21 février 2016

Vous n’êtes pas chrétien

Donald Trump n’est pas chrétien, foi du pape François. Les membres de l’UDC ne sont pas chrétiens, car ils ne veulent pas accueillir les étrangers (entendu à Genève). Et vous autres, n’êtes-vous pas chrétiens non plus, parce que vous ne condamnez pas l’utilisation du préservatif, n’allez pas à la messe ou au culte le dimanche, ne jeûnez pas lors du jeûne genevois ou du jeûne fédéral, etc.

Face à de tels propos, je préfère me rappeler ceux d’Arnaud Amauric tenus lors du siège de Béziers: «Tuez les tous (les cathares et les catholiques), Dieu reconnaîtra les siens.» Et de me consoler de ce que le Pape ne régente plus le monde.

Voir ma photo d'illustration.

19:04 | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook | | | |

Commentaires

Très bon texte.
Qui pensait que les "vrais" chrétiens finiraient par regretter Benoît XVI ?

Écrit par : norbert maendly | 21 février 2016

@Pierre Noel Le Pape a oublié qu'un bon chrétien a ne pas confondre avec crétin se doit de ne jamais critiquer ou juger son prochain
Quand à la photo de Monsieur Blocher diable que cet homme a dû connaitre de nombreux succès auprès de la gente féminine /rire
Très belle soirée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 21 février 2016

Si il y a un parti en Suisse qui ne partagent ni ne défend les idéaux chrétiens, c'est bien l'UDC. Je voys met au défi de me citer une valeur d'inspiration chrétienne pronée par ce parti !

Écrit par : Galileo | 21 février 2016

Merci Galileo, je vous citerai même deux valeurs de l'UDC d'inspiration chrétienne, trouvées dans le programme du parti 2015-2019, soit la tolérance et l'ouverture (p. 91).

Écrit par : Pierre Scherb | 21 février 2016

"Tolérance et ouverture" .... Valeurs défendues par l'UDC, c'est une plaisanterie ?!

Écrit par : Galileo | 21 février 2016

Non, c'est la réalité qui ne doit cependant pas nous empêcher d'observer d'un oeil critique certains développements... (cf. le programme du parti téléchargeable ici: https://www.udc.ch/fr/assets/File/Parteiprogramm_2015-f.pdf

Écrit par : Pierre Scherb | 21 février 2016

Galileo, c'est plutôt vous qui plaisantez, avec plus de 40% d'étrangers à Genève et 56% aux Pâquis. L'UDC défend les étrangers qui respectent les lois contre ceux qui ne le font pas et leur causent ainsi du tort.
http://www.letemps.ch/opinions/2016/02/21/etrangers-criminels-une-chance-personne-suisse

Écrit par : Pierre Scherb | 21 février 2016

« Donald Trump n’est pas chrétien, foi du pape François. »

Non, Monsieur Scherb. La pape n'a PAS dit "Donald Trump n'est pas chrétien".

Écrit par : Chuck Jones | 21 février 2016

Vous avez raison, Chuck Jones. Néanmoins, « même s’il ne l’a pas cité nommément, l’allusion au favori de la campagne pour l’investiture républicaine, Donald Trump, était évidente. » (Le Monde)

Écrit par : Pierre Scherb | 21 février 2016

@ Galileo. Il ne peut y avoir d'ouverture sans mesure sinon c'est une invasion ni de tolérance sans souveraineté sinon c'est de la soumission. L 'UDC est en accord avec les principes d'ouverture et de tolérance tant qu'ils ne se traduisent pas par respectivement une immigration incontrôlée du pays et une perte de souveraineté du peuple suisse.

Écrit par : norbert maendly | 21 février 2016

Lovejoie, Pierre NOËL c'est moi, "votre préféré" Je vous ai marqué tant que ça? J'en suis profondément désolé.

Bon, c'était pour le bien lors, vous et moi sommes pardonnés!

Bien à vous Lovejoie *L*

Juste un petit mot sur ce paperon blanc, il se permet de juger, dieu c'est moi ou Satan selon les jours. Je l'enverrai en enfer comme il se doit.

Lorsque j'affirme qu'une partie de la chrétienté n'a plus de message pour emmener les foules, je ne suis pas loin de la réalité.

Mes respects Pierre Scherb, bravo pour en avoir fait un bon sujet.

Écrit par : Pierre NOËL | 22 février 2016

Monsieur Scherb,

Vous me citez le journal Le Monde, moi je vous cite le pape lui-même, et le journaliste qui posa la question, laquelle définit très précisément le _contexte_ que les médias ont très oppprtunément ignoré.

Domanda di Phil Pullella, “Reuters”:

Buona sera, Santità. Lei oggi ha parlato molto eloquentemente dei problemi degli immigrati. Dall’altra parte della frontiera, comunque, c’è una campagna elettorale abbastanza dura. Uno dei candidati alla Casa Bianca, il repubblicano Donald Trump, in un’intervista recentemente ha detto che Lei è un uomo politico e addirittura ha detto che forse Lei è anche una pedina, uno strumento del governo messicano per la politica di immigrazione. Lui ha dichiarato che, se eletto, vuole costruire 2.500 km di muro lungo la frontiera; vuole deportare 11 milioni di immigrati illegali, separando così le famiglie, eccetera. Allora, vorrei chiedere prima di tutto che cosa pensa di queste accuse contro di Lei e se un cattolico americano può votare per una persona del genere.

Risposta del Santo Padre:

Ma, grazie a Dio che ha detto che io sono politico, perché Aristotele definisce la persona umana come “animal politicus”: almeno sono persona umana! E che sono una pedina… mah, forse, non so… lo lascio al giudizio vostro, della gente… E poi, una persona che pensa soltanto a fare muri, sia dove sia, e non a fare ponti, non è cristiana. Questo non è nel Vangelo. Poi, quello che mi diceva, cosa consiglierei, votare o non votare: non mi immischio. Soltanto dico: se dice queste cose, quest’uomo non è cristiano. Bisogna vedere se lui ha detto queste cose. E per questo do il beneficio del dubbio.

Écrit par : Chuck Jones | 22 février 2016

Je vous remercie de cette longue citation. Elle ne fait que confirmer, sans couper les cheveux en quatre, ce que les journalistes ont écrit au sujet de cette interview.

Écrit par : Pierre Scherb | 22 février 2016

Je ne sais pas si M. Trump et tout ceux qui sont aussi intolérants et xénophobes que lui sont chrétiens ou non et cela ne me parait pas très important.

Ce qui est certain c'est que leurs discours (et leurs actes aussi) sont aux antipodes de la compassion et de l'amour inconditionnel prônés (entres autres) par Jésus....

Écrit par : Vincent | 22 février 2016

@Pierre Noel Oups suis désolée j'ai toujours pensé que vous ne faisiez qu'un Monsieur Scherb et vous même
Cependant j'admets volontiers que vos commentaires manquent ces jours
Très belle journée

Écrit par : lovejoie | 22 février 2016

Nous, jeune génération de trentenaire, qui avont vu la société se désagréger petit à petit suite au passage successif d'une droite et d'une gauche sachant mieux compter ce qui rentre dans leur poche respectif qu'à la réalité humaine du terrain déclarons simplement la faillite des partis traditionnels.
J'ai pu souvent voir ce type de phrase par le passé : "Dieu est de gauche" ou "Si Dieu s'intéresse à la politique il est certainement pas de gauche".

En y réfléchissant un peu, on se rend compte que l'on continue à cultiver un certain anthropomorphisme. Une fois que ce mot est connu, on se rend compte que l'on parle pour Dieu sans avoir le recul nécessaire.
Trump est plus certainement un idiot avant d'etre un chrétien. Quand au monde il n'est certainement pas chrétien dans son ensemble. L'amour inconditionnel, relevé par Vincent, ne peut etre compris véritablement par des personnes qui vivent, non pas de liberté, mais vivent sous contions.

Un pays chrétien est un concept... dans tous les cas ces termes dérangent et ne seraient pas relevés s'ils n'avaient pas fait mouche! Les chrétiens sont à mes yeux morts bien avant le concil de Nicée mais ceci est un autre débat entre vrais chrétiens et faux chrétiens qui ont persistés jusqu'à nos jours et dont les paroissiens veulent encore nous faire croire qu'ils sont de vrais Chrétiens!
Il faut croire qu'il fallait qu'un ex pratiquant rappelle la parabole de patriciens et du publicain...Il semblerait que beaucoup n'ait toujours pas compris qu'ils se comportait comme des patriciens! Vive l'égo!

Écrit par : plumenoire | 22 février 2016

Du point de vue de l'Inde Jésus est un mahatma doté d'un pouvoir de renvoi de l'homme à lui-même de par un "effet miroir".

Il demande de ne pas juger mais lui, Jésus, au fil des évangiles, ne cesse de juger.

Exemple. Invité chez un pharisien Jésus l'insulte.
Le pharisien le lui fait remarquer: "Toi qui parles sans cesse d'amour, tu m'offenses!"
Jésus pourrait freiner, se reprendre, se ressaisir.
Exactement le contraire, il insulte plus encore le pharisien.


L'aspect miroir nous invite non à nous interroger sur Jésus, personnage fictif ou non, mais à nous interroger sur nous-mêmes afin d'arriver à davantage d'entente, d'ouverture et d'amitié entre hommes (et femmes).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22 février 2016

"Du point de vue de l'Inde Jésus est un mahatma"

D'ailleurs, il s'appelait Brigitte.

Écrit par : Myriam Faitdusky | 22 février 2016

@Myriam

"Il demande de ne pas juger mais lui, Jésus, au fil des évangiles, ne cesse de juger.

Exemple. Invité chez un pharisien Jésus l'insulte.
Le pharisien le lui fait remarquer: "Toi qui parles sans cesse d'amour, tu m'offenses!"
Jésus pourrait freiner, se reprendre, se ressaisir.
Exactement le contraire, il insulte plus encore le pharisien"

Je me permets de revenir sur vos paroles. Tout d'abord, je le répète et le précise que je ne suis plus du tout pratiquant. Cependant j'ai fait mon cathé et plus.

Dans cet exemple, vous ne donnez pas beaucoup d'indice. Quelle histoire ? Il semblerait que vous mettez en avant une histoire ou il y a déjà beaucoup de version dans les événements. A savoir les personnes présentes (la confusion entre marie Madeleine et Marie de Bethanie)

De plus dans cette histoire ce n'est pas Jésus qui juge mais bien le pharisien. Le pharisien juge cette femme qui pleure au pied du Christ. Le pharisien la juge comme étant pécheresse (elle est prostituée) et c'est Jésus qui dans son humble bonté renverra le pharisien à ses propres jugements de valeurs. Jésus au départ a simplement laisser cette femme pleurer, puis nettoyer ses pieds avec ses larmes et elle ira jusqu'à parfumer ses pieds. Suivant les versions d'évangiles, un disciple lui aurait fait la remarque que le parfum aurait pu etre vendu et l'argent distribué aux pauvres.

Je suis d'accord sur la forme que Jésus renvoi à l'Homme, puisque c'est Dieu fait Homme (selon la religion) mais l'interprétation du jugement elle est fausse car malheureusement dans cet exemple, il manque le contexte et le complément de l'Histoire. Alors que tous le monde avait condamné cette femme (de pécheresse) il est le seul à n'avoir pas eu de jugement sur sa moralité!

Écrit par : plumenoire | 22 février 2016

@ plume noire, en cours de lecture on note que Jésus reproche l'hypocrisie de certains, la cupidité, d'autres, la mauvaise foi.

"Race de vipères!" (on a, à la longue, interprété ce passage comme s'adressant non aux juifs mais aux Docteurs de la Loi.

Des passages retiennent notre attention plus que d'autres.
En vous priant, plumenoire, de m'excuser de parler de moi,un instant.

Le figuier châtié par Jésus parce que ne portant pas de figues lorsqu'il n'en en était pas la saison me "travailla" longtemps.

Comment Jésus pouvait-il s'en prendre à un innocent?
Jusqu'au jour où l'idée me vint de me demander si moi, un jour, j'aurais blâmé un innocent.

La réponse vint. Oui, il s'agissait... d'une fourchette qu'enfant, sans attendre les autres convives! je plantai dans un délicieux odorant gratin de pommes de terre à la crème et au fromage puis enfilai bouillante dans ma bouche. Me brûlai.

Furieuse, je jetai la fourchette par terre en la traitant (j'avais alors un léger accent auvergnat))de: "chaleté de fourchette"!


Alors que de ma précipitation la pauvrette, elle (telle le figuier "objet") la fourchette, autre simple objet, n'y pouvait rien.

Impatience ou précipitation qui, encore aujourd'hui, n'est pas chez moi le meilleur des traits de caractère.


La démarche est individuelle.


Les Sadducéens croyaient en un dieu local non personnel.

Les Pharisiens, tolérants et éclairés pour la plupart (voir ouvrage, non invention personnelle) croyaient en Dieu universel et individuel.

Un très bon livre: I. EPSTEIN LE JUDAISME Petite bibliothèque Payot


Merci, plumenoire.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22 février 2016

@myriam

C'est compliqué pour moi de n'etre plus pratiquant d'expliquer cela en précisant que je n'ai pas parti pris.

Pour chaque situation ou histoire, il est de rigueur de dire de quelle histoire il s'agit de quel évangile (luc marc jean mathieu)

De plus pour une analyse complète, il est nécessaire également d'avoir le texte dans son ensemble. Pour ma part je vois dans la personnalité du Christ un réel anarchiste. A se positionner pour le faible, l'opprimé ou meme le pécheur. Il ne juge pas. Il juge seulement ceux qui juge pour leur rendre l'appareil. Là ou un Dieu hébreux à tendance à etre colère et à punir, lui pardonne.
Mais il est homme. Il se met en colère contre les marchands du temple (aujourd'hui cela s'apparenterai à un refus de commercialiser la croyance, je pense qu'il n'aurait pas aimé les lettre de doléance).

Dans cette histoire il est question d'une image. Il parle du temple et pas d'un figuier en réalité. C'est une figure de style. C'est comme le fameux dialogue. "détruisez ce temple et en trois jours je le relevrai". Il parle pas du temple physique mais celui de son corps. Il est important de comprendre que des images se mele au recit que tout n'est pas au premier degré. Il ne mangera plus de ce fruit car cet arbre n a rien donné. (Les Hommes n'ont rien fait du bien qu'on leur a donné et je vais arreter d'y croire)

Enfin, mon rapport avec dieu a bien changé. J'ai fini par comprendre que depuis les summériens à de nos jours, tous les préceptes de toutes les religions ne sont que moulte recyclage de pratique ou de doctrine. Des egyptiens aux hébreux aux chrétiens etc... on retrouve une trace de tous dans l'Histoire humaine. La spiritualité étant à mon gout la seule chose qui se développe le mieux sans religion.

Écrit par : plumenoire | 22 février 2016

plumenoire, simple partage.

Depuis plus de cinquante ans je suis en recherche.

"Cherchez-moi parmi les vivants": faut-il comprendre que ce fut dit par Jésus ou que Dieu parla par la voix de Jésus comme par un micro?

Pour moi, sans rien imposer à personne, Jésus s'"arrête" à Françoise Dolto.

Elle et lui, Jésus, en commun la guérison du corps d'une fillette, pour Jésus, de celui d'un bébé, pour Dolto.

Le dialogue des deux non avec les enfants mais bien les mères délivre du mal les deux petits qui guérissent tous deux. Guérison de la fille de la Cananéenne évangiles. Vie de Dolto.
Et après Dolto?

A nous de jouer.


Je ne dirai pas tant que nous sommes à double face avec un côté lumière (surconscient) et ténèbres, subconscient(voir les travaux de Paul Diel notamment ses analyses des rêves.

nous sommes invités à choisir nos itinéraires de vie: bon sens, conscience, bonne direction: bon "souffle"

Aliénation mentale (à la longue).


Jésus fut-il crucifié? Selon le coran, pas forcément.
Mourut-il en croix? pas forcément, non plus, Lire Jésus de Srinagar sauf erreur par Messadié (confirmer sur Google).

Abandonné, déboussolé il se rend en Inde étudier d'autres religions.

Le bouddhisme retient son attention.

L'un de ses représentants aujourd'hui, le Dalaï Lama, enseigne, à mon sens, la meilleure des choses. Ne pas croire (gober, au plus juste) ce qu'il enseigne parce qu'il est le Dalaï Lama ou qu'on le trouve sympathique.
Il faut voir, expérimenter, "cheminer" par soi-même.

Avec Paul je crois que même riches ou très érudits sans amour nous ne sommes rien.

A trente ans, un prêtre très bel homme nous parlait d'amour en y mettant tout son talent précieux d'artiste,
Respect de l'être humain itou.

En fin de vie au mot amour il substitua le mot (agape) AMITIE.

Tendresse complément thérapeutique nous a dit le pape François.

Nous ne sommes pas abandonnés.

Écrit par : Myriam | 22 février 2016

" Jésus s'"arrête" à Françoise Dolto."

Comme les trains s'arrêtent en gare.

Écrit par : Myriam Faitduvélopasduski | 22 février 2016

Ce que ne pape n'a pas dit c'est que la tronche de Trump ressemble étrangement à celle d'un petit porcelet... observez les yeux !

Écrit par : François-Henri Jolivet | 23 février 2016

Essayez un coup, pour voir, de prier ! Sinon, n'oubliez pas que Jésus s'adresse à votre coeur, et non à votre intelligence (qui, certes est supérieure à la moyenne !). Et si, juste pour voir, vous écoutiez votre coeur ?

Écrit par : GRAU | 24 février 2016

Les commentaires sont fermés.