07 octobre 2018

Occupez-vous de la sécurité en Ville, M. Barazzone !

Des femmes passées à tabac, des dealers qui occupent nos parcs ou des mendiants à chaque coin de rue : avec 129,9 infractions au code pénal pour 1000 habitants en 2017, notre municipalité connaît un taux de criminalité supérieur à celui de n’importe quel canton suisse. Plutôt que de s’atteler à reprendre en main la lutte contre la délinquance, le Conseiller administratif en charge du Département de l’environnement urbain et de la sécurité propose d’encourager l’immigration illégale intercontinentale en exigeant que la Confédération accorde un pavillon suisse à l'Aquarius.


En accordant le pavillon suisse à un navire de propriété allemande, destiné au transport de migrants illégaux, affrété par une ONG française et doté d’un équipage étranger, la Suisse mettrait à mal sa neutralité en dictant la politique migratoire d’autres Etats, dont certains ont clairement manifesté leur refus d’accueillir ces migrants illégaux.


Soutenir l’Aquarius reviendrait à provoquer un appel d’air en faveur de l’immigration illégale et de l’exploitation d’êtres humains par les passeurs. Des esclavagistes des temps modernes qui exigent jusqu’à 5'000 euros de leurs victimes qu’ils chargent sur une embarcation de fortune, la conduisent dans les eaux internationales et annoncent par radio un naufrage imminent. L’Aquarius, patrouillant à la limite des eaux territoriales libyennes, refuse de reconduire les migrants africains en Afrique, comme le dit le responsable des recherches et des opérations de secours du bateau: « La Libye n'est toujours pas reconnue comme un pays sûr, donc nous ne reconduirons personne là-bas, sauf si les migrants le décident ».


L’arrivée sur le sol européen est source de déception pour ces migrants, auprès de qui la riche Europe avait été présentée comme un Elodrado. Filant vers les Etats prospères du nord, attirés par une culture de la bienvenue développée par des élites, ces migrants économiques illégaux ne peuvent dans les faits pas prétendre à la qualité de réfugié et finissent déboutés du droit d’asile, errant dans nos parcs à attendre « l’heure du deal ». Pour quelle plus-value en matière de sécurité municipale, M. Barazzone ?

Communiqué de presse UDC-Ville de Genève et MCG Ville de Genève du 2 octobre 2018


Pour tous renseignements :

Pierre Scherb, chef de groupe UDC
Daniel Sormani, chef de groupe MCG
Eric Bertinat, UDC, président du Conseil municipal
Amar Madani, MCG, membre du Bureau du Conseil municipal

22:09 Publié dans Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

La majorité des mendiants qui sont dans nos rues sont des esclaves de réseaux mafieux internationaux, ce qui ne pose aucun problème à la gauche! La totalité des dealers présent en Suisse reçoivent des aides sociales, pour eux tout est gratuit, logements, assurances etc etc etc!

Écrit par : Dominique Degoumois | 07 octobre 2018

Sans compter que si nos autorités faisaient l'énorme bétise d'accorder le pavillon Suisse on pourrait se retourner contre nous en nous demandant de les assumer.
Pour moi c'est un navire pirate gauchiste qui encourage l'immigration clandestine.
Je suis sur que 95% de ces migrants ne sont en fait que motivé par des motifs économiques.
Soyons très ferme retour impossible en Lybie car situation grand bien y fasse retournons les vers la tunisie
Après tout les cotes africaine sont toujours plus proches de ces bateaux lancés à l'aventure.
Ils disent que c'est la misère chez eux mais trouvent des dizaines de milliers de francs pour financer cette épopée alors que s'ils investissaient cet argent dans une activité économique dans leur pays d'origine ils nourriraient sans peine leurs immenses familles.
Arrêtons une foi pour toute de confondre droit d'asile et migration économique sans quoi il n'y aura plus aucun droit d'asile qui explosera en plein vol ,et soyons fermes sur les renvois
Meilleures salutations

Écrit par : BRUNO | 08 octobre 2018

L'attitude de Barazzone est simplement scandaleuse. Une amie qui habite au centre de Genève et qui souffre des nuisances perpétuelles des beuveries de la jeunesse dorée de cette ville, qui ne semble avoir d'autre intérêt que de se saouler à l'alcool bon marché et gueuler dans les rues (Carl-Vogt, Ecole de Médecine) jusqu'au petit matin, a assisté à une séance entre les habitants du quartier et ce Barazzone. Un véritable petit satrape arrogant, suffisant et qui se foutait complétement de la gueule des habitants. Avec lui, la voyoucratie est au pouvoir et bien installée...
Alors quant on le voit faire le beau avec l'Aquarius, on ne peut que constater l'incroyable opportunisme de cet arriviste de bas étage...

Écrit par : Géo | 08 octobre 2018

"Soutenir l’Aquarius"
Complicité de trafic d'êtres humains.
Un trafic lucratif: 7 milliards d'Euro/an.
Que font la police et la justice?

Écrit par : Daniel | 08 octobre 2018

Barazzone veut que l'Aquarius soit sous pavillon suisse mais il oublie de dire que ces migrants n'ont pas de papiers mais tous un téléphone portable. Ils téléphonent au +334 86 51 71 61 et, automatiquement, ils sont secourus par ce bateau ou d'autres. Ce numéro est basé à Strasbourg et appartient à une organisation qui s'occupe de faire entrer ces gens en Europe. Foutage de gueule !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 08 octobre 2018

J'ai écrit ça pour répondre à Pascal Holenweg. Il ne le publie pas, la vérité lui est désagréable, semble-t-il. Accepterez-vous de le publier ?
"Vous n'avez rien compris et vous ne voulez rien comprendre. L'avenir des jeunes Africains doit être en Afrique et non en Europe, qui compte sauf erreur 26 millions de chômeurs. Ces jeunes Africains ne sont plus à l'âge de la pierre. Ils ont tous des téléphones portables et ils savent que la situation en Libye est catastrophique. Pourquoi continuent-ils tous à y aller ? Un jour de 2006, sur la plage de Nouakchott qui venait de rendre 6 cadavres de ces jeunes, j'ai beaucoup discuté avec les jeunes présents. Tous m'ont dit qu'ils ne voulaient pas aller en Europe, qu'ils trouvaient ces morts complétement absurdes et que eux ne le feraient jamais. J'ai demandé au jeune et brillant patron du meilleur bureau de la place* pourquoi il ne proposait pas aux Européens de financer une campagne contre cette émigration complétement débile : trop risqué, il serait tué dans les plus brefs délais, selon lui. Ce marché rapporte des sommes énormes à certains. Les personnes les plus riches, en Afrique de l'Ouest, ce sont les douaniers.
Il existe donc une filière mafieuse qui exploite la crédulité de ces pauvres jeunes, victimes d'abord avant tout de leur piété filiale. Ils sont prévus pour aller en Europe gagner une rente pour leur famille. Cela a très bien fonctionné après les indépendances des années 60. Les fils d'une famille nombreuse, tous OS chez Renault à Boulogne-Billancourt, dortoir à la Sonacotra, vie de labeur et de quasi-esclavage au profit du patriarche, qui bâtit une sorte de palais avec leurs salaires. Chez les Soninkés, cela a pris des proportions spectaculaires. Le responsable des questions d'accompagnement de mon projet là-bas a visité un de ces palais où vivaient plus de 350 personnes, dans plus de 50 cellules/apparts.
Mais cette époque est révolue. 26 millions de chômeurs en Europe. Il faut le leur dire. Cette filière est scandaleuse : il ne faut pas l'encourager, de quelque manière que ce soit. L'Aquarius ne fait que prolonger et aggraver le drame. Il faut que les jeunes Africains cessent de voir dans l'émigration une solution au problème de leur maman. Ils sont trop obéissants à celle qui a économisé durant 20 ans pour leur payer ce voyage...
De plus, ce que chaque Européen bien-pensant oublie, c'est que les dix mille euros du passage correspondent pour nous à un million, en équivalent-effort de thésaurisation. Ce sont les riches qui viennent. Leur argent investi chez eux ferait décoller enfin leur pays. Pourquoi et comment ne le voyez-vous pas ?
* Vous le trouverez en deux ou trois clics.

Écrit par : Géo | 12 octobre 2018

Les commentaires sont fermés.