27 mars 2013

Election du Conseil fédéral par le peuple: l’UDC propose, la gauche «raisonnable» suit

Micheline Calmy-Rey montre la voie: «Ce serait une bonne solution pour rendre ces élections plus transparentes… Actuellement, l'élection du gouvernement entraîne des tractations plus ou moins obscures. Cela permet toutes sortes d'arrangements. Ce serait beaucoup plus sain si les candidats des partis faisaient campagne auprès du peuple qu'auprès des parlementaires.»

Cela correspond exactement à la position de l'UDC. Le parti rappelle en outre que son initiative tient en priorité à faire confiance au peuple en lui permettant d'élire le Conseil fédéral comme c'est le cas dans tous les cantons qui élisent à satisfaction les conseillers d'Etat, les conseillers aux Etats et les conseillers nationaux. Cette pratique démocratique a fait ses preuves. Il n'y a dès lors plus de raison que les citoyennes et les citoyens ne se prononcent pas également à l'échelon suprême, à savoir l'élection du Conseil fédéral.

D’autres ténors de la gauche «raisonnable» préconisent également le «Oui» à l’initiative concernant l’élection du Conseil fédéral par le peuple: Pierre-Yves Maillard, Géraldine Savary et Robert Cramer. Il y a donc une forte chance qu’une partie de leur électorat les suive.

21:46 Publié dans Droit public, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : udc |  Facebook | | | |

21 mars 2013

Le français est une chance

La journée de la francophonie a été célébrée sous ce titre, ce 20 mars à Genève. A cette occasion, le musicien Ismaël Lô a fait le déplacement de Dakkar pour un seul concert en Europe dans la salle des Assemblées de l'ONU. Voici quelques impressions, ambiance garantie:

Ismaël Lô 1.jpg



Ismaël Lô 2.jpg



Ismaël Lô 3.jpg

22:40 Publié dans Genève, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20 mars 2013

L'art de recycler

L'art de recycler en trois photos.

L'art de recycler 1.jpg



L'art de recycler 2.jpg



L'art de recycler 3.jpg

09:17 Publié dans Art, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18 mars 2013

Une année 2013 sans budget ?

Le budget continue à tarauder les esprits. C’est au tour de Charles Beer de livrer ses réflexions (TdG de ce jour). Pas question de présenter un nouveau budget, cette fois-ci équilibré – non. Pour lui, c’est beaucoup plus simple. Ou bien le Grand conseil décide de suspendre le frein à l’endettement et il y aura alors consultation du peuple. Ou bien ce tour de passe-passe est refusé et le PLR accepte le déficit de presque 100 millions, faisant ainsi basculer la majorité. Dans l’hypothèse improbable qu’aucun des deux cas ne se réalise, le Conseil d’Etat retirerait son projet de loi budgétaire et l’Etat continuerait à vivre sous le régime des douzièmes provisionnels durant toute l’année 2013.

D’ici-là, je vous présente la position de l’UDC intitulée : l'UDC mène le bal et remporte la décision.

L'UDC tient fermement sa ligne.
Lors du débat du Grand Conseil, jeudi 14 et vendredi 15 mars, sur le budget 2013 de L'Etat, l'UDC, fidèle à sa position, a déposé d'entrée un amendement ramenant l'équilibre budgétaire. Elle a été l'instigatrice du front PLR, MCG et UDC réclamant au Conseil d'Etat des économies de l'ordre de 100 millions sur un total de 8,1 milliards de francs ( hors versement à la caisse de pension).
Accepté en deuxième débat par le parlement, ce projet de budget a été bloqué par le Conseil d'Etat qui a refusé le 3ème débat. Le budget sera donc remis à l'ordre du jour de la session d'avril, comme le veut le règlement.
Nous subissons un Conseil d'Etat arrogant et hautain, incapable d'avoir réalisé en amont les coupes nécessaires, et qui porte l'entière responsabilité de ce retard: proposer un budget en octobre 2012 avec un déficit indécent de 278 millions, est une provocation et un manque de respect vis-à-vis des députés et de la population, il faut oser!
Ce Conseil d'Etat ne fait que confirmer sa médiocrité et son manque de sens des réalités alors que la situation économique donne des signes inquiétants de ralentissement.
Cet exécutif a gravement augmenté la dette et n'a rien entrepris pour diminuer le train de vie faramineux de l'Etat.Le budget d'avril prochain inclura des rentrées d'impôts qui n'auraient pu être comptabilisées dans un budget normal voté en décembre et améliorera de façon artificielle la pitoyable prestation du Conseil d'Etat.
Que la population se souvienne en octobre de la piètre performance des partis gouvernementaux et donne un grand coup de balai en votant UDC!
L'UDC Genève ne boudera pas le débat et continuera à défendre ses objectifs vers un budget 2013 équilibré pour les futures générations.

Communiqué de presse du 17 mars 2013

Renseignements :
Eric Leyraz, Député, membre de la commission des finances, vice-Président
François Velen, Secrétaire général

16:22 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : udc |  Facebook | | | |

17 mars 2013

Les Valaisans portent l’UDC et Oskar Freysinger aux nues

Presque 45% des électeurs lui ont fait confiance et ont mis son nom dans l’urne. Le grand perdant est le PLR qui n’a pas vu venir le danger. De manière aveugle, il a lancé un candidat issu du même district que le champion UDC Oskar Freysinger à la bataille. Après le premier tour, il était trop tard pour corriger le tir en l’espace de deux semaines seulement, avec le lancement de Léonard Bender.

A Genève, le PLR a-t-il senti le boulet lorsqu’il a accepté l’amendement UDC pour un budget sans déficit ? A-t-il réalisé que suivre le PDC et la gauche réunie était faire fausse route ? Va-t-il enfin faire pression pour que ce Conseil d’Etat aux abois (je cite ici Pascal Décaillet) présente un budget équilibré ? Réponse dans un mois.

20:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc |  Facebook | | | |

16 mars 2013

La gauche veut se soustraire au frein à l’endettement par un tour de passe-passe, l’UDC dit non

Pour rappel, le frein à l’endettement a été voté par le peuple en 2006. Il empêche la classe politique de dépenser à qui mieux mieux, tout en laissant les dettes aux générations futures. Cette sage institution s’appliquerait l’année prochaine en cas d’acceptation du budget proposé par le conseil d’Etat. Cependant, elle n’a pas l’air de plaire aux divers partis gouvernementaux de gauche. Ils se posent en mauvais perdants, ayant refusé le frein à l’endettement lors de son adoption, et proposent de voter une exception de deux ans.

L’UDC suivi par le MCG veille et réussit à réveiller le PLR endormi avec la promesse de laisser trancher le peuple l’année prochaine. Energiquement, une réduction générale de 2% des dépenses est acceptée. Douloureuse, elle l’est certes, mais peut-on faire une omelette sans casser des œufs ?

La balle est désormais dans le camp du Conseil d’Etat qui est appelé à enfin proposer un budget équilibré.

08:59 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : udc |  Facebook | | | |

13 mars 2013

François Ier qu’on est allé chercher au bout du monde

Les cardinaux ont créé la surprise à Rome, ce mercredi 13 mars 2013. Elle est presque aussi grande que celle de la démission du pape Benoit XVI. Après quatre votes seulement, tout le monde s’attendait à voir apparaître un des favoris comme par exemple l'archevêque de Milan Angelo Scola ou un des cardinaux africains.

C’est le premier pape sud-américain, l’argentin Jorge Mario Bergoglio, 76 ans, qui s'est présenté à la foule des croyants, tout de blanc vêtu. C’est aussi le premier jésuite devenu pape. C’est dire que l’église catholique est vraiment en mouvement et, apparemment, en accord avec son temps.

Le nouveau pape s’est à présent retiré pour prier et a demandé que les fidèles en fassent de même.

20:44 Publié dans Croyances | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

12 mars 2013

Conseil d'Etat : Sortez les sortants !!!

La présidente de l'UDC fait plus fort que le GHI et Pascal Décaillet. Voyez plutôt :

Les deux députés Christina Meissner et Eric Leyvrat se battent contre le frein à l’endettement. Ils s’étonnent que le Conseil d’Etat soit incapable de trouver 1% d’économie sur un budget de 8,8 milliards pour parvenir à un budget équilibré. C’est d’autant plus étonnant qu’avec ces « réductions » de budget, l’Etat pourrait toujours dépenser plus que sous le régime des 12èmes provisionnels, en vigueur actuellement et cela sans catastrophes majeures.

Il n’est donc pas étonnant que Pascal Décaillet prie les électeurs de ne pas reconduire Michèle Künzler. C’est un bon début, mais ne faudrait-il pas plutôt suivre la consigne de Céline Amaudruz : « Sortez les sortants ! » ?

Voici le communiqué de presse signé Meissner et Leyvrat :

Genève serait-elle incapable de trouver 1% d’économie sur un budget de 8,8 milliards pour parvenir à un budget équilibré ?

1,1%, c’est 98 millions et c’est un prix bien modeste pour éviter que le redoutable frein à l’endettement contraigne le gouvernement à proposer des mesures autrement plus douloureuses pour tous : soit une hausse d’impôt soit une baisse de prestation mais impossible d’y échapper.

Ce mécanisme qui s’enclenche automatiquement après 2 comptes déficitaires successifs, le peuple dans sa grande sagesse l’a voté. Les élus, face à ce risque auront-ils la même sagesse ? A 6 mois des élections, la tentation est forte de refiler la patate chaude aux suivants. Le nouveau gouvernement et le nouveau Grand Conseil auront une excuse toute choisie, ce n’était pas leur faute mais celle de leurs prédécesseurs, une rengaine hélas bien connue et usée à l’envi.

L’UDC est le seul parti qui n’a jamais changé d’avis, qui a toujours plaidé pour un budget équilibré et qui continuera à le faire en déposant un amendement demandant au Conseil d’Etat de prendre ses responsabilités et de trouver ce pourcent salvateur. Car le Conseil d’Etat, qui est aux commandes, qui dirige et connaît (on l’espère) ses départements, ses services, ses dépense et ses projets, sait où il peut raboter encore un petit peu sans mettre en péril la substance même de l’Etat. Mais si l’amendement UDC est refusé, il appartiendra alors au Grand Conseil de trouver ledit pourcent lui-même, par des coupes précises, très ciblées, sans doute plus douloureuses pour certains, mais toujours moins pour le peuple que le frein à l’endettement. L’UDC a fait l’exercice et a trouvé les 98 millions à économiser pour arriver à l’objectif d’un budget équilibré.

En économisant environ 1% sur près de 4 milliards de subventions, sur les dépenses informatiques et sur les dépense générales ; en renonçant à des dépense telles que des œuvres d’art le long de lignes de tram, quelques concours, grands projets ou rêve de plage. Mais en ne touchant pas au personnel de l’Etat, en évitant juste de stabiliser des postes temporaires, par exemple à l’aménagement du territoire qui entend doubler le nombre de ses employés par ce biais. Même avec ces coupes ciblées, le budget est supérieur au montant de 2012, dont l’Etat se contente depuis 3 mois avec les 12èmes provisionnels sans qu’il n’y ait eu de catastrophes majeures. Pour l’UDC, ces coupes sont tout à fait jouables et même génératrices de créativité, et de bon sens, une qualité qu’il est urgent de réintroduire au plus vite au sein de l’Etat, à contrario du déficit !

20:22 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : udc |  Facebook | | | |

08 mars 2013

Bonne fête à toutes les femmes

Le 8 mars, les femmes fêtent une journée pour le féminisme et les droits des femmes. A l’origine, il s’agissait de réclamer l’égalité des droits, de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Se demande-t-on en Suisse ce qu’il reste encore à faire dans ces domaines ? Pas vraiment, tant il est vrai qu’il n’y reste rien ou si peu. La journée internationale de la femme est reléguée au folklore. On préfère alors parler des droits de mariage pour les couples homosexuels, et on tourne la page.

Dans d’autres parties du monde, la situation n’est de loin pas aussi réjouissante. Sur le blog de Sylvie Neidinger, nous pouvons par exemple voir un islamiste égyptien qui est interviewé par une présentatrice non voilée, comme c’est l’habitude en Egypte. Entre les deux se dresse une cloison matte empêchant qu'ils se voient. L’extrémiste genre Ben Laden avait refusé de participer à l’émission sans ces précautions. Il n’accepte pas de femme non voilée à la télé et menace ouvertement d’appliquer ce régime de terreur dès que possible. Remarquez que la présentatrice n'avait pas à se soumettre, mais combien de femmes, et même en Suisse comme j'ai pu le constater personnellement, n'arrivent pas à s'opposer à la violence ou au chantage (tu es plus belle avec le voile) exercés par quelques hommes!

Pensons donc à toutes les femmes qui souffrent à cause de leur condition de femme. Bonne fête à toutes les femmes!

15:00 Publié dans Croyances, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

06 mars 2013

Vers plus de sécurité à la frontière genevoise

Les Genevois n'en peuvent plus d'être les victimes de Schengen, accord mal ficelé qui permet entre autres défauts au grand banditisme des excursions régulières en Suisse pour s'approvisionner dans nos banques, puis de retourner en France sans être inquiété.

L'espoir est cependant à nouveau de mise, car le Conseil national vient d'accepter, contre la gauche et le PLR, une initiative UDC permettant d'augmenter le nombre des gardes-frontières. Voici le communiqué de presse UDC signé par le Conseiller national Yves Nidegger:

Par 98 oui contre 89 non, le Conseil national a décidé hier (5 mars 2013) de donner suite à l’initiative UDC Reymond/Nidegger exigeant l’engagement de plus de gardes-frontières pour les cantons frontaliers (10.515) afin de compenser le déficit de sécurité engendré par Schengen. La gauche et le PLR ont voté contre.

A l’exception de quelques aléatoires contrôles volants, la frontière genevoise est ouverte depuis Schengen aux marées et aux ouragans du grand comme du petit banditisme.

Acquis sur catalogue, sans essayage préalable, Schengen fait ainsi partie de ces mauvais achats que l’on devrait retourner au fabricant pour non-conformité de l’article aux qualités promises. Avec au passage, un blâme, voire une demande de réparation, à l’intention du détaillant indélicat qui a fourgué une camelote en promettant la qualité.

Le problème est ici que le détaillant, comprenez le Conseil fédéral et la majorité du parlement, persiste dans l’idée que l’interdiction du contrôle des personnes au passage de la frontière serait un plus pour la sécurité intérieure. Et l’explosion des cambriolages et des agressions armées d’origine transfrontalière survenue depuis la mise en œuvre de Schengen n’est pas de nature à ébranler leur foi. L’UDC reste donc seule à dire qu’un traité qui oblige nos gardes-frontières à se replier sur les seules « frontières extérieures » de l’Europe, c’est-à-dire à Genève la zone non-Schengen de l’aéroport où ils sont occupés au contrôle obligatoire et chronophage des touristes anglais venus skier dans les stations alpines, tout en désertant la « frontière intérieure », comprenez la frontière suisse, abandonnée à la libre circulation des gangsters transfrontaliers, ne pouvait et ne peut générer qu’une plus grande insécurité.

En attendant la résiliation de Schengen et le retour de nos forces sur notre frontière, la Suisse qui ne peut rester sans se défendre contre l’explosion du crime n’a d’autre choix que celui d’engager à ses frais plus de gardes-frontières à affecter aux cantons-frontières et tout particulièrement à Genève. Il faut pour cela une base légale et tel était le but de l’initiative de l’UDC-Genève qui vient d’être suivie à Berne. Les contrôles volants n’étant pas interdits par Schengen, ils doivent pouvoir être multipliés jusqu’à couvrir les besoins de sécurité nouveaux générés par le traité de Schengen. Le processus législatif ne fait que commencer, la décision du National du 5 mars 2013 est une victoire d’étape.

14:21 Publié dans Droit public, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |