27 mai 2016

Mon engagement contre la révision de la loi sur l'asile

Conseiller municipal de la Ville de Genève, j'ai été contacté par mon parti qui a voulu me rendre attentif à ce qui m'attend avec la nouvelle loi sur l'asile. Voyez plutôt:

Révision de la loi sur l’asile :
l’UDC s’adresse directement aux élus communaux

A Genève, la barre des 6'000 requérants d’asile a été franchie en 2015 et le dispositif d’hébergement de l’Hospice général est saturé. C’est donc au tour des communes de trinquer, comme l’a décrété le Conseil d’Etat par son arrêté du 22 juillet 2015 « invitant » les communes à mettre à disposition de l’Hospice général leurs terrains et leurs abris de protection civile.
Ainsi, des communes déjà densifiées, précarisées, avec un risque de fracture sociale élevé, comme par exemple Onex, Thônex ou Meyrin, ont été unilatéralement sélectionnées par l’Hospice général pour son passage en force. Le seul critère déterminant est la constructibilité des terrains ou la disponibilité d’abris PCi pour hommes célibataires (de préférence proches d’écoles primaires comme à Meyrin ou Bernex).

Cette politique du fait accompli dédaigneuse a ainsi déjà rencontré des premières résistances légitimes de la population, par le biais de plusieurs pétitions, et des autorités communales. Tous les moyens démocratiques et légaux à disposition des communes n’ont malheureusement pas d’effet contraignant, mais peuvent encore influencer le cours des choses.

Or, avec la révision de la loi sur l’asile soumise à votation le 5 juin prochain, les communes et les privés pourront en toute légalité être expropriés pour construire des centres d’hébergement pour migrants dont la plupart n’ont même pas droit à l’asile, mais qui seront toutefois assurés d’être nourris, logés, blanchis et défendus gratuitement aux frais du contribuable victime, lui, d’une véritable discrimination « positive ».

La vigilance est de mise et c’est la raison pour laquelle l’UDC​-Genève a adressé un courrier cette semaine​ (Ndlr: la semaine dernière) à tous les élus et responsables communaux genevois afin de les rendre attentifs à ce qui les attend.

​Pour info :
Marc Fuhrmann, président et conseiller municipal, 079 / 370 19 47​
​Thomas Bläsi, ​vice-président, ​député, 079 / 831 68 70​
www.pierrescherb.ch

08:47 | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

Commentaires

Encore faudrait-il que les citoyens votent correctement et ...... que les résultats obtenus ne soient pas manipulés "par de vilains moineaux."

Écrit par : Ras_le_Bol | 27 mai 2016

C'est quand même incroyable que des élus se permettent ce genre d'abus de pouvoir, ils ne voient pas le danger.

Pourquoi ne pas réquisitionner les villas de Sarkozy, Obama, BHL, Merkel ainsi que celles des élus Suisses à l'origine de cette politique de destruction massive à moyen terme. (2 générations)

Mr Scherb votre engagement est très positif, bravo.

Écrit par : Pierre NOËL | 27 mai 2016

On voit surtout le manque de courage de l'UDC qui ne veut pas d'asile du tout, mais qui ne veut pas que cela se le dise. L'UDC veut se faire passer pour un parti comme les autres, alors que personne n'y croit, même ses adhérents.

L'UDC essaie par les moyen indirect, sans courage, à freiner l'asile, à défaut de pouvoir la supprimer en Suisse, en utilisant des arguments bien loin d'une honnêteté intellectuelle.

Si l'UDC avait un peu plus de courage que les politiciens français, ce parti lancerait une initiative pour l'abolition de l'asile.

Tout le monde a compris que l'UDC était un parti nationaliste, pas patriotique, alors assumez vous.

Écrit par : motus | 27 mai 2016

@motus. vous semblez ignorer
- que l'octroi du statut de réfugié / soit de l'application du droit d'asile, est une décision qui émane du libre ressort de chaque pays/ de sa souveraineté.

- que la Suisse est de la zone Schengen, mais n'est pas membre de l'UE, ne lui appartient pas, n'a pas à exécuter les décisions de son parlement, n'a pas à obéir aux décideurs-en-solo de Berlin.

- que par ce texte "tempéré", l'UDC respecte le processus démocratique suisse en tenant compte des opposants / votre réaction anti-UDC aurait été la même si tel n'était pas le cas, où

+52% des résidents genevois votant se sont opposés à l'initiative contre une immigration de masse / preuve que ces résidents genevois n'avaient rien à voir avec les choix de la majorité suisse,

vous en faisiez peut-être partie.

Écrit par : divergente | 27 mai 2016

@divergente

La on parle de l'asile, ni de Schengen, ne de l'immigration de masse.

Et dans ce cas, l'UDC ne s'assume pas, et préfère jouer la carte du parti comme les autres puis se retirer.

Tout à fait d'accord, c'est son droit, comme lancer des initiatives et referendums.

En tant que citoyen, j'y vois une sorte de lâcheté. On affronte pas le vrai débats, mais on utilise l'escarmouche.
En finalité, ça ne fait que pourrir l'ambiance.

Il est temps que l'UDC lance une initiative pour l'abolition de l'Asile, et tout ce qui lui passe par la tête de nationaliste, et une fois voté, d'arrêter de pomper l'oxygène des vrai patriotes qui pensent que la Suisse est un beau pays, et qui ont en marre de cette ambiance qui pourri ce pays. Ambiance qui est généré depuis si longtemps par l'UDC.

Écrit par : motus | 27 mai 2016

Les commentaires sont fermés.