14 juin 2016

Conseil municipal du 7 juin 2016: ma question orale adressée au magistrat Rémy Pagani

Je me réfère à la Feuille de route du Conseil administratif de la législature 2015-2020. Je constate, ce qui n’est pas étonnant vu la composition du Conseil administratif, qu’il s’agit d’un programme bien ancré à gauche. En effet, sur 8 pages de propositions de dépenses plus ou moins utiles, il n’y a que six lignes consacrées à une gestion des finances saines. Je me demande si ce sujet important a vraiment été traité par le Conseil administratif avec toute l’attention nécessaire?

A la p. 3, de cette feuille de route, on peut lire que les déplacements sont facilités grâce à une préférence donnée à la mobilité douce et aux transports collectifs. Or, la Constitution de la République et canton de Genève prévoit en son article 190 d’encourager la mobilité douce, tout en garantissant la liberté individuelle du choix du mode de transport. Quelle garantie pouvez-vous nous donner que la constitution et le libre choix du mode de transport soient respectés?

www.pierrescherb.ch

14:43 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

Commentaires

Plus la population est dense, plus l'intérêt général grignote la liberté individuel. C'est normal, c'est une conséquence. Si on veut être libre, il suffit d'habituer dans un lieu désert où il n'y a pas besoin de se préoccuper de son voisin.

Ainsi pour les transports. Si tout ceux qui prennent les transports publiques prennent une voiture, ce serait le chaos.
Il y a tout intérêt que les transports collectifs soient utilisées par un maximum de personnes. Une ville ne peut pas absorbée un nombre illimité de voitures. Et la population continue a augmenter.

Pour l'économie d'une ville et ses finances, il est d'un grand intérêt que les transports collectifs soient suffisamment développé pour éviter qu'un automobiliste reste bloqué 2h dans les bouchons.

Et cette liberté de conduire sa voiture en ville doit avoir un coût qui doit soutenir les transports collectifs moins agréables pour se déplacer.

Nous sommes un individu dans la foule, l'individualisme illimité ne peux pas exister lorsqu'il y a un impactes sur les autres personnes.

Veux t'on un trafic fluide en aidant les transports collectifs et mobilités douces, ou comme la droite le souhaite, limité les aides et s'arranger avec les bouchons ?
Aucun doute que la population suit en majorité la droite. Mais à mesure que cela va bloquer, le mécontentement de la population va se retourner contre cette droite.

Écrit par : motus | 14 juin 2016

Les commentaires sont fermés.