Des patrouilles pour combattre le trafic de drogues

Imprimer

En 2012, les Genevois étaient exaspérés par le bonneteau. Pour rappel, il s’agit d’un jeu de dupes qui consiste apparemment à trouver une fève sous trois coquilles. En réalité, c’est une escroquerie organisée de concert par plusieurs personnes. Un manipulateur et plusieurs complices attirent des joueurs en faisant croire à des gains faciles. Lorsque le joueur entre en jeu, il perd systématiquement. Ce jeu a été pratiqué à Genève par des bandes étrangères.

Les citoyens n’en pouvant plus ont alors commencé à s’organiser et à faire des patrouilles pour déranger le déroulement de cette escroquerie organisée. Les escrocs n’ont cependant pas voulu se laisser faire et les ont attaqué à plusieures reprises. La police a rappelé qu’elle était attentive au phénomène du bonneteau et qu’il existait une loi pour le combattre. Néanmoins, elle n’avait pas réussi à le faire. A l’heure actuelle, nous ne savons toujours pas si les escrocs du bonneteau ont été chassés par les patrouilles citoyennes ou par la police qui s’est finalement résignée à réagir. Toujours est-il que le phénomène a disparu de la ville de Genève.

Nous sommes aujourd’hui dans la même situation en ce qui concerne le trafic de stupéfiants. Les lois pour combattre et faire cesser ces délits et crimes existent, mais ne sont pas systématiquement appliquées. Le citoyen est-il donc encore obligé à organiser des patrouilles citoyennes afin de faire agir les autorités?

https://blog.pierrescherb.ch/2019/08/des-patrouilles-pour-combattre-le.html

Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique 1 commentaire

Commentaires

  • Les malfrats du bonneteau et ceux de la came ne sont pas du meme tonneau. Les dealers sortent facilement le couteau et des patrouilleurs citoyens sans armes se retrouveraient vite aux urgences. Il y a quelques années je me suis moi-meme fait attaquer au couteau par des dealers rastas alors que je rentrais du boulot tard le soir et juste parce que je les avais regardé de travers. Croyez-moi mr Scherb, contre les dealers, rien ne vaut la police armée et giletpareballisée, suivi par un jugement de 3-5 ans fermes, tout le reste pour des mickeys habitués a la violence des leur plus jeune age c`est du pipeau.

Les commentaires sont fermés.