12 mars 2013

Conseil d'Etat : Sortez les sortants !!!

La présidente de l'UDC fait plus fort que le GHI et Pascal Décaillet. Voyez plutôt :

Les deux députés Christina Meissner et Eric Leyvrat se battent contre le frein à l’endettement. Ils s’étonnent que le Conseil d’Etat soit incapable de trouver 1% d’économie sur un budget de 8,8 milliards pour parvenir à un budget équilibré. C’est d’autant plus étonnant qu’avec ces « réductions » de budget, l’Etat pourrait toujours dépenser plus que sous le régime des 12èmes provisionnels, en vigueur actuellement et cela sans catastrophes majeures.

Il n’est donc pas étonnant que Pascal Décaillet prie les électeurs de ne pas reconduire Michèle Künzler. C’est un bon début, mais ne faudrait-il pas plutôt suivre la consigne de Céline Amaudruz : « Sortez les sortants ! » ?

Voici le communiqué de presse signé Meissner et Leyvrat :

Genève serait-elle incapable de trouver 1% d’économie sur un budget de 8,8 milliards pour parvenir à un budget équilibré ?

1,1%, c’est 98 millions et c’est un prix bien modeste pour éviter que le redoutable frein à l’endettement contraigne le gouvernement à proposer des mesures autrement plus douloureuses pour tous : soit une hausse d’impôt soit une baisse de prestation mais impossible d’y échapper.

Ce mécanisme qui s’enclenche automatiquement après 2 comptes déficitaires successifs, le peuple dans sa grande sagesse l’a voté. Les élus, face à ce risque auront-ils la même sagesse ? A 6 mois des élections, la tentation est forte de refiler la patate chaude aux suivants. Le nouveau gouvernement et le nouveau Grand Conseil auront une excuse toute choisie, ce n’était pas leur faute mais celle de leurs prédécesseurs, une rengaine hélas bien connue et usée à l’envi.

L’UDC est le seul parti qui n’a jamais changé d’avis, qui a toujours plaidé pour un budget équilibré et qui continuera à le faire en déposant un amendement demandant au Conseil d’Etat de prendre ses responsabilités et de trouver ce pourcent salvateur. Car le Conseil d’Etat, qui est aux commandes, qui dirige et connaît (on l’espère) ses départements, ses services, ses dépense et ses projets, sait où il peut raboter encore un petit peu sans mettre en péril la substance même de l’Etat. Mais si l’amendement UDC est refusé, il appartiendra alors au Grand Conseil de trouver ledit pourcent lui-même, par des coupes précises, très ciblées, sans doute plus douloureuses pour certains, mais toujours moins pour le peuple que le frein à l’endettement. L’UDC a fait l’exercice et a trouvé les 98 millions à économiser pour arriver à l’objectif d’un budget équilibré.

En économisant environ 1% sur près de 4 milliards de subventions, sur les dépenses informatiques et sur les dépense générales ; en renonçant à des dépense telles que des œuvres d’art le long de lignes de tram, quelques concours, grands projets ou rêve de plage. Mais en ne touchant pas au personnel de l’Etat, en évitant juste de stabiliser des postes temporaires, par exemple à l’aménagement du territoire qui entend doubler le nombre de ses employés par ce biais. Même avec ces coupes ciblées, le budget est supérieur au montant de 2012, dont l’Etat se contente depuis 3 mois avec les 12èmes provisionnels sans qu’il n’y ait eu de catastrophes majeures. Pour l’UDC, ces coupes sont tout à fait jouables et même génératrices de créativité, et de bon sens, une qualité qu’il est urgent de réintroduire au plus vite au sein de l’Etat, à contrario du déficit !

20:22 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : udc |  Facebook | | | |

Commentaires

Je partage votre analyse.
Pourtant je m'inquiète lorsque les commissaires des finances sabrent aveuglément dans des budgets aussi importants que la Protection des données et le suivi de l'éducation.
Le plus grave c'est que ces miliciens ne prennent pas suffisamment de temps pour s'informer et parcourir les dossiers qui leurs sont fournis.
Oui, c'est au CE de prendre ses responsabilités et de sabrer où c'est possible dans leurs services. Mais c'est mal vu. M. Blocher a donné l'exemple en supprimant plusieurs postes de chefs de services. Il a payé très cher sa politique d'austérité. Et il fut facile de dénoncer son manque de collégialité. L'histoire nous prouvera peut-être que son éviction était une manoeuvre de plus pour se débarrasser d'un troublion. Et l'actualité semble donner raison à ces derniers si nous nous référons à ce qui se passe en Valais ces jours...

Écrit par : Pierre Jenni | 12 mars 2013

Yvan Perrin , Oskar Freysinger et même peut-être (il est permis de rêver) Céline Amaudruz ... la vague UDC gagne la Suisse Romande ...

Écrit par : Victor Winteregg | 13 mars 2013

Yvan Perrin , Oskar Freysinger et même peut-être (il est permis de rêver) Céline Amaudruz ... la vague UDC gagne la Suisse Romande ...

Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle...

Écrit par : Michel Sommer | 13 mars 2013

A voir l'engouement en Valais pour qu'enfin l'UDC entre au gouvernement c'est qu'à force de se faire bafouer, les Electeurs ont enfin compris qu'avant de critiquer, il faut laisser un élu faire ses preuves!
Réjouissante perspective pour le Valais. On vous en souhaite tout autant à Genève.....en plus vous auriez bien besoin d'un peu de soleil valaisan M. Summer....oups!

Écrit par : Corélande | 13 mars 2013

Si sortir les sortants, c'est les remplacer par la "vague UDV" - à laquelle il conviendrait d'ajouter la vase MCG - c'est prendre des vessies pour des lanternes.

Écrit par : Déblogueur | 13 mars 2013

Les commentaires sont fermés.