La génétique confirme l’existence des trois grandes races humaines

Imprimer

Les scientifiques étaient longtemps convaincu de l’existence de quatre grandes races de l'humanité, c’est à dire les caucasiens (l’homme blanc), les mongoles (l’homme jaune) les négroïdes (l’homme noir) et les indiens des Amériques (l’homme rouge). L’idée qu’il y aurait des races plus développées que d’autres tomba cependant rapidement dans les oubliettes de l’histoire. L’évidence s’est imposée: tous les hommes vivant sur terre font partie de l’homme moderne.

Une fois la science ayant compris que la mer peu profonde entre l’Asie et l’Amérique a pu être franchie à pied durant la dernière période glaciaire, il est devenu clair qu’il n’y avait pas d’homme rouge. Les Indiens des Amériques étaient bel et bien des mongoles comme leurs ancêtres venus d’Asie.

La génétique confirme aujourd’hui l’existence de ses trois grandes races. Le premier homme est apparu il y a 295’000 ans en Afrique. Depuis cette époque, l’homme biologique n’a guère évolué. Le premier homme aurait pu faire la même chose que nous s’il avait vécu dans le même environnement. L’homo sapiens correspond aux négroïdes.

Un ancêtre plus lointain de l’homme est l’homme de Néandertal. Venu de l’Europe, il a rencontré l’homo sapiens au proche Orient et plus tard aussi en Europe. Contrairement à ce que l’on avait longtemps cru, homo sapiens et l’homme de Néandertal ne se sont probablement pas fait la guerre, mais ont même réussi à former des couples et faire des enfants. De la sorte, les gènes de l’homme de Néandertal se retrouvent aujourd’hui dans tous les hommes ne venant pas d’Afrique.

La science a encore réussi à découvrir une dent d’un autre ancêtre de l’homme. Il s’agit de l’homme de Denisova. Or, ses gènes se retrouvent encore aujourd’hui dans les hommes venant d’Asie. La génétique vient ainsi confirmer l'existence des trois grandes races postulées par l’anthropologie depuis longtemps.

Nous voyons donc aujourd’hui l’homo sapiens pure représenté par les négroïdes, homo sapien avec des gènes de l’homme de Néandertal (les caucasiens) et homo sapien avec des gènes des Néandertaliens et de l’homme de Denisova (les mongoles).

https://blog.pierrescherb.ch/2019/07/la-genetique-confirme-lexistence-des.html

Lien permanent Catégories : Divers 17 commentaires

Commentaires

  • Bonjour,
    Toutes les races sont autochtones ; la terre ne s'est pas peuplée par des émigrations, il n'y a pas eu d'homme primitif créé par la volonté d'un Dieu Créateur dans un endroit donné, l'humanité est sortie de la terre végétale, par voie d'évolution, dans tous les pays en même temps.
    La race blanche habitait l'hémisphère boréal parce que c'est là qu'elle était sortie de la végétation boréale qui avait été son état embryonnaire.
    Une race noire, plus ancienne, était sortie de la végétation tropicale d'Afrique et d'une partie de l'Asie.
    La race rouge, moins connue, s'était développée sur les hautes montagnes de l'Amérique du Nord. Cette race avait possédé l'hémisphère occidental, pendant que la race jaune possédait l'oriental.
    Donc il faut abandonner la théorie des émigrations de peuples. Mais si les hommes ne se sont pas déplacés en masse, ce qui a circulé, c'est l'idée, c'est la pensée créatrice qui a fait naître des religions et des civilisations.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/06/nos-veritables-origines-nos-racines.html
    Cordialement.

  • La relation Denisova-Mongoles parait plutot fantaisiste. References? Quant a separer les noirs et l´homo sapiens... ou avez-vous trouve ces perles?

  • Il s'agit de mes conclusions personnelles après visionnement du film qui présente les dernières découvertes en anthropologie «Quand homo sapiens peupla la planète».

  • Je ne suis pas non-plus geneticien des populations ni anthropologue mais je sais que nous sommes sur un terrain a la fois encore tres controverse (l´evolution de l´homme) et aussi complique (genetique des populations). En tout cas vous n´y allez pas avec le dos de la cuillere.

  • Vous confondez espèce et race. Pour le reste, laissons la parole aux spécialistes.

  • Pour le moment la théorie dominante, contesté d'ailleurs en Chine, et que nous sommes issue d'une population sorti d'Afrique et nous nous sommes mélangé avec d'autres types d'humains.
    La raison de cette théorie, est qu'il y a plus de diversités génétiques en Afrique que dans le reste de la planète. Ce qui veut dire qu'il y eu une sortie d'Afrique d'une population qui s'est répandu sur la planète. Dans le cas contraire, le reste de la planète serait aussi diversifié que l'Afrique.
    Notre peau blanche, les cheveux roux sont certainement issue du mélange avec les néandertaliens. Ils nous ont apporté aussi des sensibilités à certaines maladie, et à l'inverse certaines résistances. En moyenne nous avons 4% de Neandertal.

    Quant à la délicate définition de race, c'est une question de curseur et de son positionnement par rapport à la proximité génétique. Les différences entre humains sont très faibles, mais suffisamment importante pour que des maladies touches plus des noirs que les blancs et inversément, idem avec les asiatiques.

    Pour moi, c'est réducteur de dire que la planète est peuplée par une seule race, et exagéré de parler de races différentes. Parler de diversité génétiques n'est pas clair non plus.

    L'avenir concernant la guérison des maladies va certainement tenir compte des "races" et le sujet va revenir sur la table. Il faudra trouver un autre mot que race parce qu'il suppose des différences conséquentes, et parler d'absence de "race" deviendra absurde.

    En tous les cas, à peu de chose près, nous sommes pareil. Les cultures locales créent plus de différences entre nous (vision du monde) que les différences génétiques.

  • J`aime bien votre commentaire qui me parait tres sensé. J`ajouterais que la notion de "race négroide", au-dela meme de ce que "race" ne veut en effet pas dire grand chose, me parait d`autant moins pertinente que les populations africaines sont elles-meme diverses; comment amalgamer par exemple "racialement" des Marocains, des Éthiopens et des Congolais?

  • Votre commentaire n'a aucun sens car "africain" n'est pas automatiquement synonyme de "négroïde". Il ne faut pas tout confondre.

  • Je suggère un drapeau mondial des couleurs blanc, jaune, noir et rouge.

    L'espèce humaine d'aujourd'hui est mélangée à d'autres bien plus anciennes et disparues pour X raisons. Les croyances des rois, chefs tribaux et autres seigneurs ont accouché des religions et autres sectes zinzins, loi du plus fort oblige. Fréquenter, (et plus si affinité) d'autres humains et humaines d'Asie, du proche Orient, d'Afrique et d'ailleurs est très gratifiant.
    Ouf, la terre n'est pas plate et l'humain n'a pas 12 000 ans c'est déjà une avancée vers le futur.

    Bien le bonjour Pierre Scherb.....

  • Avant même d’entrer à l’école, nous savions que le monde était composé de la rece blanche, noire, rouge et jaune! Je ne comprends pas que l’on puisse polémiquer sur ce sujet!?

  • Lire : race blanche :) Merci l'iPad!

  • "En moyenne nous avons 4% de Neandertal."

    Et en moyenne nous avons 98% de chimpanzé. Nous sommes donc plus proches du chimpanzé que du néandertal.

    Etonnant, non?

  • Sujet qui invite le pire comme le meilleur, du reflet dune connaissance jusqu'à l'ignorance la plus crasse. Dommage.

  • @Daniel
    J'ajoute que le génome humain à une similitude de 80% avec la souris, et je ne sais combien avec le ver de terre. Donc concernant votre remarque, quel est le rapport ?
    Les 4% du Néandertal en nous sont leur contribution à notre génome, on ne parle pas similitude. Cette contribution a pour effet probable, la peau blanche, etc..
    Quant à notre similitude avec le Néandertal, il est de 99.5%

  • Il me semble que la question des races ou espèces d'hominiens présente, d'un point de vue strictement scientifique, que deux aspects intéressants et importants: celle de l'histoire des origines et des migrations et celle ces différences de traitement médicaux qui pourraient varier selon certaines diversités génétiques.
    Tout le reste est empreint de racisme ou de nationalisme (ou des deux) et tend presque toujours à faire des distinctions de capacités intellectuelles, voire même morales entre des des êtres humains qui se distinguent par certaines caractéristiques physiques, notamment la couleur de peau.
    Que certains aient telle ou telle couleur, telle ou telles morphologie physique ou telle ou telle adaptation à la chaleur ou au froid n'a pas d'importance réelle, puisque toutes les régions du monde ont été peuplées, exception faite de l'Antarctique, où il n'y a que des chercheurs de diverses disciplines scientifiques.
    Ce qui est certain, c'est qu'il ne reste actuellement pas de groupes humains dont les caractéristiques naturelles permettaient ou nécessiteraient un traitement spécial. Si inégalités de chance et de situation persistent, c'est dû à des causes culturelles ou politiques (causes auxquelles certaines politiques de d'accès favorisés aux études tentent de contrebalancer).
    A part les raison scientifiques énoncées plus haut et notre curiosité enfantine (parfois infantile) pour les personnes de couleur différentes (parfois imaginaires, comme c'est le cas pour les "Peaux-rouges") la question des races ne se poserait même plus, si n'était une certaine tendance à vouloir hiérarchiser les qualités humaines, généralement pour nous donner le beau rôle.

  • Si j'ai bien compris le message de Hariri dans son opus "Homo Sapiens", bien que la controverse ne soit pas complètement éludée il semble bien que nous sommes aujourd'hui tous porteurs des mêmes gènes à l'exception relevée par Daniel d'un très faible pourcentage de Néanderthal pour les caucasiens.
    Hariri n'esquive pas les risques liés aux découvertes scientifiques, principalement les découvertes anthropologiques qui permettraient de valider une thèse plutôt qu'une autre. Mais tout cela reste confiné au domaine génétique qui, comme le relève Mère-Grand ne constitue de loin pas l'ensemble de notre héritage.

  • @Pierre Harari part du fait qu`il y a plus de variabilité génétique entre individus toutes couleurs de peau -"races"- confondues qu`il y en a entre ces "races". D`ou la non-pertinence génétique de la notion de "race". Il peut cependant y avoir pertinence idéologique si l`on est plus a l`aise avec une vision de l`humanité compartimentée selon les couleurs de peau et autres caractéristiques de facies...

Les commentaires sont fermés.