19 mars 2011

Les soldats de l'ONUCI ne veulent plus faire la guerre contre la Côte d'Ivoire

 

Le Coréen Choï a pris ouvertement la position de la rébellion en Côte d'Ivoire, contre l'avis d'une partie de ses propres troupes. Le général Abdul Hafiz a ainsi eu le courage de dire non à cette dérive. Il est rentré dans son pays, le Bangladesh, en emportant ses troupes avec lui.

 

Les soldats de l'ONUCI sont en effet arrivés en Côte d'Ivoire pour stabiliser la région. Aujourd'hui, ils tombent (plusieurs dizaines de morts) dans leur combat contre l'armée ivoirienne dans un objectif qui les dépasse : installer un homme à la présidence qui a perdu les élections, selon l'organe ivoirien seul compétent pour le constater (le Conseil constitutionnel).

 

Les contingents  ghanéens et béninois ont eux aussi quitté la Côte d'Ivoire et ceux du Sénégal et du Togo souhaiteraient le faire.

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

10:08 | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

Commentaires

Il y avait les bengalis et les pakistanais qui avaient déjà repris le chemin du retours, il n'y a quasi plus de régiments engagés, ils ne peuvent plus bouger, partout où ils se déplacent des foules se mettent en travers de leurs routes et ils doivent systématiquement rebrousser chemin !

L'onu refuse d'annuler le mandat, juste afin de pouvoir facturer leurs "présence" à la communauté internationale, c'est à dire des dizaines de millions par jour !

Écrit par : Corto | 19 mars 2011

Pour info, un casque bleu bengali est payé entre 40 et 60 $, il est facturé entre 900 et 1'500 $ par jour !!! Certains véhicules de onuci ont été amortis 150 fois !

Ne chercher pas l'erreur, c'est un peu comme le prix d'un lit à l'hôpital cantonal universitaire, avec sa horde de "professeurs" payé 30'000 chf par mois pour 2 deux heures de présences quand tout va bien !

Eh bien, tant l'onu que le HUG sont à la charge des contribuables !

Écrit par : Corto | 19 mars 2011

Dix missiles depuis Gaza vendredi, plus de cinquante samedi. Des dizaines et des dizaines de tonnes d'armes saisies dans des bateaux, avions et camions en provenance d'Iran. Gaza est en train de préparer une nouvelle guerre comme on monte une mayonnaise, avec beaucoup d'agilité.

Avec la bénédiction de l'onu !

Écrit par : Corto | 20 mars 2011

AFP - Des journalistes palestiniens de la bande de Gaza ont protesté samedi contre le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle ce territoire, après une attaque des forces de sécurité contre un caméraman.

Une délégation a rencontré le ministre de l'Intérieur du Hamas, Fathi Hammad, après un raid de la police au bureau de l'agence de presse Reuters, dont l'un des caméramans a eu une main fracturée.

Selon les collègues du caméraman, la police cherchait à l'empêcher de filmer les forces de sécurité en train de disperser sur une place proche un rassemblement de jeunes appelant à la réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, qui contrôle la Cisjordanie.

L'Association de la presse étrangère, qui représente les journalistes étrangers en Israël et dans les territoires palestiniens, a précisé que plusieurs journalistes avaient été attaqués lors de ce rassemblement.

"Lors d'un petit rassemblement, les forces du Hamas ont frappé un caméraman d'Associated Press et l'ont arrêté brièvement ainsi que son chauffeur", selon un communiqué. "Elles ont ensuite mis à sac le bureau de Reuters (...). Des employés ont été battus et intimidés".

Les bureaux des télévisions américaine CNN et japonaise NHK ont fait l'objet de raids similaires, selon l'association.

A l'issue de la réunion avec la délégation, le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a qualifié l'agression contre les journalistes d'"inacceptable" et réclamé la création d'une commission d'enquête.

Mardi, des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté dans les territoires palestiniens pour l'unité entre Palestiniens. Mais même si les deux mouvements semblent prêts à discuter, le Hamas a depuis eu recours à la force contre les manifestants.

L'organisation Human Rights Watch a appelé samedi le Hamas à punir les responsables de ces attaques. Selon des témoins cités par l'ONG, les forces de l'ordre ont utilisé des matraques pour disperser la foule, ont tiré en l'air et ont roulé en moto sur des manifestants.

Écrit par : Corto | 22 mars 2011

" Le général Abdul Hafiz a ainsi eu le courage de dire non à cette dérive. Il est rentré dans son pays, le Bangladesh, en emportant ses troupes avec lui."

Le général Abdul Hafiz aurait démenti explicitement, sur ONUCI FM, cette rumeur qui a circulé uniquement dans la presse proche du FPI, selon un article du Patriote (qui n'est pas proche du FPI) :

http://news.abidjan.net/h/395459.html

voir aussi ses déclarations du 22 mars http://www.onuci.org/spip.php?article5627

Écrit par : FrédéricLN | 30 mars 2011

Les commentaires sont fermés.