant à la Côte d'Ivoire? Bien à vous. JFM

Écrit par : JF Mabut | 22 février 2011

@ JF Mabut:

Il n'y a aucune attache particulière, sauf que la Suisse est aussi concernée dans la mesure où les organisations internationales s'immiscent dans les affaires intérieures d'un pays. Je vous rappelle que mon parti est opposé à un transfert de plus en plus de compétences (Schengen...) à des organes supranationaux. Pour le surplus, je constate un intérêt important des lecteurs à lire des informations que les médias ne leur fournissent pas.

Cordialement.

Écrit par : Pierre Scherb | 22 février 2011

TROP TARD pour la minorité ethnique de Gbagbo. Il n'avait pas à bombarder et à tuer les Ivoiriens pour son pouvoir.
On n'a plus besoin de personne pour lancer la vengeance !

Écrit par : Mossi Dramane | 22 février 2011

Rien n'est réglé puisqu'aujourd'hui les combats ont repris de plus belle à Abidjan.

Écrit par : J.-L. Masson | 23 février 2011

Il n'y a pas de solution de partage de pouvoir possible. Quand on perd les élections, on se soumet au verdict et on attend les prochains. On ne va pas non plus éternellement recommencer les élections jusqu'à ce qu'un candidat finisse par gagner...

Écrit par : Yapi | 25 février 2011

j'ai l'impresion que les puissances occidentales ne veulent pas trop bousculer bagbo pour le forcer a partir, et c'est comme si bagbo l'a compris comment compte-t'elles s'y prendre pour le faire partir?
2- Pensez-vous que bagbo est pret a partir d'autant plus que l'histoire a montré que meme si on lui promet l'uminité 10 ans aprés les plaintes des victimes peuvent toujours pousser les pays accueuils à revenir sur leurs promesses?

Écrit par : chessi | 26 février 2011

Les commentaires sont fermés.