12 février 2013

Faut-il interdire les Femen ?

Seins nus et corps tatoués à Notre-Dame de Paris pour « fêter » le départ du pape Benoît XVI, huit féministes se sont exposées aux fidèles et touristes présents, ainsi qu’aux spectateurs du monde entier. Elles n’avaient pas manqué de prévenir les agences de presse internationales pour s’assurer le spectacle médiatique recherché.

C’est tout de même simplet de traîner dans la boue une religion vieille de 2'000 ans qui, pour avoir passé par des périodes sanglantes dans son histoire, s’est considérablement pacifiée ces derniers temps. D’autant plus que des révoltes sanglantes secouent aujourd’hui le monde moderne à cause d’insultes réelles ou fantasmées des musulmans et de leurs sentiments religieux (caricatures de Mohamed, le film L’innocence des musulmans, etc.).

La question d’une interdiction des Femen en Suisse ne se pose cependant pas pour l’instant, car, sauf erreur de ma part, aucun groupuscule de cette sorte n’y a été créé.

19:35 Publié dans Croyances, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

Donnons leur l'égalité: un mois de séjour dans une prison masculine de la république!

Écrit par : Riro | 12 février 2013

Peut-être qu'"aucun groupuscule de cette sorte" n'a été créé en Suisse, Pierre Scherb mais la publicité dans les medias, les FEMEN en bénéficient tout autant que de soutiens financiers.

Si le sujet vous préoccupe, voici de quoi vous informer:
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/09/23/appel-au-meurtre.html

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 12 février 2013

Elles utilisent tout ce qui est médiatique pour se faire leur propre pub. Elles ne créent rien par elles-mêmes. Elles récupèrent à leur profit le féminisme en quelques slogans, ridiculisent les femmes, utilisent les gens connus pour se faire voir. Des rapaces. Les interdire serait leur faire trop d'honneur.

Écrit par : hommelibre | 12 février 2013

Ce que l'on peut lire sur la toile à propos de femen :

Pour comprendre le fonctionnement de l’association FEMEN, une jeune journaliste de télévision avait intégré l’organisation et avait participé à ses actions ‘seins nus’ en filmant ce qui se produisait avec une caméra cachée. Elle a suivi pendant plusieurs semaines une initiation professionnelle à l’art de la scène et aux relations publiques, apprenant à se comporter agressivement pour attirer l’attention des journalistes et se présenter comme une victime innocente.

Le plus important, c’est d’être à l’aise en montrant ses seins au public lors des manifestations. La nouvelle recrue de FEMEN a fait ses débuts lors de l’action à Paris, où l’association a ouvert récemment un bureau. Les filles de FEMEN sont venues à Paris pour manifester. Le voyage à Paris était offert à la journaliste par l’organisation FEMEN. Le billet d’avion, la chambre d’hôtel, les voyages en taxi et la nourriture coûtaient un millier d’euros par jour pour chacune des participantes, sans compter les frais de costumes, les services des maquilleurs et des stylistes.

La journaliste a également découvert que les activistes de FEMEN sont payées 1’000 dollars par mois, le triple du salaire moyen en Ukraine. En outre, le loyer que l’association verse pour son bureau de Kiev s’élève à 2’500 dollars par mois, alors que le loyer mensuel de leur bureau parisien se monte à plusieurs milliers d’euros. Concernant le financement et la manipulation de FEMEN, la journaliste pense qu’il s’agit certainement de personnes qui apparaissent souvent aux côtés des militantes du mouvement. Il s’agirait notamment du milliardaire allemand Helmut Geier, de la femme d’affaires allemande Beat Schober et de l’homme d’affaires américain Jed Sunden.

Écrit par : F.H.Jolivet | 13 février 2013

.... Et la liberté d'expression ? Nous ne sommes plus au temps de l'Union Soviétique !

Écrit par : Galileo | 13 février 2013

Les commentaires sont fermés.