Christina Meissner définitivement exclue de l'Union démocratique du centre

Imprimer

L'Union démocratique du centre avait exclu Christina Meissner, car, à l'instar d'Eveline Widmer-Schlumpf, elle s'était fait élire par la gauche première vice-présidente du Grand conseil contre le candidat de son parti, Patrick Lussi. Par la suite, elle a obstinément refusé toute tentative de conciliation et a persisté dans son erreur. Elle a recouru à l'Assemblée générale qui a tranché, ce lundi 27 juin 2016.

Voici le communiqué de presse de l'Union démocratique du centre:

Christina Meissner exclue définitivement de notre parti
L'UDC Genève s'est réunie en assemblée générale extraordinaire ce lundi 27 juin pour traiter du recours de Christina Meissner, exclue par le comité directeur le 28 avril dernier et contestée par l’ancienne députée UDC le 21 mai.

Après avoir entendu Mme Meissner et débattu librement de la décision du comité directeur, une large majorité des membres a rendu son verdict : l’exclusion prononcée par le comité directeur contre Mme Meissner est maintenue, estimant à son tour que la gravité de la faute qui lui est reprochée est d’une gravité telle que l’exclusion est appropriée.

Il est ainsi rappelé que l’UDC-Genève n’entend pas créer de précédent avec le cas Meissner et n’acceptera en aucune manière qu’un de ses membres élus ne respectent pas ses statuts ou règlements qu’il a, par ailleurs, validé lors de sa candidature.

Pour information :
Marc Fuhrmann, président, 079 / 370 19 47
Stéphane Florey, chef de groupe, député, ​079 / 471 44 85
Céline Amaudruz, 079 / 874 83 97

Photo d'illustration

Lien permanent Catégories : Genève, Politique 17 commentaires

Commentaires

  • Et en conséquence, l'UDC Genève est desormais definitivement exclue de mes intentions de vote !

  • @ Eastwood: Vous admettez donc que vous n'êtes pas un des nombreux électeurs de l'UDC Genève. Votre prise de position ne changera ainsi strictement rien pour notre parti.

  • Detrompez vous, j'étais electeur de l'UDC... jusqu'a aujourd'hui.

  • Donc en gros l'UDC perd une élue et voit la vice-présidence lui échapper.

  • @ Eastwood: Désolé pour vous. Ne désespérez cependant pas, ni de vous, ni de l'UDC: Quand une porte se ferme, une autre s'ouvre.

  • @ Auto-goal: Vous avez raison, Christina Meissner a empêché Patrick Lussi d'être élu et s'est quasiment auto-exclue de l'UDC en même temps (cf. par exemple la note de Didier Bonny qui n'est pourtant pas connu comme électeur UDC: http://independance.blog.tdg.ch/archive/2016/03/06/exclusion-de-mme-meissner-l-udc-a-eu-raison-274600.html )

  • Pourquoi je desepèrerais de moi ??? Je constate simplement une facette de l'UDC GE que je ne connaissais pas et qui de repugne: Court martial avec execution capital a la clé.

    Ma voix, comme beaucoup d'autre, suivront Mme Meissner. C'est bien un autogoal, et tant pis pour vous si vous n'avez pas la capacité de le voir, tenez vous en au jugement de votre kriegsbericht, sinon vous serez peut-être le prochain sur la liste....

  • Je rejoins Eastwood pour dénoncer toute formation qui oblige ses membres à se plier au dictat d'une pensée unique.
    Et je comprends mieux la médiocrité du travail parlementaire avec des moutons qui bêlent ensemble un même mantra sans avoir fait leur travail de vérification en toute conscience.
    Je ne prendrai qu'un seul exemple qui me concerne. Les innombrables lois sur les taxis qui sont systématiquement votées par des députés qui n'y comprennent rien malgré les milliers d'heures passées en commission et qui n'écoutent jamais les principaux concernés, convaincus qu'ils sont de détenir la vérité.
    C'est pathétique, médiocre et dangereux pour nos institutions qui deviennent de moins en moins crédibles.

  • @ Pierre Jenni: Il ne s'agit en l'occurence pas de l'expression d'une pensée unique, mais de la position démocratiquement déterminée au caucus qui précède chaque séance plénière.

  • @ Eastwood: C'est plutôt vous qui avez perdu le sens de la mesure, votre langage martial vous trahi. Même nos adversaires politiques sont d'accord avec nous, la preuve sur le blog de Didier Bonny:
    Exclusion de Mme Meissner, l'UDC a eu raison
    S'engager dans un parti, c'est renoncer à une part d'indépendance. C'est donc accepter, sauf si c'est en accord avec lui, de suivre le mouvement majoritaire du parti auquel on a adhéré en toute liberté. Si à un moment ou à un autre, la ligne suivie est trop éloignée de ses convictions, alors on démissionne.

    Mme Meissner a accepté son élection au bureau du Grand Conseil, ce qui était tout à fait son droit, puisque cela a été fait démocratiquement, mais contre l'avis de l'UDC qui avait désigné quelqu'un d'autre. Elle aurait par conséquent dû démissionner, car c'est un cas évident d'opposition à son parti, et ne pas attendre de se faire exclure.

    L'UDC n'avait pas d'autres choix, sa crédibilité était en jeu...

  • @ Eastwood: Je ne publierai plus vos commentaires sur cette note, vous laissant ainsi la possibilité de retrouver vos esprits.

  • DOMMAGE !
    Madame MEISSNER était la meilleure députée du groupe UDC au Grand Conseil.

  • @ perroud: En tous cas pas pour défendre les idées de son parti; pour parler de hérissons et d'éléphants peut-être...

  • bonjour très déçue mais je ne voterai plus udc ,pour cause l exclusion de Mme Messner.

  • @ deleze c.: Désolé pour vous. D'autres vont le faire à cause de cette exclusion.

  • Non...

  • Si C. Martel, alias Eastwood, alias que sais-je encore, je ne publie plus vos commentaires sur cette note.

Les commentaires sont fermés.