09 septembre 2015

Expulsé après 23 ans de séjour légal en Suisse

Un père de famille de deux enfants, nommons le Maxime Milovski, a vu son jugement d’expulsion de Suisse confirmé par le Tribunal fédéral (TF), le 6 août 2015. Il était arrivé en Suisse à 15 ans, le 10 juillet 1991, dans le cadre d’un regroupement familial et a obtenu un permis de séjour. En 1997, il a épousé une Macédonienne au bénéfice d’une autorisation de résidence en Suisse. Les enfants sont nés en 1997 et 2002. Le divorce de Maxime Milovski d’avec sa femme a été prononcé en 2007. Depuis 2001, il a été régulièrement condamné à des amendes de Frs 60.- à 2’400.-. En 2014, il a eu 63 poursuites pour un total de Frs 133’668.20 et 42 actes de défaut de biens pour un total de Frs 86’529.50.

Malgré son long séjour, il n’a jamais obtenu un permis de résidence. Les autorités thurgoviennes n’avaient donc aucune autorisation de domicile à révoquer, mais pouvaient se contenter de ne plus renouveler son autorisation de séjour. Ne s’étant pas intégré en Suisse et ayant toujours maintenu des contacts avec la Macédoine en y rentrant fréquemment et pour de longues périodes, Maxime Milovski a vu son recours rejeté et a été condamné à payer les frais de justice de Frs 2’000.-.

(Arrêt du TF n° 2C_1015/2014)

http://blog.pierrescherb.ch/2016/07/expulse-apres-23-ans-...

09:52 Publié dans Droit public, Jurisprudence | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20 juin 2013

Chicago sur Léman

Ce serait le résultat de l’application de la nouvelle loi 10965 qui impose des densités de constructions plus élevées dans toutes les zones de développement. La loi actuelle permet pourtant déjà de densifier. Pourquoi donc imposer des minima ?

L’UDC défend une fois de plus le citoyen qui ne doit pas subir un si important changement de sa ville, de son canton, sans s’exprimer. Veut-il vraiment une Genève de 600'000 habitants en 2030 avec des problèmes de transport encore plus chaotiques ? Donne-t-il plutôt la préférence à la qualité de vie des habitants de Genève ? Les Genevois ont le droit de le savoir. Signez donc et faites signer le référendum.

Pour voir le communiqué de presse UDC cliquez ici.

17:54 Publié dans Droit public, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

09 juin 2013

Liberté de la conscience et de croyance

Voir cette note ici.

14:14 Publié dans Droit public, Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

08 juin 2013

Frais forfaitaires déductibles du revenu imposable

Voir cette note ici.

15:26 Publié dans Droit public, Jurisprudence | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

31 mai 2013

Quelle est la procédure pour qu'une association soit reconnue d'utilité publique ?

Voir cet note ici.

19:17 Publié dans Droit public, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

05 mai 2013

Tout le monde mérite d’être enterré

Personne ne voulait réclamer le corps de Tamerlan Tsarnaev, mort le 19 avril après avoir été blessé au tronc et aux membres lors de sa fusillade avec la police. Il présentait aussi des blessures au torse et à la tête, infligées par un objet contondant. Rappelons qu’il avait été menotté par terre et que son frère aurait roulé sur lui avec la Mercedes volée.

Sa famille avait renoncé à un rapatriement au Daguestan. Ce n’est que ce jeudi que son oncle, le même qui l’avait qualifié de « looser », a fini par charger une société de pompes funèbres pour récupérer les restes de Tamerlan Tsarnaev. Les résidents de North Attleboro, où son enterrement était prévu, s’y sont cependant immédiatement opposés. Trois cimetières ont déjà refusé de l’enterrer. Il se trouve actuellement à Worcester chez Stefan’s funeral home. Son propriétaire Stefan a dit à la presse : « Tout le monde mérite d’être enterré. »

Dzokhar Tsarnaev, quant à lui, a subi des tirs à la tête, à la nuque, aux pieds et aux mains.

14:14 Publié dans Croyances, Droit public | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

27 mars 2013

Election du Conseil fédéral par le peuple: l’UDC propose, la gauche «raisonnable» suit

Micheline Calmy-Rey montre la voie: «Ce serait une bonne solution pour rendre ces élections plus transparentes… Actuellement, l'élection du gouvernement entraîne des tractations plus ou moins obscures. Cela permet toutes sortes d'arrangements. Ce serait beaucoup plus sain si les candidats des partis faisaient campagne auprès du peuple qu'auprès des parlementaires.»

Cela correspond exactement à la position de l'UDC. Le parti rappelle en outre que son initiative tient en priorité à faire confiance au peuple en lui permettant d'élire le Conseil fédéral comme c'est le cas dans tous les cantons qui élisent à satisfaction les conseillers d'Etat, les conseillers aux Etats et les conseillers nationaux. Cette pratique démocratique a fait ses preuves. Il n'y a dès lors plus de raison que les citoyennes et les citoyens ne se prononcent pas également à l'échelon suprême, à savoir l'élection du Conseil fédéral.

D’autres ténors de la gauche «raisonnable» préconisent également le «Oui» à l’initiative concernant l’élection du Conseil fédéral par le peuple: Pierre-Yves Maillard, Géraldine Savary et Robert Cramer. Il y a donc une forte chance qu’une partie de leur électorat les suive.

21:46 Publié dans Droit public, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : udc |  Facebook | | | |

06 mars 2013

Vers plus de sécurité à la frontière genevoise

Les Genevois n'en peuvent plus d'être les victimes de Schengen, accord mal ficelé qui permet entre autres défauts au grand banditisme des excursions régulières en Suisse pour s'approvisionner dans nos banques, puis de retourner en France sans être inquiété.

L'espoir est cependant à nouveau de mise, car le Conseil national vient d'accepter, contre la gauche et le PLR, une initiative UDC permettant d'augmenter le nombre des gardes-frontières. Voici le communiqué de presse UDC signé par le Conseiller national Yves Nidegger:

Par 98 oui contre 89 non, le Conseil national a décidé hier (5 mars 2013) de donner suite à l’initiative UDC Reymond/Nidegger exigeant l’engagement de plus de gardes-frontières pour les cantons frontaliers (10.515) afin de compenser le déficit de sécurité engendré par Schengen. La gauche et le PLR ont voté contre.

A l’exception de quelques aléatoires contrôles volants, la frontière genevoise est ouverte depuis Schengen aux marées et aux ouragans du grand comme du petit banditisme.

Acquis sur catalogue, sans essayage préalable, Schengen fait ainsi partie de ces mauvais achats que l’on devrait retourner au fabricant pour non-conformité de l’article aux qualités promises. Avec au passage, un blâme, voire une demande de réparation, à l’intention du détaillant indélicat qui a fourgué une camelote en promettant la qualité.

Le problème est ici que le détaillant, comprenez le Conseil fédéral et la majorité du parlement, persiste dans l’idée que l’interdiction du contrôle des personnes au passage de la frontière serait un plus pour la sécurité intérieure. Et l’explosion des cambriolages et des agressions armées d’origine transfrontalière survenue depuis la mise en œuvre de Schengen n’est pas de nature à ébranler leur foi. L’UDC reste donc seule à dire qu’un traité qui oblige nos gardes-frontières à se replier sur les seules « frontières extérieures » de l’Europe, c’est-à-dire à Genève la zone non-Schengen de l’aéroport où ils sont occupés au contrôle obligatoire et chronophage des touristes anglais venus skier dans les stations alpines, tout en désertant la « frontière intérieure », comprenez la frontière suisse, abandonnée à la libre circulation des gangsters transfrontaliers, ne pouvait et ne peut générer qu’une plus grande insécurité.

En attendant la résiliation de Schengen et le retour de nos forces sur notre frontière, la Suisse qui ne peut rester sans se défendre contre l’explosion du crime n’a d’autre choix que celui d’engager à ses frais plus de gardes-frontières à affecter aux cantons-frontières et tout particulièrement à Genève. Il faut pour cela une base légale et tel était le but de l’initiative de l’UDC-Genève qui vient d’être suivie à Berne. Les contrôles volants n’étant pas interdits par Schengen, ils doivent pouvoir être multipliés jusqu’à couvrir les besoins de sécurité nouveaux générés par le traité de Schengen. Le processus législatif ne fait que commencer, la décision du National du 5 mars 2013 est une victoire d’étape.

14:21 Publié dans Droit public, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

22 février 2013

Foin des mensonges: la naturalisation est dorénavant facilitée

Le groupe UDC a la constituante avait bien insisté, lors de nos débats, que l’intégration des étrangers devrait passer par une naturalisation facilitée au lieu de leur donner les droits de vote et d’éligibilité. Ces prérogatives doivent rester intimement liées à la nationalité suisse. Le vœu des constituants UDC est dorénavant exaucé : la Commission des institutions politiques du Conseil national a accepté de réduire le nombre d’années de séjour pour demander le passeport suisse de 12 à 10 ans!

En même temps, cette commission s’assure que les nouveaux Suisses soient en mesure d’exercer convenablement leur citoyenneté et de comprendre les enjeux politiques qu’ils seraient appelés à trancher. Pensez seulement aux sujets de votation du 3 mars et à leur importance. Un requérant doit donc être familiarisé au mode de vie suisse et bien communiquer au quotidien dans une langue nationale, à l’oral et à l’écrit.

La décision de ladite commission devrait mettre un terme à toute velléité de la gauche genevoise renforcée du centre mou d’introduire dans notre nouvelle constitution le droit de vote des étrangers au niveau cantonal ou, pire encore, le droit d’éligibilité aux niveaux communal et cantonal.

Vivement que le Conseil des Etats vote la nouvelle loi à son tour!

A voir : www.pierrescherb.ch

15:52 Publié dans Droit public, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

19 février 2013

LAT : l’UDC dit non au remplacement d’un aménagement du territoire harmonieux par une planification centraliste

L’article 1 alinéa 2 chiffre b de la Loi sur l’aménagement du territoire prévoit la création et le maintien d’un bâti harmonieusement aménagé. Le projet de nouvelle loi envisage à sa place la création et le maintien d’un bâti favorable à l’exercice des activités économiques. Un peu plus loin (à l’art. 3), il propose de planifier les lieux d’habitation en priorité sur des sites desservis de manière appropriée par les transports publics.

Le choix du verbe « planifier » et l’exclusion de l’harmonie sont pour moi significatifs d’un projet de loi mal élaboré et d’un nouveau coup dur des technocrates au bâtiment soigneusement construit qu’est la Suisse. Rien que pour cela, je voterai avec conviction Non à ce projet de loi mal ficelé et vous invite à faire de même.

13:55 Publié dans Droit public, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |