30 mai 2011

Le livre des martyrs de Jean Crespin

 

Le hasard fait bien les choses, dit-on.

 

Toujours est-il qu'un commentateur m'a invité à faire une recherche pour savoir ce que la littérature européenne disait au XIVème et XVème siècle non seulement des noirs, mais de tous les non-chrétiens. Peu de temps après, je me fais remettre, au gré d'une rencontre, un exemplaire de la brochure « Awake ! » (Réveillez-vous ! périodique des Témoins de Jéhovah), brochure qui contient un article sur le livre de Jean Crespin.

 

Bien entendu, Jean Crespin l'a publié à Genève en 1554, donc à vrai dire après la période recherchée. Il jette néanmoins une lumière sur la façon des Européens « contemporains » d'Ibn Khaldoun de concevoir l'humanité.

 

Jean Crespin s'est rendu à Paris, en 1541, et y a assisté à l'exécution par le feu de Claude Le Painctre. La raison de cette exécution était qu'il avait, selon Crespin, dit la vérité à ses parents et amis. L'auteur a lui-même été accusé d'hérésie, avant de s'enfuir à Strasbourg, puis à Genève.

 

De formation juridique, il y a néanmoins abandonné cette profession pour devenir imprimeur. Il a publié les œuvres de Jean Calvin, Martin Luther, John Knox et Théodore Bèze, et des parties ou la totalité du Nouveau Testament et de la Bible en français, anglais, italien, latin et espagnol. Jean Crespin est lui-même devenu célèbre pour son « Livre des martyrs » dans lequel il mentionne beaucoup de ceux qui ont été exécutés à cause de leur foi entre 1415 et 1554.

 

Pierre Scherb

 

09:21 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : genève |  Facebook | | | |

Commentaires

En ce qui concerne les Indiens, je vous invite à lire ce qu'en disait Vittoria, ce qui explique comment Charles-Quint appliqua aux Indiens un tout autre traitement qu'aux noirs.

Écrit par : Armand Betton | 30 mai 2011

Les commentaires sont fermés.