08 juillet 2013

Divertissement au sein de l'OMC

Deux photos prises le 30 juin dans l'ancien bâtiment de l'OMC.

Inauguration OMC 8.jpg

Inauguration OMC 9.jpg

21:55 Publié dans Art, Genève, Humeur, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15 juin 2013

La Suisse a trop de chaînes de télé étatique

Tandis que la Grèce vient de fermer sa radio-télé, la Suisse se paie le luxe d’exploiter 18 chaînes de radio et 8 chaînes de télévision, en payant la redevance la plus élevée d’Europe.

Ce n’est pas tout. La SSR en tant que chaîne publique devrait être neutre et concevoir des programmes qui respectent les avis majoritaires des Suisses. Hélas, elle est fermement entre les mains de la gauche et de la « gauche-libérale ». Dans ses comités, l’UDC n’est pas ou presque jamais représentée.

Dès lors, l’UDC exige une réduction massive de l’offre de programmes de la SSR en l’espace de dix ans avec une stricte limitation au « service public » et à un seul programme de radio et de télévision par région linguistique avec à la clef une baisse des redevances (programme du parti 2011 à 2015).

20:20 Publié dans Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc |  Facebook | | | |

03 juin 2013

Accord bâclé avec les Etats-Unis : il est temps de réfléchir

Notre héroïne est connue pour comploter contre la volonté du peuple Suisse. Aussi s’est-elle fait élire au détriment du politicien le plus populaire de l’époque, Christoph Blocher. D’aucuns croyaient peut-être qu’elle avait fini de comploter et s’était transformée miraculeusement en bon serviteur de l’Etat. Force est cependant de constater que ces bonnes âmes se sont trompées, tant l’accord qu'elle propose au parlement ressemble à une pure capitulation et tant l’intérêt de la Suisse est bafoué.

L’UDC n’entend pas se laisser berner une deuxième fois et rejette catégoriquement l’urgence réclamée à la loi fédérale pour la remise des données bancaires aux Etats-Unis. Le temps ne presse pas pour donner à cet accord la suite qu’il mérite : le classement vertical. Les Etats-Unis eux-mêmes n’ont pas encore ratifié l’accord de double imposition sur lequel devrait se fonder l’assistance administrative accordée.

Pour voir le communiqué de presse de l'UDC cliquez ici.

09:29 Publié dans Humeur, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

26 février 2013

Les écologistes prennent des collégiens et leurs professeurs en otage

Encore heureux qu’ils ont été prévenus à l’avance ! « La plupart ont donc porté de gros pulls. Certains sont même venus avec leur couette!» raconte une élève du Collège de Saussure. Les radiateurs y ont été baissés de un à deux degrés et les ascenseurs n’y étaient pas fonctionnels.

« Beaucoup de professeurs ont rouspété » lorsqu’ils ont appris à quel régime ils seraient soumis durant la « Semaine de l’énergie ». N’ont-ils donc pas fait confiance à l’association Terragir et leur leitmotiv, repris de Jacques-Yves Cousteau : « Un bon écologiste, c’est un type qui voit loin et qui a peu de foi dans le progrès, la science et la technique. »

Quant à nous, nous pensons toujours qu’un bon écologiste, c’est un type qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez, qui se moque de tout le monde qui ne partage pas son sectarisme et qui regrette de ne plus pouvoir rouler en 2CV - à moins qu'il n'ait pas quelque part une Ferrari cachée dans son garage.

20:25 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

12 février 2013

Faut-il interdire les Femen ?

Seins nus et corps tatoués à Notre-Dame de Paris pour « fêter » le départ du pape Benoît XVI, huit féministes se sont exposées aux fidèles et touristes présents, ainsi qu’aux spectateurs du monde entier. Elles n’avaient pas manqué de prévenir les agences de presse internationales pour s’assurer le spectacle médiatique recherché.

C’est tout de même simplet de traîner dans la boue une religion vieille de 2'000 ans qui, pour avoir passé par des périodes sanglantes dans son histoire, s’est considérablement pacifiée ces derniers temps. D’autant plus que des révoltes sanglantes secouent aujourd’hui le monde moderne à cause d’insultes réelles ou fantasmées des musulmans et de leurs sentiments religieux (caricatures de Mohamed, le film L’innocence des musulmans, etc.).

La question d’une interdiction des Femen en Suisse ne se pose cependant pas pour l’instant, car, sauf erreur de ma part, aucun groupuscule de cette sorte n’y a été créé.

19:35 Publié dans Croyances, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

04 février 2013

Avis de faux policiers et de pickpockets

Genève est une ville relativement sûre pour l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Pensez seulement à d’autres villes du monde comme Lagos, Bagdad ou Bombay.

Un séjour dans notre ville nécessite néanmoins une attention particulière aux yeux des responsables de l’OMPI. Aussi attirent-ils l’attention des participants à la vingt-troisième session du comité intergouvernemental en décrivant deux méthodes les plus fréquemment utilisées pour abuser les victimes :

« Faux policiers. Ils opèrent généralement en groupe de trois, dont l’un aborde la victime pour lui demander quelque chose. Arrivent ensuite deux autres personnes qui se font passer pour des agents de police, présentant de fausses pièces d’identité et posant des questions telles que ″Êtes-vous un touriste?″, ″Présentez vos papiers!″ et ″Avez-vous de l’argent?″. Les victimes présentent leur portefeuille, dont l’argent est subtilisé avant que les voleurs ne prennent la fuite.

Pickpockets. Sous prétexte de demander un renseignement, les pickpockets s’efforcent d’entrer en contact physique avec la victime pour commettre leur forfait. »

16:58 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

03 février 2013

L’importance de la volonté (Koh Lanta)

La finale amena son lot de surprises – et d’enseignements. La première épreuve est la recherche de trois poignards à proximité d'autant d'arbres pour les planter – non pas dans le dos de ses coéquipiers – mais dans un bloc de bois à l’arrivée. Chacun des protagonistes, Bernard, Vanessa, Brice, Ugo et Philippe, part de son côté pour se retrouver un peu plus loin autour des mêmes arbres en train de chercher un morceau de bois marqué d’une couleur et d’un chiffre, la couleur symbolisant une direction et le chiffre le nombre des pas à faire jusqu’au poignard caché.

Vanessa est la première à trouver les précieux renseignements. Sachant que les autres l’observent pour tirer avantage de cette découverte, elle la cache et va jusqu’à mentir à Philippe en disant qu’elle abandonne la recherche à cet endroit. En réalité, elle retourne vite au tableau contenant les indications de directions. Une fois de retour à l’arbre, elle constate son échec à bluffer Philippe qui se trouve toujours sur place.

Commence une recherche fébrile des deux protagonistes. Philippe, sachant que le poignard ne pouvait pas se trouver ailleurs qu’à l’endroit où Vanessa le cherche, finit par le découvrir avant elle. Vanessa l’attaque alors brutalement en l’accusant d’injustice, de lui avoir volé et le poignard et la victoire. Philippe se défend vaillamment en la repoussant.

Les deux rentrent ensuite au point de départ, Vanessa en pleurant tandis que Philippe met en doute la justesse de ses actions et de sa décision. Il finit par remettre le poignard à Vanessa, se condamnant en même temps à la vaine recherche d’un deuxième poignard et à l’abandon de toutes ces ambitions. Acte chevaleresque ou fou et incompréhensible, à chacun de former sa propre opinion.

Philippe voulait-il aider Vanessa à gagner ? Il aurait raté sa cible, car elle fut éliminée au prochain tour, se voyant ainsi exclue de la finale à Paris. Philippe prit sur soi toutes les privations de Koh Lanta durant 39 jours, la faim, les douleurs, l’inconfort, car il voulait gagner. A un pas de la victoire, il laisse tout tomber, subjugué par plus fort que lui.

Et voici l’enseignement que l’on peut tirer de cet événement : Ne pas négliger la fin pour gagner quoi que ce soit.

17:17 Publié dans Humeur, Succès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

01 février 2013

Le Conseil fédéral trompe-t-il le peuple?

L’acceptation de l’arrêté fédéral sur la politique familiale ne coûtera rien. Que nenni! Pourtant, le Conseil fédéral recommande le Oui, le 3 mars prochain, sans la moindre allusion aux coûts de ce transfert de compétence des cantons à la Confédération.

Un citoyen bernois, Adrian Amstutz, a donc déposé un recours contre cette votation. Il y fait notamment valoir que l’aspect financier d’un vote relève d’une importance capitale pour le citoyen suisse. Il ne comprend pas pourquoi le Conseil fédéral n’a pas au moins énoncé un chiffre approximatif des dépenses attendus.

Selon les particants de l’article sur la famille, 120'000 enfants en Suisse ne trouvent pas de place d’accueil, ce qui nécessitera 50'000 places supplémentaires, soit 1,5 à 2,7 milliards de francs par an. L’UDC a procédé a son propre calcul. Stupeur : le congé de paternité projeté, la garde extrascolaire des enfants de 5 à 15 ans et les crèches pour les enfants de 0 à 4 ans coûterait 12 milliards de francs par an!

Une raison de plus de rejeter cet arrêté fédéral inutile et dangereux.

10:57 Publié dans Droit public, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

31 janvier 2013

Chaque élargissement de l’Union Européenne coûte cher à la Suisse

Créer un nom de médicament prescrit par ordonnance n’est pas une sinécure. C’est le constat qu’on peut tirer du travail de Georg von Graevenitz, chercheur à l'Université d’East Anglia et au Norwich Business School. Il l’a présenté à l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI / WIPO) le 29 janvier 2013.

Il ne suffit pas d’inventer un nom et de l’enregistrer comme marque. Il faut encore qu’il soit approuvé par les agences désignées à cet effet par chaque Etat membre et par le (Invented) Name Review Group (NRG), organe central de l’Union Européenne basé à Londres. Le but de ce contrôle est d’éviter des erreurs médicales à cause d’une confusion de médicaments portant des noms trop similaires. Dans le passé, de pareilles erreurs ont même entrainé des décès de patients.

Inscrire le nom d’un médicament en tant que marque est plus simple que de passer le test des contrôleurs des médicaments qui rejettent jusqu’à 40% des noms proposés. L’industrie pharmaceutique tente de réduire le risque en proposant jusqu’à trois ou quatre noms par nouveau médicament. Les coûts sont importants, car chaque série de noms coûte entre 100'000$ et 700'000$ et même jusqu’à plus de deux millions de dollars.

Avant la soumission d’un nom au NRG, il est habituellement inscrit comme marque communautaire. Georg von Graevenitz estime que 6% de toutes les marques inscrites (150’743) sont des marques inscrites en trop. En admettant 25’000$ pour chaque nom, il arrive à un coût de 17.7 millions de dollars par an.

Le premier mai 2004, dix nouveaux Etats ont rejoint l’UE, soit la République tchèque, l’Estonie, Chypre, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie, Malte, la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie. Chacun de ces Etats a sa propre agence désignée à contrôler le nom des médicaments. Le risque de rejet d’un nom a donc augmenté de manière correspondante, soit entre 21 millions dollars et 49 millions dollars de plus.

La Suisse comme centre important de l’Industrie pharmaceutique est donc fortement mis à contribution par chaque élargissement de l’UE. Une raison de plus pour ne pas y adhérer.

www.pierrescherb.ch/blog

12:03 Publié dans Droit de la propriété intellectuelle, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

24 janvier 2013

Plus de 2'800 francs en mendiant

La Tribune de Genève nous apprend que quatre individus « originaires de Roumanie » ont été arrêtés en France avec un sac de plus de 10 kilos de monnaie dans le coffre de leur voiture. Un des occupants déclare à la police avoir reçu l’argent de la part d’un mendiant roumain pour la vente de son Audi A6 espagnole. Les policiers, satisfaits de cette explication, les relâchent.

On comprend mieux pourquoi les mendiants affluent à Genève, contrairement à ce qui se passe dans d’autres villes, par exemple Berlin, mais aussi toutes les villes roumaines où pas un seul mendiant ne peut être trouvé (Le Temps du 23 ct.). Remarquez que le mendiant genevois a quand même fait moins bien que le monsieur arrêté par la police zurichoise il y a une vingtaine d’années. Il venait à bord de sa Mercedes depuis Singen (Allemagne) pour mendier à la « Bahnhofstrasse » (les rues basses de Zurich). Sa recette d’une journée était 10'000 francs.

11:01 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |