17 octobre 2018

Les dealers de Genève et l’interdiction de pénétrer la région genevoise

La lutte contre le deal de rue se fait de plus en plus pressante. Il y a une année, la Tribune de Genève lui avait consacré une série d’articles. Elle avait alors mentionné que 300 personnes d’origine africaine (en réalité surtout des Guinéens et Sénégalais) qui s’adonnait à cette sinistre activité. Devant l’ampleur du phénomène et l’apparente inactivité de la police, un «militant d’extrême gauche » (TdG de ce jour), Fernand Melgar, avait exprimé son indignation. Plus récemment, le conseiller national Benoît Genecand avait dénoncé la faillite de la politique sécuritaire du deal de rue.

Sachant que tous ses «petits» dealers sont des millionnaires chez eux (en francs CFA) où ils construisent des immeubles de plusieurs étages, on ne s’étonne pas de la persistance de ce trafic, d’autant plus que nos prisons suisses sont plutôt perçues par eux comme des camps de vacances.

Ce qui étonne cependant est que nous n’entendons pas plus souvent parler d’interdiction de pénétrer la région genevoise. Il s’agit d’un moyen mis à disposition des autorités cantonales par le droit fédéral (art. 74 de la loi sur les étrangers). Cette mesure vise notamment à lutter contre le trafic illégal de stupéfiants. Le Tribunal fédéral a par ailleurs déjà eu l’occasion de dire que la mesure est apte à atteindre l’objectif poursuivi, car elle empêche au délinquant de commettre de nouvelles infractions dans la région zurichoise, en l’occurenc. Elle respecte le principe de la proportionnalité (2C_338/2015).

Pourquoi les autorités genevoises ne l'appliquent-elles pas plus souvent cette interdiction de pénétrer la région genevoise?

http://blog.pierrescherb.ch/2018/10/les-dealers-de-geneve...

14:05 Publié dans Droit public, Genève, Jurisprudence, Politique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | | |

14 octobre 2018

Canonisation de saint Paul VI et saint Oscar Romero

Le pape François a procédé aujourd’hui à deux canonisations importantes. Le premier des canonisés est le bienheureux pape Paul VI que nous présentons dans cet article.

Né Giovanni Battista Montini en 1897, il fut pape durant une quinzaine d’années. Il est le pape de l’ouverture du catholicisme aux exigences des temps modernes, en instaurant notamment la langue vernaculaire (le français pour les Suisses romands) dans la liturgie.

Sous son règne, le dialogue interreligieux se développe. Son affirmation que l'Église doit demander pardon pour les offenses qu'elle a commises dans le passé, demande faite par le pape Jean-Paul II, fait de lui un des papes les plus importants du dernier millénaire. Les fidèles catholiques sont donc heureux de cette canonisation qui contribuera largement à l’amplification de tous les progrès apportés par le concile Vatican II.

https://blog.pierrescherb.ch/2018/10/canonisation-de-sain...

22:21 Publié dans Croyances, Succès | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook | | | |

13 octobre 2018

Pourquoi la Police municipale de la Ville de Genève ne chasse-t-elle pas les dealers?

La police municipale est chargée de poursuivre les infractions aux art. 115 à 120 de la loi fédérale sur les étrangers. La vente de drogues est une activité lucrative sans autorisation. Beaucoup de vendeurs de drogues ne sont pas autorisés à séjourner en Suisse. La police municipale peut donc les contrôler pour s’assurer qu’ils n’enfreignent pas l’interdiction de pénétrer la région genevoise, interdiction déclarée conforme à la loi par le Tribunal fédéral. Si notre conseiller national Benoît Genecand déclare que la politique de sécurité contre le deal de rue est en faillite, il me semble donc que vous êtes aussi concerné. J’aimerais ainsi savoir ce que la Police municipale fait pour éloigner les 300 dealers installés illégalement à Genève et qui terrorisent ouvertement la population ?

(Conseil municipal: ma question orale du 13 septembre 2016 adressée au magistrat Guillaume Barazzone)

https://blog.pierrescherb.ch/2018/10/pourquoi-la-police-m...

16:36 Publié dans Droit public, Jurisprudence, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

07 octobre 2018

Occupez-vous de la sécurité en Ville, M. Barazzone !

Des femmes passées à tabac, des dealers qui occupent nos parcs ou des mendiants à chaque coin de rue : avec 129,9 infractions au code pénal pour 1000 habitants en 2017, notre municipalité connaît un taux de criminalité supérieur à celui de n’importe quel canton suisse. Plutôt que de s’atteler à reprendre en main la lutte contre la délinquance, le Conseiller administratif en charge du Département de l’environnement urbain et de la sécurité propose d’encourager l’immigration illégale intercontinentale en exigeant que la Confédération accorde un pavillon suisse à l'Aquarius.


En accordant le pavillon suisse à un navire de propriété allemande, destiné au transport de migrants illégaux, affrété par une ONG française et doté d’un équipage étranger, la Suisse mettrait à mal sa neutralité en dictant la politique migratoire d’autres Etats, dont certains ont clairement manifesté leur refus d’accueillir ces migrants illégaux.


Soutenir l’Aquarius reviendrait à provoquer un appel d’air en faveur de l’immigration illégale et de l’exploitation d’êtres humains par les passeurs. Des esclavagistes des temps modernes qui exigent jusqu’à 5'000 euros de leurs victimes qu’ils chargent sur une embarcation de fortune, la conduisent dans les eaux internationales et annoncent par radio un naufrage imminent. L’Aquarius, patrouillant à la limite des eaux territoriales libyennes, refuse de reconduire les migrants africains en Afrique, comme le dit le responsable des recherches et des opérations de secours du bateau: « La Libye n'est toujours pas reconnue comme un pays sûr, donc nous ne reconduirons personne là-bas, sauf si les migrants le décident ».


L’arrivée sur le sol européen est source de déception pour ces migrants, auprès de qui la riche Europe avait été présentée comme un Elodrado. Filant vers les Etats prospères du nord, attirés par une culture de la bienvenue développée par des élites, ces migrants économiques illégaux ne peuvent dans les faits pas prétendre à la qualité de réfugié et finissent déboutés du droit d’asile, errant dans nos parcs à attendre « l’heure du deal ». Pour quelle plus-value en matière de sécurité municipale, M. Barazzone ?

Communiqué de presse UDC-Ville de Genève et MCG Ville de Genève du 2 octobre 2018


Pour tous renseignements :

Pierre Scherb, chef de groupe UDC
Daniel Sormani, chef de groupe MCG
Eric Bertinat, UDC, président du Conseil municipal
Amar Madani, MCG, membre du Bureau du Conseil municipal

22:09 Publié dans Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |