Les chiens aboient, la caravane passe - Page 2

  • Karin Keller-Suter se tire une balle dans le pied

    Imprimer

    Surnommée KKS par la Tribune de Genève, la conseillère fédérale Karin Keller-Suter croyait sûrement être très maline. Constatant que beaucoup de tireurs étaient sensibles aux coûts pour obtenir un permis d’acquisition d’une arme, elle a décidé de le baisser. Mal lui en a pris, car elle a sensibilisé la population aux coûts qu’elle devraient supporter en cas d’acceptation de la directive de l’UE sur les armes.

    Aujourd’hui l’acquisition d’un permis d’acquisition d’une arme coute Frs 50.- approximativement. Avec l’acceptation des oukases de l’UE, le prix doublerait pour chaque tireur. KKS croyait donc pouvoir apaiser l’ire des tireurs et les amener à accepter l’inacceptable en les libérant de cette surtaxe. Elle n’a fait que souligner leur réalité en voulant la mettre sur le dos du contribuable. En réalité, chaque canton ne devrait pas seulement supporter cette augmentation, mais encore financer la surcharge administrative. Pour le canton de Genève, il s’agirait de renforcer à hauteur de 50% l’effectif du service des armes et dédié à la gestion du domaine des armes, soit trois postes à plein temps.

    & photo

    Lien permanent Catégories : Droit public, Suisse 3 commentaires
  • Pâques: le Christ est ressuscité

    Imprimer

    Les mauvaises nouvelles pour l’église catholique s’enchaînent. Scandale des prêtres pédophiles, incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris, attentats meurtriers au Sri Lanka. Est-ce un signe qu’une période arrive à son terme et sera remplacée par autre chose, comme on peut le lire ça et là?

    La périodicité du temps est un mythe de la mythologie grecque et romaine. Le monde commence par l’âge d’or, suivi de l’âge d’argent, de l’âge d’airain et finalement de l’âge de fer. La périodicité astrologique évoquée par les adhérents New Age part du principe que nous entrons maintenant dans l’ère du Verseau en sortant de celle des poissons dans laquelle nous sommes censés être.

    Pour le Chrétien, ces idées émanent du monde païen. Elles sont l’expression de ce qu’il attend, c’est-à-dire voir l’œuvre de faux prophètes qui essaient de détourner les croyants. L’avertissement de Pierre garde ainsi toute son actualité (2 Pierre 2): «Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront sournoisement des sectes pernicieuses… Plusieurs les suivront dans leurs dérèglements et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux.»

    Comme à l’époque des premiers apôtres, le message de Pâques est cependant toujours annoncé: le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité.

    + photo

    Lien permanent Catégories : Croyances 27 commentaires
  • Conseil municipal: ma question orale du 16 avril 2019

    Imprimer

    Ma question s’adresse à la magistrate Sandrine Salerno.

    Au 38, rue de la Navigation, un squat s’est formé au moins depuis le 4 février dernier lorsque la gérante de l’immeuble a essayé en vain d’ouvrir la porte d’un logement dont les serrures ont été changées. Il s’agit de trois appartements vides et vétustes. Leur utilisation, même temporaire, est devenue impossible. L’Unité des logements temporaires a donc décidé d’y renoncer. Une procédure de rénovation est en cours. Mon groupe salue les efforts de la Gérance immobilière pour rétablir l’ordre en ayant déposé plainte pénale et en ayant demandé l’évacuation des squatters au plus vite. Nous souhaitons qu’ils soient sévèrement punis. Je ne comprends pas pourquoi ces appartements n’ont pas été condamnés immédiatement, une fois l’état de délabrement constaté. Pourriez-vous donc me dire ce que fait la Ville de Genève pour empêcher de telles violations de domicile et dommages à la propriété et pourquoi elle n’a pas réussi à empêcher ce squat?

    + photo

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Rétrospective de la session de printemps 2019: POLITIQUE SOCIALE ET SANTÉ (2ème partie)

    Imprimer

    Les régions de primes ne seront pas modifiées
    Les primes d'assurance-maladie sont en règle générale moins élevées dans les régions rurales que dans les villes parce que ces populations ont un plus grand sens de la responsabilité individuelle et ne courent pas chez le médecin pour le moindre bobo, mais utilisent des remèdes maison qui ont fait leurs preuves. De concert avec les partis de droite, l'UDC s'est engagée avec succès dans les deux chambres législatives pour le maintien des régions de primes actuelles. La gauche emmenée par son ministre socialiste Berset voulait modifier ces primes afin que sa clientèle provoquant des coûts de la santé élevés dans les villes bénéficie de subventions transversales.

    Non à l'augmentation de la franchise dans ces conditions
    Oui, l'UDC est toujours pour le renforcement de la responsabilité individuelle, notamment dans la santé publique, mais, compte tenu de la situation actuelle, le groupe UDC a décidé de s'opposer à l'augmentation de la franchise minimale à 350, respectivement 500 francs. Il est hors de question de faire passer une fois de plus à la caisse la classe moyenne aussi longtemps que les autres partis ne sont pas prêts à soutenir des mesures efficaces et globales. Le PS et les autres partis de gauche ne ratent pas une occasion pour ponctionner la classe moyenne laborieuse, mais osent néanmoins se présenter comme les grands défenseurs des veuves et des orphelins. L'UDC refuse de participer à ce jeu. Elle se réserve la possibilité de soutenir une augmentation de la franchise cet automne dans le cadre d'un train complet de mesures de maîtrise des coûts et à condition que les acteurs de la santé publique, les médecins, les hôpitaux, l'industrie pharmaceutique, etc. participent aux efforts d'économie. Les payeurs de primes ne doivent pas être les seuls à passer à la caisse.

    (Newsletter UDC N° 263 du 26 mars 2019, 2ème partie)

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/04/retrospective-de-la-session-de_13.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Rétrospective de la session de printemps 2019: POLITIQUE SOCIALE ET SANTÉ

    Imprimer

    La réforme urgente des prestations complémentaires (PC) est terminée
    Les dépenses pour les PC ont plus que doublé entre 1998 et 2012 pour atteindre 4,4 milliards de francs. La droite du Conseil national et du Conseil des Etats s'est mise d'accord sur un compromis pour réformer rapidement les PC. Ce projet allège les charges des PC de 453 millions de francs. Le Conseil national a fini par s'imposer concernant le seuil de fortune au-delà duquel le droit au PC s'éteint: une personne possédant une fortune supérieure à 100 000 francs ne pourra plus à l'avenir réclamer des PC. Pour les couples, cette limite a été fixée à 200 000 francs. La valeur du logement que l'assuré possède et habite lui-même n'est pas prise en compte. L'avantage de cette solution est que les rentiers doivent certes consommer une partie de leur fortune avant de pouvoir recourir à un soutien supplémentaire de l'Etat, mais qu'ils ne sont pas contraints de vendre l'appartement ou la maison qu'ils possèdent et habitent. Une innovation importante concerne les loyers: ces derniers ayant fortement progressé, les montants imputables ne couvrent que partiellement les loyers effectifs, si bien qu'ils seront augmentés.

    Une révision peut en cacher une autre
    Pour éviter des séjours onéreux dans des homes médicalisés, l'installation des personnes âgées dans des logements protégés sera à l'avenir soutenue financièrement par le biais des PC. Le Conseil national a approuvé sans opposition une motion dans ce sens.

    La Suisse adapte sa loi sur les médicaments à la législation UE
    La Suisse doit reprendre les règles UE plus sévères sur les produits thérapeutiques afin que les entreprises helvétiques puissent continuer d'accéder au marché européen. Le Conseil national et le Conseil des Etats sont en principe d'accord avec la nouvelle réglementation. Les prescriptions sur la transparence étaient cependant contestées. La Grande Chambre exigeait que les médecins et autres personnes habilitées à prescrire ou à remettre des médicaments soient contraints d'annoncer leurs liens économiques. Le Conseil des Etats s'est opposé avec opiniâtreté à cette disposition. A son avis, la règle de la transparence aurait exigé un lourd appareil de contrôle sans apporter réellement une sécurité supplémentaire aux patientes et aux patients.

    Prévenir l'individualisation et renforcer l'insertion
    Des enquêtes ont révélé que les enfants, les adolescents et les personnes souffrant de handicaps psychiques ont besoin d'un soutien pour éviter leur individualisation et pour renforcer leur insertion dans la société. De plus, les rentes actuelles, notamment celles versées aux familles nombreuses, ont un effet contre-productif. Il n'est en effet pas acceptable que les familles touchant des rentes AI soient financièrement plus à l'aise que celles qui gagnent leur subsistance par leurs propres moyens. Chez les jeunes adultes également, il arrive fréquemment que les indemnités journalières soient plus élevées que le revenu que reçoivent des personnes du même âge et sans handicap durant leur formation. La droite du Parlement a supprimé ce défaut en réduisant les prestations. L'UDC s'est en revanche opposée sans succès au recensement précoce par l'AI des jeunes ayant des problèmes psychologiques. Le risque est grand qu'à l'avenir tout jeune vivant une puberté difficile soit placé dans l'AI. Le Conseil national a refusé l'idée d'un quota lancée par la gauche. Celle-ci voulait contraindre les entreprises de plus de 250 employés d'occuper une proportion de personnes handicapées égale à au moins un pour cent de leur effectif. L'objet passe au Conseil des Etats.

    (Newsletter UDC N° 263 du 26 mars 2019, 1ère partie)

    http://blog.pierrescherb.ch/2019/04/retrospective-de-la-session-de.html

    Lien permanent 0 commentaire
  • L’UDC s’engage contre le harcèlement des femmes et la gauche refuse de la suivre

    Imprimer

    Que se passe-t-il aux Vernets pour que vous déposiez une motion intitulée «Pour des piscines sereines, sans indésirables harcelant les femmes» ?

    Pierre Scherb, chef de groupe UDC-Ville de Genève : Il s’agit d’une motion qui fait suite à une question orale au sujet de la présence indésirable d’Africains dans le hall d’entrée de la piscine de Varembé. Ils se trouvaient là soi-disant pour recharger leurs portables. En vérité, ils harcelaient surtout les femmes et tous les utilisateurs de la piscine.

    Vous avez dénoncé ce fait mais avez-vous aussi exigé des mesures ?

    La motion de l'UDC voulait mettre fin à cette situation. Elle a ainsi demandé que les agents de la police municipale fassent régulièrement mais aléatoirement des passages auprès des piscines des Vernets et de Varembé, tout en transmettant les coordonnés des nomades à l’Office cantonale de la population et des migrations et que tous les services coopèrent pour protéger les femmes de ce harcèlement.

    Et quel accueil a reçu votre motion ?

    Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais. Ce leitmotiv du parti socialiste s’est encore confirmé au moment du vote de la motion UDC. La gauche venait d’accepter sans examen dans une commission trois crédits budgétaires pour un montant total de 193’000 francs dans le but d’élaborer un plan d’action de prévention du sexisme et du harcèlement dans l’espace public. Elle était donc prête à dépenser ce montant dont on ne sait pas à quoi il servira au final, mais elle a refusé de voter une action concrète qui ne coûterait rien de plus au contribuable, mais protégerait concrètement les femmes du harcèlement qu’elles subissent.

    Le Conseil administratif a toutefois admis que le problème que vous souleviez existait bel et bien.

    Oui. Le maire Sami Kanaan a constaté qu’il s’agissait de nomades n’ayant jamais fait de demande d’asile en Suisse. Il a profité de l’occasion pour souligner le manque de coopération des autres départements pour efficacement gérer les piscines et autres installations de sport.

    (Newslettter de l'UDC-Genève - N° 265 du 29 mars 2019)
    + photo

    Lien permanent 3 commentaires
  • De la prolongation du Brexit à l’éternel Brexit

    Imprimer

    Ce sera donc une prolongation jusqu’au 31 octobre qui est sortie des négociations des 27 dirigeants de l’Union européenne. Theresa May avait demandé que le Royaume Uni reste membre jusqu’au 30 juin seulement. La France aurait souhaité accepter cette proposition, tandis que d’autres Etats européens voulaient une prolongation d’une année.

    La question de la durée de la prolongation a-t-elle vraiment une importance? Le délai a déjà été prolongé une fois et maintenant une deuxième fois sans que personne n’ait dit qu’il s’agissait bien de la dernière prolongation. A vrai dire, cela ne changerait rien non plus, car il n’y a aucune instance supérieure qui pourrait imposer aux Européens le respect du délai et des engagements. En vérité, nous sommes en face de deux parties dont seulement une veut se séparer de l'autre. L’Union européenne a ainsi imposé des conditions de sortie qui rendent au Royaume Uni le Brexit impossible à accepter. Reste donc l’alternative de quitter l’Union européenne sans accord de séparation, ce que la majorité des Anglais ne veut pas. La seule solution est donc de faire perdurer cette situation en allant de prolongation en prolongation.

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/04/de-la-prolongation-du-brexit-leternel.html

    Lien permanent 20 commentaires
  • L’accord institutionnel détruit la Suisse

    Imprimer

    L’UDC s’oppose avec détermination au projet d’accord institutionnel Suisse-UE tel qu’il est présenté aujourd’hui. Ce traité porte atteinte à tout ce qui fait la Suisse – la démocratie directe, le fédéralisme, l’indépendance et la neutralité.

    Réuni en séance aujourd’hui, le groupe parlementaire de l’UDC Suisse a adopté une réponse dans ce sens adressée au Conseil fédéral en vue de la consultation du 11 mars 2019. L’UDC invite par la même occasion le gouvernement à lancer un programme d’efficacité et de revitalisation économiques pour assurer l’emploi en Suisse.

    Cet accord institutionnel subordonne la Suisse aux institutions UE ; il lui impose la reprise dynamique – donc automatique – de droit UE et la soumet aux jugements de la Cour de justice UE. Ce traité détruirait la démocratie directe, l’indépendance, la neutralité et le fédéralisme suisses. Il met fin à la voie bilatérale et pousse insidieusement la Suisse dans l’UE. Toutes ces raisons ont incité le groupe UDC à rejeter à l’unanimité le projet d’accord institutionnel avec l’UE.

    Le peuple suisse réclame une gestion autonome de l’immigration. Or, l’accord institutionnel a juste l’effet inverse : en violation crasse de la Constitution fédérale, il intensifie la libre circulation des personnes. En outre, cet accord n’exclut pas la reprise par la Suisse de la directive sur la citoyenneté européenne qui placerait les citoyens UE et les Suisses sur un pied d’égalité et imposerait des charges supplémentaires de plusieurs milliards de francs au système social suisse. Ladite « tactique du salami » pratiquée depuis toujours par Bruxelles aurait finalement pour effet que les étrangers originaires de l’UE bénéficieraient des mêmes droits d’élection et de vote que les Suissesses et les Suisses. Enfin, l’accord institutionnel interdit l’expulsion des citoyens UE criminels, ce qui constitue encore une violation de la Constitution fédérale.

    (Newslettter de l'UDC-Genève - N° 262 | 6 mars 2019)

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/03/laccord-institutionnel-detruit-la-suisse.html

    Lien permanent 6 commentaires
  • Papyrus ou l’autosatisfaction d’un Conseil d’Etat immigrationniste

    Imprimer

    Véritable amnistie globale pour des immigrants illégaux menée au mépris du droit, l’opération Papyrus constitue un affront pour les Genevois évincés du marché de l’emploi. Dès l’origine, l’UDC s’est opposée à cette escroquerie antidémocratique née des penchants mondialistes du Conseil d’Etat.
    La motion UDC « Opération Papyrus : pas de régularisation de masse sans débat démocratique ! » a permis de lancer le débat démocratique et de porter sur la place publique un processus imaginé par un Conseil d’Etat au service des clandestins, qui se satisfait aujourd’hui de la prochaine « régularisation » de 3'500 étrangers séjournant illégalement dans le canton. Papyrus, rappelons-le, se résume à accorder sous prétexte humanitaire des autorisations de séjour à des étrangers séjournant illégalement dans le canton, dont le nombre échappe à la connaissance et au contrôle du Conseil d’Etat (source : IUE 1373-A). Des autorisations de séjour sont ainsi accordées par l’Etat à des personnes dont ce dernier ignorait l’existence et dont il est impossible d’attester de la durée réelle et effective de leur séjour illégal.

    L’UDC, seul parti à se préoccuper de Genève et des Genevois !

    Ces régularisations massives, sous prétexte de combattre le travail au noir, l'encouragent au contraire et lui offrent une publicité dans un contexte où le Conseil d’Etat a publiquement déclaré que « la priorité n’est pas la chasse aux clandestins, particulièrement de l’économie domestique ». Papyrus ne répond à aucun besoin économique et péjore le retour à l’emploi des personnes en recherche d’emploi, puisque les secteurs où sont actifs les sans-papiers sont déjà les secteurs les plus touchés par le chômage à Genève (hôtellerie et restauration : 9.7%, nettoyage, services administratifs et de soutien : 8.2%. Source : Seco/OCE). Enfin, avec des dépenses cantonales et communales de 23'669 F par habitant (source : AFF), les éventuelles (modestes) recettes fiscales perçues auprès de ces ex-clandestins ne couvriront jamais les dépenses de la collectivité, sans compter les subsides, les allocations familiales et les autres prestations sociales qui devront leur être versés.

    (Communiqué de presse UDC Genève du 6 mars 2019)

    Pour tous renseignements :

    Stéphane Florey, député, premier signataire

    Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/03/papyrus-ou-lautosatisfaction-dun.html

    Lien permanent 4 commentaires
  • Conseil municipal: ma question orale du 5 février 2019

    Imprimer

    Ma question s’adresse au Maire, Monsieur Sami Kanaan.

    J’ai été rendu attentif à la situation dans le hall d’entrée de la piscine de Varembé. Il se trouve qu’il est investie depuis une année par des requérants d’asile africains souvent déboutés. Ils sont assis ou couchés par terre, et, parfois, dorment carrément sur les bancs que la Ville de Genève y a déposé pour les nageurs qui sortent de la piscine et attendent brièvement un membre de la famille ou un ami. Aujourd’hui ils n’ont qu’à attendre debout.

    Apparemment, les Africains sont là pour charger leur téléphone gratuitement. En réalité, ils harcèlent surtout les nageuses, tout en dérangent les usagers de la piscine et le personnel. La direction est sourd aux doléances qui lui ont été adressées. Dans quelques mois, l’affluence des migrants déboutés risque d’augmenter fortement avec l’ouverture de l’immense foyer de requérants d’asile à la place des Nations. Que comptez-vous faire, Monsieur le Maire, pour protéger le personnel et les usagers de ses indésirables, avant qu’il ne soit trop tard?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/02/conseil-municipal-ma-question-orale-du.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire