Genève

  • Les arabes abandonnent le noir

    Imprimer

    Tandis que les Suisses se préparent à voter l’interdiction de porter la burqa, les Arabes les devancent en abandonnant massivement ce vêtement moyenâgeux. Que s’est-il donc passé?

    Comme chaque année, les touristes arabes ont été au rendez-vous au mois d’août. Ils ont pris d’assaut les hôtels cinq étoiles et, fait nouveau, de plus en plus les hôtels quatre étoiles aussi. Les Genevois ont ainsi été forcés de voir sur les quais un défilé de femmes défigurées par le port de la burqa. Ils se les imaginaient dégoulinantes de sueurs, tandis que leurs maris se délectaient à leurs côtés en t-shirts et bermudas. Or, rien de tel cette année. Les femmes arabes se promènent maintenant presqu'exclusivement sans se voiler la face. Elles n’utilisent surtout presque plus la couleur noire. La préférence est actuellement donnée à un brun clair, voir carrément à du blanc. Du coup, plus besoin d’avoir honte en se promenant le long du quai.

    Que les Genevois craignant qu’une interdiction de la burqa pourrait nuire au tourisme soient rassurés: Ce n’est surtout pas les Arabes qui vont s’en plaindre. Au contraire, elles ont déjà largement anticipé et adopté cette interdiction. En vérité, elles l'appellent de leurs vœux.

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/08/les-arabes-abandonnent-le-noir.html

  • Des patrouilles pour combattre le trafic de drogues

    Imprimer

    En 2012, les Genevois étaient exaspérés par le bonneteau. Pour rappel, il s’agit d’un jeu de dupes qui consiste apparemment à trouver une fève sous trois coquilles. En réalité, c’est une escroquerie organisée de concert par plusieurs personnes. Un manipulateur et plusieurs complices attirent des joueurs en faisant croire à des gains faciles. Lorsque le joueur entre en jeu, il perd systématiquement. Ce jeu a été pratiqué à Genève par des bandes étrangères.

    Les citoyens n’en pouvant plus ont alors commencé à s’organiser et à faire des patrouilles pour déranger le déroulement de cette escroquerie organisée. Les escrocs n’ont cependant pas voulu se laisser faire et les ont attaqué à plusieures reprises. La police a rappelé qu’elle était attentive au phénomène du bonneteau et qu’il existait une loi pour le combattre. Néanmoins, elle n’avait pas réussi à le faire. A l’heure actuelle, nous ne savons toujours pas si les escrocs du bonneteau ont été chassés par les patrouilles citoyennes ou par la police qui s’est finalement résignée à réagir. Toujours est-il que le phénomène a disparu de la ville de Genève.

    Nous sommes aujourd’hui dans la même situation en ce qui concerne le trafic de stupéfiants. Les lois pour combattre et faire cesser ces délits et crimes existent, mais ne sont pas systématiquement appliquées. Le citoyen est-il donc encore obligé à organiser des patrouilles citoyennes afin de faire agir les autorités?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/08/des-patrouilles-pour-combattre-le.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique 1 commentaire
  • L’impunité doit cesser

    Imprimer

    Le Conseiller d’Etat Mauro Poggia prend à bras le corps un problème négligé en Ville de Genève depuis longtemps, soit le combat contre le trafic de drogues. Il explique dans une interview accordée le 29 juillet dernier à la Tribune de Genève qu’il ne peut plus avoir d’espaces de non-droit. Il revient surtout sur quelques mythes de la gauche bien-pensante.

    Le premier mythe consiste à dire qu’il aurait des «contrôles racistes». Monsieur Poggia répond que le marché des drogues est à présent en main de personnes d’origine africaine. Au moment où ce ne sera plus le cas, il y aura d’autres personnes dans le viseur de la police.

    Le deuxième mythe est que les dealers n’ont pas d’autre choix, car ils ont une interdiction de travailler. Monsieur Poggia rappelle clairement qu’il s’agit de personnes sans autorisation de résider en Suisse. On attend de ces gens qu’ils s’en aillent. Dans l’attente, ils sont entretenus par l’assistance publique et ont le droit au minimum existentiel. S’ils s’adonnent au trafic de drogue, c’est donc bien par libre choix et aucunement par nécessité.

    Le troisième mythe concerne les interventions trop musclées de la police. Mauro Poggia répond: «Ici (à l’Usine), certaines personnes sont ouvertement anti-police. Or, quand le lieu est hostile, les policiers sont sur la défensive. Il est difficile d’aborder avec empathie des gens qui ne vous montrent aucun respect. Je peux imaginer que cela puisse causer un peu d’agressivité, mais je n’ai aucun élément qui me dit qu’il y aurait eu des actions disproportionnées de la police.»

    Il devient ainsi clair que la police a (enfin) fait son travail dans un milieu hostile et protégé par des politiciens de gauche. Plusieurs d’entre eux se sentent d’ailleurs proches de l’Usine, l’ont fréquentée ou y ont même exercé des postes à responsabilité. Pour conclure, rappelons-nous encore où les casseurs se sont réfugiés après avoir mis à sac la Ville de Genève et son Grand Théâtre: à l’usine, mais cela a bien sûr dû être une coïncidence.

    http://blog.pierrescherb.ch/2019/07/limpunite-doit-cesser.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 14 commentaires
  • Madeleine Scherb explique au Conseil des droits de l'homme la situation actuelle du Cameroun

    Imprimer

    Madeleine Scherb explique en peu de mots la situation du Cameroun. Un éclaircissement indispensable pour qui veut comprendre ce qui se passe actuellement dans ce pays...










    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Sans le savoir, Guillaume Barazzone donne raison à l’UDC

    Imprimer

    Le nouveau programme de l’UDC le dit clairement: »Notre environnement se porte bien. Nos sols et nos cours d’eau sont en excellent état. Les emissions et substances nocives baissent depuis des décennies. Une nature superbe est un des grands atouts de la Suisse.»

    Tout catastrophisme est donc malvenu et ne fait que nuire à la qualité de vie de ceux qui le vivent, c’est-à-dire des Verts et de la gauche en général. Nous n’avons pas besoin de toujours plus de régulations et d'interdictions, mais pouvons continuer la préservation de notre environnement naturel tel que nous le faisons avec grand succès depuis longtemps. Pensons seulement à la protection des forêts pratiquée en Suisse depuis 125 ans.

    Guillaume Barazzone a maintenant suivi le souhait exprimé par le Conseil municipal d’interdire l’utilisation des gobelets en plastique à usage unique. Sont aussi concernés les pailles, les couverts, les assiettes, les contenants en tous genres, les sacs plastique, les bâtonnets pour mélanger les boissons et les tiges des ballons gonflables pour enfants. Mais, diriez-vous, il s’agit donc bien d’une nouvelle interdiction et l’UDC ne veut pas de nouvelles interdictions? Eh bien non. La Ville de Genève n’étant pas compétente pour réglementer en la matière, il ne s’agit en réalité pas d’une interdiction, mais d’une condition pour organiser des manifestations. C’est dans ce sens là que Guillaume Barazzone applique le programme de l’UDC d’appliquer strictement les règles en vigueur.

    Nous lui en sommes reconnaissants.

    + photo

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique 12 commentaires
  • Accord institutionnel et la Ville de Genève: vivre sans subventions

    Imprimer

    Le jargon des accords institutionnels est à peu près incompréhensible pour le commun des mortels et même pour les juristes les plus expérimentés. Les seuls qui s’y retrouvent sont les fonctionnaires bruxellois qui ne ratent pas une occasion pour interpréter une disposition en défaveur de la Suisse.

    Une grande partie des spécialistes s’accordent cependant de constater que la phrase suivante (tirée de l'art. 8A de l'accord) exclut en principe dorénavant les subventions à tous les niveaux:

    «Sauf dérogations prévues par les accords visés au paragraphe premier du présent article,
    a) sont incompatibles avec le bon fonctionnement du marché intérieur, dans la mesure où elles
    affectent les échanges entre les Parties dans le champ d'application des accords visés au
    paragraphe premier du présent article, les aides accordées par la Suisse ou par les États membres
    de l'Union européenne ou au moyen de ressources d'État sous quelque forme que ce soit qui
    faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou
    certaines productions.»

    Il y a peu, la majorité des électeurs genevois a refusé une légère baisse des subventions. Que va-t-ell donc faire maintenant que la totalité des subventions accordées aux associations est en jeu?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/04/accord-institutionnel-et-la-ville-de.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Conseil municipal: ma question orale du 5 février 2019

    Imprimer

    Ma question s’adresse au Maire, Monsieur Sami Kanaan.

    J’ai été rendu attentif à la situation dans le hall d’entrée de la piscine de Varembé. Il se trouve qu’il est investie depuis une année par des requérants d’asile africains souvent déboutés. Ils sont assis ou couchés par terre, et, parfois, dorment carrément sur les bancs que la Ville de Genève y a déposé pour les nageurs qui sortent de la piscine et attendent brièvement un membre de la famille ou un ami. Aujourd’hui ils n’ont qu’à attendre debout.

    Apparemment, les Africains sont là pour charger leur téléphone gratuitement. En réalité, ils harcèlent surtout les nageuses, tout en dérangent les usagers de la piscine et le personnel. La direction est sourd aux doléances qui lui ont été adressées. Dans quelques mois, l’affluence des migrants déboutés risque d’augmenter fortement avec l’ouverture de l’immense foyer de requérants d’asile à la place des Nations. Que comptez-vous faire, Monsieur le Maire, pour protéger le personnel et les usagers de ses indésirables, avant qu’il ne soit trop tard?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/02/conseil-municipal-ma-question-orale-du.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire
  • Votations du dimanche 10 février 2019: Les Genevois ont voté UDC !

    Imprimer

    L’UDC prend acte des décisions populaires de ce dimanche 10 février 2019 et apporte les commentaires suivants :

    Initiative populaire 160 «Pour le remboursement des soins dentaires»
    En refusant cette initiative, le peuple s’est montré non seulement prudent vis-à-vis de cette proposition manquant de précisions mais aussi conscient que ces coûts seront un lourd handicap pour les contribuables d’aujourd’hui et de demain. Ce qui n’enlève en rien le souci de notre parti face aux difficultés que rencontrent tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir les soins dentaires nécessaires au maintien de leur bonne santé. La vie à Genève est de plus en plus difficile et la politique de la fuite en avant que mène notre gouvernement ne fera que compliquer la qualité d’un secteur de la santé déjà sous perfusion étatique.

    Initiative populaire 165 «Pour une caisse d'assurance maladie et accidents genevoise publique à but social»
    L’UDC est satisfaite du rejet de cette initiative. Elle s’est opposée à cette solution qui n’en est pas une. Une nouvelle caisse, même publique, ne résoudra en rien les problèmes inhérents à la cherté des primes d’assurance maladie.
    La proposition UDC, visant au augmenter la déduction fiscale des primes est bien plus performante financièrement pour la classe moyenne qu’une nouvelle caisse d’assurance maladie aux mains de l’Etat qui se montre incapable de vivre sans s’endetter.

    Loi sur la laïcité de l'Etat
    L’UDC a soutenu cette nouvelle loi qui a suscité bien des débats. Parmi les nouvelles mesures, l’interdiction du voile pour les fonctionnaires et les élus politiques a été controversée, appelant au secours des opposants l’éternel rengaine de la discrimination à l’égard de l’islam. Pour l’UDC, le laïcisme n’a jamais posé de problèmes à Genève avant d’être confronté à l’arrivée de nombreux musulmans dont certains forment des revendications inacceptables pour notre société. Il est donc normal qu’au sein de l’administration mais aussi dans le parlement et les délibératifs aucun signe religieux ne soient affichés, respectant une paix confessionnelle à laquelle les Genevois sont attachés. L’UDC suivra avec beaucoup d’intérêt la mise en application de cette nouvelle loi sur la laïcité et surtout la rigueur que montrera l’Etat si d’aventure quelques femmes musulmanes s’entêtent à porter le voile sur leurs places de travail que ce soit au sein de l’administration publique, du parlement ou des délibératifs communaux.

    Pour info :
    Céline Amaudruz, présidente, conseillère nationale et vice-présidente de l'UDC
    Eric Bertinat, secrétaire général et conseiller municipal

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/02/votations-du-dimanche-10-fevrier-2019.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire
  • Armer les APM, une demande UDC toujours d’actualité

    Imprimer

    L’ensemble du Conseil municipal de la Ville de Genève a reçu un courrier de l’Union des polices municipales genevoises. Il fait suite aux événements survenus à Plan-les-Ouates et qui ont vu des voyous ouvrir le feu sur les agents de la police municipale (APM). Ces derniers, désarmés, ont été quitte pour une grosse frayeur. Fort heureusement. Mais doit-on arrêter là notre réflexion sur le port d’armes à feu par les APM, alors que les forces de l’ordre relève une recrudescence des violences faites à l’encontre des APM ? Devons-nous attendre d'autres événements tragiques pour prendre conscience du manque de moyens de nos APM ? Genève est le seul canton de Suisse à ne pas accepter que leur police municipal ne bénéficie pas du brevet fédéral et par conséquent du droit de porter une arme de défense.

    Le syndicat remarque « que ces derniers sont encore trop peu formés pour répondre à ce type d’actes violents ». Et de conclure « Nous les appelons (les employeurs, donc le Conseil administratif, donc Guillaume Barazzone) instamment à mieux nous former, à nous accorder une juste reconnaissance et à nous équiper de tous les moyens nécessaires pour garantir notre intégrité physique, celle de nos collègues et celle des citoyens. »

    C’est exactement ce que demande le groupe des conseillers municipaux UDC depuis le 20 mars 2013, date du dépôt d'une motion intitulée «Pour une police municipale armée» (M-1069). Il n’est pas inutile d’en rappeler les termes :

    Le Conseil municipal demande au Conseil administratif d’entreprendre toutes les démarches nécessaires auprès du Conseil d’Etat et de l’Association des communes genevoises afin :
    – d’offrir aux agents de la police municipale (APM) actuellement engagés la formation de base qui leur permettra d’obtenir le brevet fédéral de policier;
    – de soumettre l’engagement des futurs APM à la réussite du brevet fédéral de policier;
    – de doter les APM ayant réussi le brevet fédéral de policier d’armes à feu.

    Le groupe UDC-Ville de Genève déposera une demande en urgence lors de la prochaine séance du Conseil municipal (mardi 5 février 2019) pour que la commission de la sécurité du domaine public de l'information et de la communication ou la commission des finances se saisissent enfin de cet objet toujours d’actualité.

    (Communiqué de presse UDC du 24.1.2019)

    Pour info :
    Pierre Scherb, conseiller municipal Ville de Genève, chef de groupe
    Eric Bertinat, secrétaire général et président du Conseil municipal

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/01/armer-les-apm-une-demande-udc-toujours.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 2 commentaires
  • Plan-les-Ouates : La racaille tire sur deux APM

    Imprimer

    Ce jour, alors que deux agents de la police municipale (APM) de Plan-les Ouates patrouillent, leur route a croisé celle de scootéristes, circulant sans casque. Se dirigeant vers eux, ces derniers ont fait feu contre les forces de proximité communales.

    Il s’est vite avéré que ces deux personnes venaient de braquer une agence Tamoil et prenaient la fuite. Une fois encore, l’UDC relève que la police municipale n’est pas suffisamment équipée pour combattre la racaille qui, elle, l’est parfaitement. Contre des armes à feu, il faut pouvoir répliquer avec des armes à feu.

    Lorsque Pierre Maudet, plus ou moins chef de la police genevoise, aime à rappeler aux APM qu’ils ne sont pas le premier échelon de la sécurité à Genève, et que par-là, qu’ils doivent appeler la gendarmerie en cas de « coups durs », les faits prouvent que la police municipale fait bel et bien partie de ce premier échelon parce que sur le terrain. Il est donc grand temps de lui permettre de passer le brevet fédéral (qui lui permettra de porter une arme) et de circuler avec un feu bleu au lieu d’être coincée dans le trafic genevois.

    L’UDC Ville de Genève, plus particulièrement, mène ce combat depuis 2011 mais se trouve en but à la mauvaise volonté du Conseiller administratif Guillaume Barazzone et du Conseiller d’Etat Pierre Maudet. Il en est de même dans la plupart des communes qui ne veulent pas entendre parler de brevet fédéral pour ne pas avoir à augmenter en conséquence le salaire de leurs APM ni acheter les armes qui doivent permettre à ces hommes et ces femmes de défendre le citoyen et leur vie.

    Nous sommes en pensée avec les deux APM qui ont essuyé leur baptême du feu et ont mesuré l’impuissance de leur équipement en pareille situation.

    Nous rappelons que la résolution 1069 « Pour une police municipale armée » déposée par l’UDC Ville de Genève est toujours inscrite à l’ordre du jour (au point 156). Elle devient plus que jamais d’actualité.

    (Communiqué de presse de l'UDC Genève du 18 janvier 2019)

    Pour info :

    Eric Bertinat, président du conseil municipal
    Céline Amaudruz, présidente de l’UDC-Genève, conseillère nationale

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/01/plan-les-ouates-la-racaille-tire-sur.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 3 commentaires