14 octobre 2015

Accords bilatéraux: des chiffres intéressants

Convaincu des bienfaits des accords bilatéraux que je suis, j’ai bien dû me tenir en lisant ces chiffres*:

Depuis l’entrée en vigueur des accords bilatéraux, la part des exportations à destination de l’UE est tombée de 63% (2002) à 54% (2013).

Dans la même période, les exportations ont augmenté de 49%. A destination de l’Amérique du Nord, les exportations ont augmenté de 56% et à destination de l’Asie même de 97%.

En 2013, la Suisse a importé des marchandises en provenance de l’UE pour un montant de 135 milliards d’Euros, tandis qu’elle a exporté seulement pour 116 milliards d’Euros, soit un bénéfice net pour l’UE de 19 milliards d’Euros. Pour l’UE, la Suisse est le deuxième client par ordre d’importance.

Avec environ 290’000 frontaliers, la Suisse fait partie des plus grands employeurs de l’UE.

J’en conclus, avec les auteurs de ces chiffres, que l’UE est le bénéficiaire véritable des accords bilatéraux.

* Source: Le bulletin de l’ASIN, mars 2015

15:49 Publié dans Droit public, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

Commentaires

L'UE aurait bien plus à perdre que la Suisse! Il nous faut donc des CF capables de taper du poing sur la table bruxelloise en leur disant ce que nous, nous voulons, notamment pour l'application de la votation du 9.2.2014

On peut aussi se passer de ces accords bilatéraux!

A revoir tout cela dans quelques mois, lors d'une prochaine votation.

Écrit par : Corélande | 14 octobre 2015

Je ne sais pas si vous me publierez, mais je me lance.
Quelques chiffres pour éclairer notre lanterne - Exportation en 2000 vs 2014):
1) Europe 86 839 M => 137 948 M = 59% d'augmentation
2) Asie 22 749 M => 101 131 M = 345% d'augmentation
3) Amerique 23 124 M => 39 349 M = 70% d'augmentation

Contrairement à votre analyse, si la part des exportations vers l'Europe a effectivement diminué par rapport au total des exportations, ces dernieres ont quand même progressées de près de 60% !

Sources : http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/06/05/blank/data.html

Écrit par : eric | 14 octobre 2015

@ eric:
Merci de confirmer ainsi mon analyse, car je n'avais pas allégué que les exportations n'avaient pas progressé.

Les importations aussi ont progressé, de Frs 106'158'000.- à Frs 166'786'000.-, soit Frs 9'519'000.- de plus que l'augmentation des exportations.

Écrit par : Pierre Scherb | 14 octobre 2015

Merci d'avoir pris le temps de me répondre.
Nous sommes donc d'accord sur le fait que l'activité entre la Suisse et L'UE a bien progressée depuis la mise en place des accords bilatéraux.
Il serait intéressant de comprendre pourquoi les importations de l'UE ont progressé un peu plus vite que celles des exportations. A mon avis, la chute de l'Euro entammée en 2008 n'a pas dû aider. Il faudrait analyser plus finement les statistiques (et ce n'est pas possible avec le chiffres publiés sur bfs) pour tirer des conclusions pertinentes allant au delà de simples chiffres.
L'autre question à se poser est : En quoi tuer les bilatérales ferait il renverser la situation ?

Écrit par : eric | 14 octobre 2015

La Suisse a donc a elle seule une importation venant de 28 pays de l'UE qui a augmenté en 14 ans de 36,35% contre notre exportation de 59% sur ces mêmes 28 pays.

Sans être actuaire il n'est pas compliqué de voir à qui cela a profité le plus.

Quand on voit les conséquences de la toile d'araignée de ces accords bilatéraux sur des sujets qui n'ont rien à voir ; Erasmus, la libre circulation, on comprend vite que ceux qui ont négocié cela "comme des grossistes" n'avaient que le but à moyen terme d'engloutir la Suisse dans l'UE!

Écrit par : Corélande | 15 octobre 2015

Derrière ces chiffres, ce sont des entreprises qui ont pu accroître leurs exportations vers l'Europe. Notamment des développements d'ingénierie plus vite rentabilisés, donc une meilleurs capacité à investir pour rester concurrentielles. Ainsi des entrées fiscales plus importantes.

Ces accords ont été un "win-win".

S'attaquer à ces bilatérales, c'est un suicide à petit feu. Dans un monde ultra concurrentiel, il ne nous est pas permis de faire la diva, il faut être pragmatique.

Je verrai d'un très mauvais œil à continuer d'aider les paysan à ce niveau, alors que l'économie se contracte à cause d'abandon de ces bilatérales. Les paysans qui votent volontiers UDC, devront assumer totalement leur choix, et moins compter sur la générosité de la Confédération, c'est-à-dire, nos impôts.

Écrit par : Glob | 15 octobre 2015

J'ai vraiment du mal à comprendre ce genre de raisonnement.
Le premier partneraire commercial de la Suisse est l'Allemagne.
En 2014 la Suisse a importé 51.3 Mds et Exporté 38.6 Mds avec ce partenaire.
Pouvez vous me dire ce que la Suisse a importé d'Allemagne ? Est de l'Energie, des biens de consommation, des denrées alimentaires,... ?
Quand je regarde les statistiques sur les immatriculations de 2014 je vois que 35% sont des voitures allemandes par exemple. Vous ne pourrez pas empécher les automobilistes d'acheter ces voitures mais dans le même temps vous proposez de mettre des batons dans les roues des entreprises qui exportent ?

Écrit par : Eric | 15 octobre 2015

Les commentaires sont fermés.