30 juin 2014

La fin du football minimaliste

La mode a été lancée par l’Italie et est devenue le standard aujourd’hui : faire un but, puis se reposer dessus à tout prix quitte à tuer le match. Or, ce mondial annonce peut-être un retour à un football plus agressif.

Observons donc les matchs qui ont été caractérisés par ce que je nommerai le football minimaliste. Force est alors de constater que toutes les équipes qui se sont adonnées à ce petit jeu-là l’ont payé au prix fort.

La Côte d’Ivoire a été la première victime. Après une ouverture par la Grèce à la 42e minute, elle a pu égaliser à la 74e minute. Sachant qu’un match nul lui suffirait pour la qualification, elle s’est alors contentée de tout mettre à la défense. Résultat des courses : Un pénalty à la 93e minute et une élimination du mondial !

Puis vint le tour de l’Italie. Forte d’une qualification assurée d’entrée de jeu, elle s’est barricadée et n’a jamais vraiment cherché à faire un but - jusqu’à la 81e minute, lorsque l’Uruguay a marqué et détruit en même temps les spéculations des Italiens. Il fallait alors inscrire un but immédiatement, mais - hélas - le temps manquait autant que les attaquants et le couperet pour l’Italie est tombé à peine dix minutes plus tard.

Le tour est au Pays-Bas contre le Mexique. De manière surprenante, le Mexique a inscrit un but après 48 minutes de jeu. Se sachant qualifié, il a tout fait pour le sauver, en sacrifiant largement ses attaques à cette fin. Il a été surpris par l’égalisation à la 88e minute, avant de sombrer sur pénalty à la 94e minute, au temps additionnel.

La dernière victime de cette façon délétère de jouer est le Costa Rica. Comment cela, vous demandez-vous, le Costa Rica ne s’est-il pourtant pas qualifié ? Évidemment. Néanmoins, après avoir mené 1 à 0 dès la dixième minute du jeu, il s’est aussi consacré à la défense et à la sauvegarde de son seul but de différence. Jouant à 10 après un carton rouge encaissé par Oscar Duarte à la 66e minute, elle a fini par concéder l’égalisation à la 91ème minute, au temps additionnel. Il lui fallait alors souffrir trente longues minutes de plus avant d’être sauvé par un sans faute lors des tirs au but.

Le message d’abandonner le football minimaliste aurait-il passé auprès des entraineurs ? L’avenir le montrera.

http://blog.pierrescherb.ch/2017/05/la-fin-du-football-mi...

17:37 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.