29 mai 2011

« Les Arabes sont un peuple de pillards et de brigands » (Ibn Khaldoun)

 

Mohamed Ftelina nous rappelle l'anniversaire de celui qu'il nomme « le philosophe ». Selon Wikipedia, Ibn Khaldoun est un historien, philosophe et homme politique arabe d'Afrique du Nord (1332 - 1406).

 

Ibn Khaldoun est considéré comme un « précurseur de la sociologie moderne ». Il admet ainsi que les « nègres » ne sont pas les descendants de Cham (Ham), fils de Noé frappé d'une malédiction par son père entrainant l'asservissement de sa postérité. D'une part, il n'est mentionné nulle part que Cham avait été noir. D'autre part, la couleur noire de la peau provient de la chaleur et de l'air sous les tropiques tout autant que la couleur blanche de l'absence de chaleur et d'un air plus froid, comme il en existe dans les régions plus au nord.

 

La phrase citée dans le titre, tirée des Prolégomènes (chapitre Les Arabes ne peuvent établir leur domination que dans les pays de plaines), indique cependant qu'Ibn Khaldoun ne peut pas vraiment être pris pour un homme « moderne » et qu'il est loin de nos préoccupations quotidiennes, n'en déplaise à Mohamed Ftelina.

 

Pierre Scherb

 

09:07 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : islam |  Facebook | | | |

Commentaires

Félicitations pour cette recherche.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29 mai 2011

Après un titre racoleur qui est censé attirer sur votre blog tous les arabophobes de la toile, vous vous dédouanez par une conclusion qui fleure bon l'opportunisme.Puisque vous aimez à ce point la recherche (ciblée), ce dont M. Dumitrescu vous félicite, allez donc chercher ce que la littérature européenne disait au XIVème et XVème siècle non seuleument des noirs, mais de tous les non-chrétiens.

Écrit par : mauro poggia | 29 mai 2011

Après un titre racoleur qui est censé attirer sur votre blog tous les arabophobes de la toile, vous vous dédouanez par une conclusion qui fleure bon l'opportunisme.Puisque vous aimez à ce point la recherche (ciblée), ce dont M. Dumitrescu vous félicite, allez donc chercher ce que la littérature européenne disait au XIVème et XVème siècle non seuleument des noirs, mais de tous les non-chrétiens.

Écrit par : mauro poggia | 29 mai 2011

Après un titre racoleur qui est censé attirer sur votre blog tous les arabophobes de la toile, vous vous dédouanez par une conclusion qui fleure bon l'opportunisme.Puisque vous aimez à ce point la recherche (ciblée), ce dont M. Dumitrescu vous félicite, allez donc chercher ce que la littérature européenne disait au XIVème et XVème siècle non seuleument des noirs, mais de tous les non-chrétiens.

Écrit par : mauro poggia | 29 mai 2011

Désolé pour la répétition, elle n'était pas voulue

Écrit par : mauro poggia | 29 mai 2011

Selon les premiers exemplaires du Coran, le Prophète Moahamed est descendant de Ham et non ce Chem.

Écrit par : Hani Ramadan | 29 mai 2011

S'ils sont si hostiles alors pourquoi tant de reraités partent vivre au Maroc et d'autres toujours plus nombreux à partir en vacances en Egypte!

Écrit par : lovsmeralda | 29 mai 2011

« l'œuvre d'Ibn Khaldoun est un des ouvrages les plus substantiels et les plus intéressants qu'ait produit l'esprit humain » Georges Marçais

De son nom complet Abu Zayd 'Abd ar-Rahmān Ibn Muhammad Ibn Khālid al-Hadramī, né le 27 mai 1332 à Tunis et mort le 17 mars 1406 au Caire, est un historien, philosophe et homme politique d'Ifriqiya. Sa façon d'analyser les changements sociaux qu'il a observé dans sa culture lui vaut d'être considéré comme étant à l'avant-garde de la sociologie.

Son immense culture et sa curiosité intellectuelle insatiable lui permettent de brasser les apports les plus divers, arabes, grecs, hébreux, perses, berbères, romains, byzantins, dans une synthèse ordonnée. Mais en même temps, sa pensée rompt à ce point avec l'horizon d'attente de son époque, elle propose une logique d'interprétation si différente des catégories traditionnelles, si "moderne", qu'elle ne pénètre pas dans les débats savants, politiques, religieux et philosophiques de son temps. Elle parle en revanche au nôtre.

Sa façon d'analyser les changements sociaux et politiques qu'il a observés dans le Maghreb et l'Espagne de son époque a conduit Abdelaziz Daoulatli à le considérer comme un « précurseur de la sociologie moderne ». Mais Ibn Khaldoun est surtout un historien de premier plan auquel on doit la Muqaddima (traduite par les Prolégomènes et qui est en fait son Introduction à l'histoire universelle) et Le Livre des exemples ou Livre des considérations sur l'histoire des Arabes, des Persans et des Berbères. Ce sont deux ouvrages résolument modernes dans leur méthode, Ibn Khaldoun insistant dès le début sur l'importance des sources, de leur authenticité et de leur vérification à l'aune de critères purement rationnels.

Écrit par : kim | 29 mai 2011

Les commentaires sont fermés.