11 mars 2011

Le Panel n'a rien réglé en Côte d'Ivoire

 

Ceux qui ont espéré que le Panel des cinq chefs d'Etat ferait des propositions acceptables pour Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo sont déçus. Les conclusions contraignantes se limitent en effet pour l'essentiel à répéter qu'Alassane Ouattara était le président élu et à inviter le conseil constitutionnel à le proclamer président.

 

Selon Alcide Djédjé, ministre des affaires étrangères du gouvernement Gbagbo, les « propositions » du Panel ne seraient pas contraignantes : « Non, il n'y a rien de contraignant. Comment vont-ils nous contraindre ?... On a dit solution négociée, puisque ce n'est pas négocié... celui qui n'est pas d'accord, il rejette ; et nous, nous avons rejeté ces propositions parce que nous ne sommes pas d'accord* ».

 

Michel Gally, politologue et spécialiste de la Côte d'Ivoire a exprimé l'avis, dans une interview accordée à 20minutes.fr, que la meilleure solution serait une partition du pays avec un transfert de population. Il continue à dire que la pire des solutions « serait une intervention armée de l'extérieur (Onuci, Cédéao, Force Licorne), car cela inciterait les pro-Gbagbo à descendre dans les rues - ce qu'ils n'ont pas fait pour le moment - et rendrait la situation explosive. »

 

* Germain Séhoué dans Le Temps d'Abidjan

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

10:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : côte d'ivoire |  Facebook | | | |

Commentaires

Les agriculteurs ivoiriens, grâce à cette situation ne vendent plus leurs productions par l'intermédiaires des négriers français et autres, ce qui leurs rapportent des prix nettement supérieurs, une fois qu'ils ont goûtés aux prix du marché international du cacao, je serai fort étonné que les ivoiriens souhaitent revoir les "intermédiaires" français venir les racketter encore ! ! !

Il en est définitivement finit de la main-mise française sur la Côte d'Ivoire et cela va créer une frontière économique entre la Côte d'Ivoire travailleuse du sud et la Côte d'Ivoire dépendante économiquement du nord !

Comme la Tunisie et l'Egypte, les révolutionnaire du nord de la Côte d'Ivoire auront fait une révolution qui va leur couper leurs ressources en alimentation et fera de ce "futur état" sécessionniste un pays qui va chuter dans la misère comme le Niger (exploité sans humanité par les compagnies françaises).

Écrit par : Corto | 11 mars 2011

Voila les 2 options du Panel des 5 chefs d'Etats:

"Les propositions des présidents sud-africain et mauritanien pour une sortie de crise en Côte d’Ivoire ont été acceptées par les représentants du président Laurent Gbagbo à Addis-Abeba, a-t-on appris d’une source proche de la délégation ivoirienne.
Jeudi, le groupe de haut niveau, composé des présidents de la Mauritanie, du Tchad, de l’Afrique du Sud, de la Tanzanie et du Burkina-Faso, s’est réuni pour donner les « solutions contraignantes » attendues par tous.
Les Présidents Jacob Zuma et Abdel Aziz ont proposé le respect de la constitution par le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir et une élection dans un an. Cette solution s’oppose à celle proposée par les trois autres (Burkina-Faso, Tchad, Tanzanie) et qui préconise la mise en place d’un gouvernement d’union nationale sous la présidence de Ouattara."

Le panel penche plutôt pour un gouvernement d'union nationanle (vu sa majorité: 3/5 voix) incluant des personnalités des 2 bords politiques. Le camp Gbagbo s'oppose à cette option, car cette formule a dèjà été experimentée par le passé,depuis 2004, avec les accords de Marcoussis qui ont permis à Soro d'être Premier Ministre de Gbagbo.Ce type de gouvernance a conduit à la situation de blocage actuel.

Le camp Gbagbo rejette donc cette option,car elle n'est nullement motivée par le Panel et ne s'appuie aucunement sur les travaux des experts de hauts niveaux. Le Panel a seulement rappeler, pour justifier sa preference, qu'elle ne faisait qu'enteriner la position (dejà connue) de la communauté internationale (onu, ue, cedao, ua, ...), qui elle même s'est basée sur la certification du representant special de l'Onuci, Choi, pour declarer Ouattara vainqueur de la presidentielle ivoirienne.
Donc le Panel, demande à Gbagbo de demissionner pour laisser Ouattara gouverner à sa place. Le panel demande aussi au Conseil constititonnel d'autoriser Ouattara à prêter serment. Et une fois ces exigences remplies, le Panel promet de contraindre les rebelles au desarmement.

A mon humble avis, c'est bien compliqué tout cela, c'est un retour à la case depart, ou selon le proverbe, c'est "le serpent qui se mord la queue".En effet l'enquête des experts de hauts niveaux, devaient clairement servir de base de travail pour permettre au Panel de dire le plus clairement possible, en vertu des documents electoraux examinés, du code electoral ivoirien et de la constitution ivoirienne, QUI a gagné les elections presidentielles en CI.

Au contraire, nous assistons à une fuite en avant où, le Panel fait fi des travaux de ses propres experts pour reconnaitre,in finé, qu'il ne contredira pas le rapport de Choi. "Et si Choi s'était trompé, avait induit en erreur la communauté internationale", comme le fait remarqué le camp Gbagbo, car c'etait ce point precis qu'était venu eclaircir le Panel en se saisissant du dossier ivoirien.

Car sans un examen serieux du processus electoral du 2nd tour de la presidentielle ivoirienne, pour savoir quels dysfonctionnements entre, la CEI, le Conseil constitutionnel et le representant special de l'Onuci (Choi) ont conduit à ce contentieux electoral qui a suivi la proclamation de 2 presidents, la crise ivoirienne demeurera, helas pour tres longtemps.

De plus, le Panel reconnait implicitement le rôle du Conseil constitutionnel, en tant qu'arbitre suprême des éléctions, car Ouattara ne sera reconnu officiellement president que lorsqu'il aura prêté serment devant le Conseil constitutionnel. Ce qui rappelle ici clairement le droit en matiére de proclamation du president de la republique, precision qui avait toujours été contestée par le camp ouattara, qui pretendait que la certification de Choi suffisait à designer Ouattara elu president de CI.

Rappel:
1)Ce pauvre Conseil Constitutionnel (soi disant à la solde de Gbagbo sans jamais rappeler que la CEI etait composée à 90% de pro-ouattra) dont la presse et le camp ouattara, ne reconnaissaient même pas les compétences et bien c'est ce même CC qui sera chargé de proclamer Ouattara president ( si cette option est accepté par les 2 parties).

2)L'option du gvt d'union nationale, insinue que la victoire de Ouattara n'est pas si incontestable que cela, sinon, le Panel se serait appuyé sur les travaux de ses experts de hauts niveaux, pour faire comprendre au camp Gbagbo, que compte tenu des documents éléctoraux en sa possession, la victoire de Ouattara à l'éléction presidentielle ivoirienne ne fait aucun doute. Et par consequent, le Panel enterine le rapport du representant special de l'onu en confirmant la victoire de Ouattara

3) L'empressement avec lequel Ouattara a accepté, cette option de gvt d'union nationale, me laisse perplexe, pour quelqu'un qui pretendait que sa victoire ne faisait aucun doute. Vu le niveau de detestation entre les 2 camps, je ne vois pas pourquoi Ouattara accepte cette option, s'il est si sûr de sa victoire.

4) la promesse du Panel de faire desarmer la rebellion une fois Ouattara intronisé President officiellement par le Conseil Constitutionnel, me parait tres hypothétique.
En effet, Ouattara, une fois president de la CI, qu'est ce qui obligerait les rebelles à desarmer.L'Onu et le facilitateur (B Compaoré) n'ont pas réussi, (nous savons aujourd'hui pourquoi) alors comment compte faire le Panel pour réussir cette mission?

5) Pour finir, cette option majoritaire, pronée par le Panel, n'est fondé sur aucun élément autre que la bonne foi( supposée) du rapport du representant special de l'Onuci et c'est le point le plus facheux. Car comment faire accepter une solution non motivée par aucun fait objectif, qui ne repose même pas sur les fameux travaux des experts de hauts niveaux de l'UA ?

6) Pour un pretendu usurpateur qui squattait ehontement le fauteuil prresidentiel, je constate qu'à ce jour à part rappeler que "Ouattara est le president reconnu par la communauté internationale ", à part ces incontations habituelles, aucune instance (s'etant saisie du dossier) n'a encore jamais, preuves à l'appui, declarer sur quel fondement elle basait cette affirmation.
Apres tout, c'est la "communauté internationale", nous sommes surement priés de la croire sur parole.

Malheureusement, en dehors de reponses serieuses à toutes ces questions, la crise ivoirienne, n'est qu'à ses debuts et c'est le peuple ivoirien qui souffre dejà de cette guerre et de ses privations.

Le Panel devait simplement dire la verité, preuves à l'appui, à savoir QUI a gagné la presidentielle ivoirienne.
Je vois qu'apres 3 mois, et plethore d'analyses, de documents, personne ne peut affirmer clairement le gagnant de la presidentielle ivoirienne, alors que la Communauté internationale à dejà pris position. Ce n'est pas serieux.

Donc, pourquoi n'avoir pas songé au recomptage des voix ( comme en Haiti) et surtout à la mise en place de nouvelles elections. Options que le camp Gbagbo accepte contrairement à Ouattara.
Pourquoi???
Au lieu de recourir à des combinaisons compliquées, qui, concernant le gvt d'union nationale, est, à mon humble avis, franchement la pire des solutions,il fallait seulement dire la verité de l'enquête des experts de hauts niveaux de l'UA.
Pour ma part, j'ai hâte que cette enquête soit rendue publique, pour qu'enfin on sache pourquoi des innocents meurent chaque jour en CI.
Cette verité est elle si difficile à accepter??? Si oui, pour qui??

Car nous,ivoiriens, nous sommes prêts à entendre la verité,quelque soit le vainqueur, pour que cessent enfin nos malheurs.
Nous ne voulons plus de gvt d'union nationale qui conduise au blocage du pays, car nous souhaitons que le vainqueur applique son programme de gouvernance appuyé par le gvt de son choix, et nous le jugerons sur piéce.

Pour finir, merci Mr Scherb pour ce billet

Écrit par : elodie | 11 mars 2011

Rectification : selon Reuters, Ouattara accepte la propositionn du Panel, mais refuse la formation d'un gvt d'union nationale.
La crise ivoirienne est loin d'être finie.

Écrit par : elodie | 11 mars 2011

Mais ne vous en faites pas, napoléon sarkosy après avoir écrasé la Libye va s'occuper de la Côte d'Ivoire !!! Ah ah ah ah !!!!

Le ridicule ne tue, pas, donc le médecin de sarko ..., ne va pas pouvoir trop taper dans le budget de la sécu !

Écrit par : Corto | 11 mars 2011

"Donc, pourquoi n'avoir pas songé au recomptage des voix ( comme en Haiti) et surtout à la mise en place de nouvelles elections. Options que le camp Gbagbo accepte contrairement à Ouattara."

"Pourquoi???"

Cherchez l'erreur?!!!

Écrit par : Patoucha | 12 mars 2011

Les commentaires sont fermés.