23 février 2013

Berne soutient les organisations internationales – à Genève d’assurer la sécurité

La Tribune de Genève nous a appris la position du Conseil fédéral de soutenir financièrement le développement des organisations internationales. Elle rappelle la non-attribution à la Suisse du siège du Fonds vert de l’ONU et la délocalisation de quelques services d’organisations internationales.

Si la qualité des bâtiments est importante (Carlo Sommaruga réclame la rénovation de ceux de l’ONU, de l’OIT et de l’OMS), un autre aspect l’est encore plus. Le manque de sécurité à Genève a commencé à sérieusement préoccuper les dirigeants des organisations internationales. Pour l’instant, ils se contentent de lancer des appels à la prudence aux visiteurs et de l’abstention d’emmener d’autres organisations internationales.

La balle est dans notre camp. Les élections approchent. Opposons-nous à la délinquance croissante et à la dégradation de notre habitat par une mendicité importée qui s’exerce maintenant même déjà à l’intérieur des magasins. La gauche et le centre mou n’ont pas su apporter de réponse à ces problèmes. Aussi, optons-nous pour le changement.

13:44 Publié dans Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

très juste et cessons de croire aux belles paroles qui utilisent à bon escient l'enfant comme excuse pour élaborer des programmes n'ayant pour seuls but d'engraisser en premier et seulement leur porte monnaie ou conserver leur place dans un conseil administration comme certains politiciens proches de la couleur verte pour ne pas citer leurs noms
L'enfance à elle seule est devenue une institution ou chacun élabore des programmes sans se soucier de son avenir psychologique qui offrira en pitance ceux-là mêmes que ces organisations sont sensées protéger.
Quand on l'a compris plus d'argent du tout.En Suisse apprenons à dire non et écoutons ou ré-écoutons les magnifiques chansons de Guy Béart qui ne datent pas d'aujourd'hui:tous dans la m...et l'UMP
Parceque la misère existe depuis la fin de la guerre on ne peut pas dire qu'il y en a moins avec les ONG qui se sont greffées sur les existantes impuissantes déjà qu'elles étaient à réduire ce qu'elles entretennaient elles-mêmes.
L'argent n'a jamais eut d'odeur et encore pour pour soi disant en aider d'autres en récoltant de l'argent pour ensuite aller se bronzer aux caraibes ou construire des bungalows grand luxe en pleine Amazonie ou encore développer des programmes avec pour seuls but,la manipulation mentale comme faut jamais manger de viande à des peuples qui privés de nourriture viennent se réfugier chez nous.Aider nous mais ne donnez jamais d'argent ont lancé des dirigeants Africains ,alors écoutons-les !

Écrit par : lovsmeralda | 24 février 2013

il faut surtout que la berne fédérale passe des accords de réadmission et vite.

Le problème est la lenteur de ces négociations et surtout la timidité maladive de nos autorités dans ce domaine.

Il faut du courage et c'est la denrée la plus rare au conseil fédéral.

Écrit par : Dominique Vergas | 24 février 2013

Les commentaires sont fermés.