06 juillet 2016

Grandir et devenir adulte selon Rudyard Kipling: Si…

Christina Meissner dont nous venons d'annoncer son exclusion de l'UDC, nous rappelle ce poème. Elle dit faire sienne les paroles:

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;


Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;
Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres la perdront,
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront tous jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard KIPLING

Photo de Rudyard Kipling

08:53 Publié dans Littérature, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

@Monsieur Scherb c'est un très beau poème ! les fatalistes de l'époque rajouteraient n'oublie pas de faire le dos rond et laisse tourner la roue d'autres auront à supporter ce qu'ils t'on fait subir
En principe l'attente ne va pas au delà de 50 ans de patience et si les responsable sont morts ce sera au tour de la descendance d'en payer le prix
D'où une autre phrase très importante elle aussi, ne croyez jamais qu'un conflit se réglera sans dialoguer sinon il ne pourra qu'amplifier et ce sont souvent des innocents qui en paieront le prix
N'est -ce pas ce à quoi on assiste au niveau politique avec les célèbres patates encavées pour le prochain ? rire
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 06 juillet 2016

Oui, ce poème est très puissant. Il redonne de la force après avoir été battu et abattu.
Dans ce même esprit de se redresser avec ses forces vives, nous avons la fameuse phrase de Jésus : "Si quelqu'un te donne une gifle sur la joue gauche, tends-lui la droite". Son enseignement n'a pas été compris alors qu'un sens que j'ai trouvé dans un texte hors des évangiles canoniques traduisait: En tendant l'autre joue, cela signifie "propose autre chose", exactement comme le fait Kipling.
Ainsi, au lieu de se limiter à un échange de type "ping-pong", celui qui passe à autre chose peut amener une dynamique bien plus constructive.
Bravo à Madame Meissner de relever ainsi le défi!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06 juillet 2016

Les commentaires sont fermés.