24 mai 2011

De la nécessité de juger Dominique Strauss-Kahn par une femme

 

L'art. 335 du code de procédure pénal suisse prévoit que le tribunal jugeant une infraction contre l'intégrité sexuelle doit comprendre au moins une personne du même sexe que la victime. En appliquant cette disposition à la procédure contre DSK, le juge unique américain aurait donc dû être une femme.

 

Or, on constate que le premier juge était bien une femme et qu'elle a refusé la libération conditionnelle, tandis que le deuxième était un homme qui l'a acceptée.

 

Pierre Scherb

 

09:42 Publié dans Droit public | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

Commentaires

Le code de procédure pénale Suisse ne prévoit-il pas que le ou la Président(e) devrait être d'un parti politique opposé à celui ou celle qui a commis le délit? Pourquoi les juges sont choisis par les partis ? La justice Suisse est-elle vraiment neutre ? Autant de questions, autant d'inquiétudes légitimes ! Votre billet veut-il faire la démonstrations que les juges, femmes ou hommes, ne sont pas crédibles et un tantinet malhonnête dans leur fonction ? Exprimez-vous plus clairement et ayez le courage de vos opinions.

Écrit par : Pierre-Alain Laurent | 24 mai 2011

Jusqu'à maintenant, aucun juge américain n'a jugé une infraction contre l'intégrité sexuelle. Les deux juges jusqu'ici saisis ne se sont prononcés que sur la détention du prévenu.

Votre parallèle avec l'article 335 CPP est donc dénué de toute pertinence, même si les évènements se déroulaient en Suisse, il ne serait pas applicable au stade de l'examen de la détention du prévenu.

Écrit par : Sebastien | 24 mai 2011

ASK-DSK : A bientôt et au Revoir !

Messieurs, de la sécurité intérieure...
C'est à vous que je m'adresse pour vous prévenir que ce n'est pas là que le bât blesse.
regardez dedans, pas dehors!
Pour la joie, comme pour la peine
il ne peut y avoir de trace d'ADN

Non, vous ne savez pas ce que vous n'êtes pas censés savoir...
comme vous ne voyez pas ce que vous êtes censés voir.
Pourquoi?
Parce que vous êtes tous pareils... tous dotés de deux oreilles!
Comme Salieri !
Et comme Salieri, vous en voulez à Mozart
parce qu'il a quelque chose à part :
une troisième oreille.
Je me mets dans sa peau
Mettez vous dans la mienne.
A bientôt et au revoir!
Ps :
Puis-je m'immiscer dans les confins de votre féminité, submergée plutôt que subjuguée par l'insoutenable légèreté des hommes.
Désolée, mais ma vidéo ne peut être comprise que par celle qui l'aimait, l'aime et ne l'abandonnera jamais.
Maintenant, si je voulais vraiment remettre de l'ordre dans mes idées, je n'aurais pas pu m'y prendre autrement :
Mozart a rédigé un chef d'œuvre de sublimité et il est mort aussitôt après comme pour signifier qu'il n'avait plus la force d'aller au-delà...
DSK a réalisé un chef d'œuvre de vacuité et il ne l'a sans doute pas regretté, comme pour nous signifier qu'il n'avait aucune envie de se forcer...
la beauté qui se moque de la beauté, c'est le Requiem de Mozart...
La vanité qui se moque de la vanité, c'est le Requiem de DSK.... L'éternel ami d'Anne Strauss-Kahn.

Signé personne
http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/dsk-ask-au-revoir-et-a-bientot/

Écrit par : le journal de personne | 24 mai 2011

A propos de jugements, bien genevois ceux-ci :

http://www.tdg.ch/node/341919

http://www.tdg.ch/geneve/actu/employe-banque-volait-argent-clients-2011-05-24

Je vous laisse... juge.

Moi, je suis tout simplement sidéré.

Écrit par : Johann | 25 mai 2011

Les commentaires sont fermés.