30 juillet 2018

La disparition du Matin et les Fake News

Les médias suisses s’émeuvent de la disparition du journal imprimé Le Matin. Quant à moi, je n’étais pas un de ses lecteurs. Je regrette pourtant la disparition d’un journal qui aurait pu jouer un beau rôle en Suisse romande. Il y a en effet beaucoup d’informations qui vaudraient la peine d’être communiquées.

Je constate cependant que nos journaux préfèrent s’attaquer aux Fake-News qu’ils voient sur internet plutôt que critiquer leur manière d’écrire des articles. Au lieu de nous informer de ce qui se passe dans le monde, ils préfèrent en effet donner un minimum d’informations, tout en nous assénant leurs vues gauchistes. Jamais ils oublient de mentionner «les populistes» qui pensent autrement qu'eux et qui ont bien sûr tout faux. Le lecteur ne l’aurait peut-être pas encore remarqué, mais c’est eux les méchants et s’il se trouve qu’il pense comme eux, il est grand temps qu’il revienne à la raison.

A titre d’exemple, je pense à l’élection contestée de Laurent Gbagbo et l’obligation du journaliste de mentionner dans chaque article de chaque jour que la communauté internationale ne la reconnaissait pas, avec l’omission de mentionner en même temps que la commission électorale ivoirienne, seule compétente en la matière, l’avait bien validée.

Préparons-nous donc à voir encore d’autres journaux disparaître, à moins que la gauche réussisse encore le coup de force d'obliger tout le monde à financer nos désinformateurs professionnels.

WWW.pierrescherb.ch

11:47 Publié dans Droit public, Genève | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

Commentaires

Le Matin est mort, c'est une excellente nouvelle. La presse de caniveau dans les poubelles, c'est sa place. Et le plus long chômage possible pour les journalistes qui déversaient leur haine de la Suisse dans ce journal.

Écrit par : Géo | 30 juillet 2018

Ce qui fait la différence entre média politisé sont les thèmes abordés et son approche avec des arguments variables.

Et si l'on compare les journaux conservateurs avec les journaux traditionnels, à la malhonnêteté, les conservateurs gagnent haut la main : thèmes choisis non en fonction de l'importance, mais en fonction de la propagande. Souvent, absence d'informations qui contredisent la propagande, et pour finir modification du contexte de l'info pour assouvir la propagande. En cela ils rejoignent les journaux qui se décrivent plutôt à l'extrême gauche.

Les journaux traditionnels teintés de gauche ou de droite, ont leurs défauts. Ils sont parfois naïf, peu critiques de la société, le but est de ne heurter personne. Surtout ils n'abusent pas des grosses ficelles que les journaux très conservateurs utilisent mécaniquement.
Ces journaux que vous dîtes de gauche, ne sont pas de gauche, mais ont une approche de morale chrétienne. C'est dans l'attrait du libéralisme dans le journal que l'on peut voir une tendance de gauche ou de droite.

Et même si je ne suis pas toujours d'accord, je préfère des journaux à morale chrétienne, que des journaux conservateurs qui vivent de leurs agressivités, voir de leurs méchancetés, tel le torchon "les observateurs".

Concernant, l'autre aspect, le libéralisme, l'UDC est divisé entre l'ultralibéralisme et le protectionnisme. Difficile de trouver un journal qui reflète les 2 tendances en même temps.
Quant à certains ultralibéraux qui se plaignent, ils préfèrent dire "gauche" que "chrétien"

Il est donc faux de définir "journal de gauche", les journaux à morale chrétienne.

Écrit par : motus | 30 juillet 2018

"Et si l'on compare les journaux conservateurs avec les journaux traditionnels, à la malhonnêteté, les conservateurs gagnent haut la main"
Les bras m'en tombent. De quels journaux conservateurs parlez-vous ? Je n'en connais aucun. Même le Figaro a nettement viré à gauche : pro-Europe, pro-migrations, etc...

Écrit par : Géo | 01 août 2018

Information capitale sur le changement d'hymne national que la "Société suisse d’utilité publique" (SSUP) veut nous imposer:

Les vraies questions à se poser sont les suivantes:

1) Qui se cache vraiment derrière cette société "Société suisse d’utilité publique" (SSUP) et peut se permettre d'avancer des fonds de CHF 600.000 ou plus pour nous imposer ce nouvel hymne?

2) Dans quel intérêt ces gens sont-ils prêts à dépenser une telle somme? Quelle est raison profonde de tout cela?

les réponse à ces questions sont assez faciles à trouver s'y on prend le temps de faire quelques recherches, mais JAMAIS nos "grands journalistes d'investigation" de la RTS, du Matin ou de la TdG ne vous le diront.

Il suffit de voir le CV du président (à ne pas confondre avec le directeur qui dépend de lui) de la Société suisse d’utilité publique SSUP pour comprendre:

Le président de la SSUP, à savoir Monsieur Jean-Daniel Gerber

-a représenté la Suisse auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce.

-Il a, par la suite, pris la tête du Service de l’économie et des finances.

-Il a occupé le poste de directeur exécutif et de doyen au Conseil de la Banque mondiale (1993 – 1997).

-En novembre 1997, Jean-Daniel Gerber a été appelé à diriger l’Office fédéral des migrations.

-Enfin, en 2004, il a été nommé Secrétaire d’Etat et Directeur du SECO (Secrétariat d’Etat à l’économie) qu’il a conduit jusqu’en 2011.

-Il est aussi président de l'association Swiss Sustainable Finance.

Tout ce nous disons est là sur Wikipédia:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Daniel_Gerber

Ce n'est donc rien que moins qu'un ancien directeur de la ban que mondiale et de l'Office des mig rations qui préside cette association.

Dès lors tout devient plus clair. Ce monsieur ne fait que représenter et soutenir l'intéret du grand ca pital, les mon dialistes qui ne veulent plus de fron tières, plus de nat ions, mais le libre échange à outr ance et toujours plus de mig rants.

La raison de ce nouvel hymne est donc la suivante:

Il faut nous rendre compatibles à l'UE et au mond ialisme et à l'acceuil de tous les mi grants de la terre voulu par les él ites autoproclamées pour que petit à petit notre culture se dissolve dans la grande tambouille qu'ils nous préparent où nous n'aurons plus de pouvoir démocratique et tous la même religion et la même culture: celle de la consommation.

D'où les paroles:

« Ouvrons notre cœur à l’équité et respectons NOS DIVERSITÉS. »

Ce qui est un mensonge car sous pretexte de vouloir nous faire accepter toutes les autres cultures avant la notre on veut en fait mettre fin a la diversite europenne.


De plus désormais et pour les mêmes raisons cachées, on veut aussi nous faire changer la date de la fête nationale:

https://www.lematin.ch/suisse/c-date-1er-aout-quil-faut-changer/story/23835523

Voilà, tout est dit, mais vous ne trouverez ça nulle part.

Ça ferait un sacré sujet de post sur votre blog, cher Monsieur!

De plus si vous consulter la page Wiki de la SSUP, vous verrez que la première phrase nous apprend QUE:

La Société suisse d’utilité publique ou SSUP1 (Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft ou SGG) encourage IDEOLOGIQUEMENT et concrètement les activités d’utilité publique et de bienfaisance en Suisse.

En complément je recommande cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v

Écrit par : G. Bouviez | 03 août 2018

@ G. Bouviez:

Je vous remercie de votre contribution. Ne s'agissant pas d'une Fake news stricto sensu, elle reflète néanmoins une autre tendance pernicieuse, soit la théorie du complot.

Il suffit de consulter rapidement le site internet de la SSUP (www.sgg-ssup.ch/fr/histoire.html ) pour constater qu'elle est à l'origine de beaucoup d'oeuvres valables (Pro Juventute, Pro Senectute, Pro Mente Sana, Aide aux réfugiés durant la deuxième guerre mondiale, etc.). Leur mauvaise idée de nouvel hymne national n'est donc, à mon avis, pas représentative de la SSUP.

Écrit par : Pierre Scherb | 03 août 2018

@ Pierre Scherb:

Cher Monsieur Scherb, Je ne vois aucune théorie du complot dans ce que dit G. Bouvier. Tout ce que cette personne dit est verifiable et elle ne fait que tirer des conclusions de ces informations, conclusions qui sont plus que probables quand on se renseigne un peu sur ce qui se passe dans la monde.

Le fait que la SSUP soit a l'origine de bcp d'oeuvres valables n'empeche pas que la meme societe veuille faire passer une certaine ideologie, comme d'ailleurs cette personne l'a releve sur la page Wikipedia de la dite societe.

Vous nous dites que "Leur mauvaise idée de nouvel hymne national n'est donc, à mon avis, pas représentative de la SSUP" mais quoique vous en disiez cette idee vient bien d'eux. C'est comme si vous disiez que les horreurs commises par les na zis ne sont pas representatives de leur regime car ils ont ausi fait construire des autoroutes!

Et de plus la SSUP n'a pas toujorurs ete prsidee par les meme personnes il faut donc comparer ce qui est comparable.

En fait, je pense que le grand naif c'est vous. Pourquoi cette societe est-elle prete a depenser CHF 600.000 simplement pour imposer un nouvel hymne alors qu'une telle somme pour etre employee pour aider les plus demunis? Il est tellement clair que ces nouvelles paroles correspondent au politiquement correct et a la novlangue mondi aliste qu'il faut etre aveugle pour ne pas comprendre.

A force de tout qualifier de complotisme on passe a cote de la verite. Mais libre a vous de faire vos propres recherches et de vous renseigner pour ouvrir les yeux.

Commencez deja par la video citee a la fin du post de G. Bouvier.

Puis ecoutez les conférences du professeur Pierre Hillard et de François Asselineau, qui citent toujours leurs sources, et on en reparlera.

Écrit par : Marie Dinicher | 03 août 2018

"Cher Monsieur Scherb, Je ne vois aucune théorie du complot dans ce que dit G. Bouvier. " (Marie Dinicher)

Tout à fait.

Le mot ... "complot" ... est inapproprié.

Ce qu'il faut voir dans l'initiative de Jean-Daniel Gerber, c'est LE .. _dessein_ néo-libéral affirmé de ... _dilution_ ... dans un grand océan de liberté financière (dans laquelle les identités s'achètent comme autrefois les bourgeoisies) de l'identité nationale, .. et des sentiments d'appartenance à un groupe plus grand qu'une famille, une équipe de foot, ou une tribu, ... dans ce qu'il appelle "DIVERSITES", puisqu'il est question de l'hymne national.

Jean-Daniel Gerber oublie cependant de mentionner les grands requins de la finance internationale, contrôlant les empires français, britannique et ottoman, qui ont véhiculé ... *** par la presse ***, ... TOUTES les guerres en Europe et en Amérique du Nord depuis la guerre de Crimée, non pas de 2014, mais de 1850 ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Crim%C3%A9e

... prétendument pour s'opposer à "l'expansionnisme" Russe, mais comme par hasard où le véritable enjeu fut le _contrôle_ des "lieux saints en Palestine" ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_la_guerre_de_Crim%C3%A9e

"En 1849, à Jérusalem, l'Empire russe créé la Mission ecclésiastique russe (Russkaja duxovnaja missij) et installe ainsi sa présence en Palestine alors sous domination ottomane. En réponse, Napoléon III nomme Charles de La Valette ambassadeur à Constantinople, qui déclara que le contrôle des Lieux saints par les catholiques était « clairement établi »."


Quand les financiers se mèlent de religion ...


https://fr.wikipedia.org/wiki/Achille_Fould

Achille Marcus Fould (Paris, 17 novembre 1800 - Laloubère, banlieue de Tarbes, 5 octobre 1867) est un banquier et homme politique français.

Ministre des Finances de la Deuxième République sous Louis-Napoléon Bonaparte et ministre d'État de 1852 à 1860 durant le Second Empire, Achille Fould était libéral sur le plan économique, mais pas du tout en matière politique (il envisage en 1857 de faire supprimer le suffrage universel). Il s'oppose au tournant libéral de l'Empire, démissionne suite aux décrets réformateurs du 24 novembre 1860 et refuse d'être fait duc.

Fils de Beer Léon Fould, banquier juif, mais converti quant à lui au protestantisme, originaire de Lorraine et maire de Rocquencourt (Seine-et-Oise), il fit une carrière politique, tandis que son frère aîné succéda à son père à la tête de la maison familiale.
...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Beer_L%C3%A9on_Fould

En mars 1807, Fould se lance dans une activité industrielle avec un conglomérat de fonderies et de moulins près d'Avignon, et il lance des souscriptions auprès de banquiers pour créer la Compagnie des fonderies du Vaucluse, en commandite3,4. Les banques lui font confiance, mais en 1810, année désastreuse pour l'économie3, 283 banques déposent leur bilan et Napoléon est prévenu que le juif Fould laisse en souffrance, pour sa banque de la rue Bergère et dans le Vaucluse, environ trois millions d'engagements3.

*** Fould sera ainsi trois fois de suite au bord du gouffre, une dernière fois en 1831 avec l'implication de grandes banques étrangères. ***

*** Sa troisième liquidation est la plus magistralement proche de la fausse faillite3. ***

Mais Fould avait déjà été réinscrit sur le registre des banquiers dès la fin de la deuxième tempête 30 mars 18265,6, et dès 1828, il achète le château de Rocquencourt (Yvelines)3. Son honorabilité n'étant plus en cause, il fait partie du cercle très fermé de la Haute-Banque, comprenant les huit banquiers les plus puissants.

Fould et Nucingen
Le parallèle entre Fould et Nucingen est presque trop évident. Fould est employé à 12 ans chez Cerf Berr comme Nucingen chez Aldrigger, il fait sa première liquidation et achète un second hôtel, comme Nucingen, les activités industrielles de Fould et les mines du Worschin de Nucingen se ressemblent, enfin tous deux achètent un château après leur deuxième liquidation. Tout porte à plaquer le vrai personnage sur celui inventé. Mais Balzac n'est pas si simple. Il sait que Fould a des jumeaux dans la finance : Georges Humann7, Jacques Laffitte ou James de Rothschild, dont les opérations sont très voisines de celles de Fould.
...


Ces _nouvelles_ paroles invitantes "Ouvrons notre cœur à l’équité" n'évoquent ni plus ni moins que la _suppression_ des frontières, le "coeur" de la suisse se trouvant justement dans la protection que lui offre ses frontières, ses montagnes, et ses fleuves

Des frontières démarquant les limites à l'intérieur desquelles ... _l'autorité_ ... de ce pays peut encore affirmer sa volonté, ses résolutions, appliquer ses lois, et défendre l'accès exclusif aux ressources naturelles et souterraines, pour maîtriser son économie, son indépendence, et préserver les conditions de vie existantantes et de comfort minimum de la population qui l'a établie et qui l'entretient.

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Souverainete.htm

"La souveraineté nationale caractérise l'indépendance de l'Etat-nation par rapport à d'autres Etats ou à des instances internationales, hormis pour les autorités que cet état a librement accepté de céder (Cf. fédéralisme)."


L'indépendence de la Suisse, un état gouverné par la démocratie suisse, par rapport aux états réligieux, comme la France, et ses propriétaires créanciers ...

https://www.letemps.ch/monde/israel-renforce-identite-juive

Écrit par : Chuck Jones | 03 août 2018

Les commentaires sont fermés.