24 décembre 2013

Protéger votre marque

Les marques sont souvent ce qu’une société possède de plus précieux. Les marques sont déterminantes pour son image auprès de sa clientèle et du public. Il est donc important de bien les protéger qu’il s’agisse de mots (p. ex. Nestlé), de slogans (p. ex. Think different), de lettres (p. ex. CFF), de chiffres (p. ex. 501), de représentations figuratives (logo) ou de formes tridimensionnelles (p. ex. Toblerone).

Au début, les marques ont été crées pour protéger les consommateurs d’une possible tromperie. Puis il s’est avéré que les marques étaient aussi très utiles pour la publicité des sociétés. D’où l’intérêt de créer des marques fortes pour empêcher des concurrents à utiliser des mots similaires, capables de tromper les clients qui achètent leurs produits plutôt que ceux du détenteur de la marque.

La protection d’une marque est valable durant dix ans et peut être prolongée à l’infini de dix ans à dix ans.

06:39 Publié dans Droit de la propriété intellectuelle, Droit des affaires | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

Commentaires

ENSEMBLE, STOPPONS LE CAPITALISME, LE COMMUNISME, LE SOCIALISME. OPTONS POUR LE CAPITAL, NOTRE CAPITAL :

* Deux capitaux : la nature, l’Homme
* Deux obligations : préserver, gérer
* Deux moyens : des états intellectuels, un système informatique
* Deux finalités : ni tortures, ni harcèlements
* Deux reconnaissances : mon travail, mes loisirs
* Une mission : mes sécurités et celles des autres

Je travaille :
• j’ai droit à un toit sécurisé, sans bruit.
• J ai droit à des aliments salvateurs.
• J’ai droit à une éducation
• J’ai droit à des soins
• J’ai droit à des loisirs
• J’ai droit à des voyages

• J’ai le devoir de faire mon métier correctement,
• J’ai le devoir de continuer à me former dans ce métier, ou dans un autre, si celui-là ne me plaît plus
• J’ai le devoir de respecter les habitudes alimentaires du pays où je vis, ainsi que ses lois et son projet de société
• J’ai le devoir de donner un peu de mon temps aux autres
• J’ai le devoir de prévenir suffisamment à l’avance l’endroit où je pars en vacances, pour que cette région ou cette nation puisse m’accueillir et garantir mes sécurités physique, alimentaire, sanitaire

Je ne suis plus en phase avec le métier que je pratique :
J'’ai le droit de passer des tests de capacité pour un autre métier de mon choix, et de me former à ce métier pour le jour où une place se libère. je respecte les décisions politiques si cela est un peu long et honore mon emploi en cours.
Je ne suis plus en phase avec le pays où je suis né :
j’ai le droit de demander à un autre pays de m’accueillir, et j’ai le devoir de proposer l’une de mes compétences à ce pays pour travailler dans ce pays.

Je ne veux pas travailler :

Je ne veux pas travailler dans ma patrie :
• j’ai droit à un toit sécurisé, sans bruit.
• J’ai droit à des aliments salvateurs
• J’ai droit à une éducation que je peux refuser
• J’ai droit à des soins
• J’ai droit à des livres
• J’ai droit à des spectacles culturels, sportifs J’ai droit aux sports, aux études
• J’ai droit à savoir pourquoi je ne veux pas de cette société et je peux exiger que ma patrie mette la thérapie nécessaire à ma disposition
• Je n’ai pas droit aux voyages à travers le Monde et à certains biens de consommations

Si je pense être asocial, je peux toutefois aider les autres de temps en temps. Je ne peux pas revendiquer un statut d’artiste ou de sportif pour m’ exonérer de travail, si ce statut ne m’a pas été attribué par le public.

Écrit par : Le Sauder | 26 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.