12 août 2015

Tu es plus belle que le ciel et la mer

Blaise Cendrars et moi-même nous ressemblons. Nous avons le même poids. J'admets qu'il y a aussi quelques différences entre nous. Il est par exemple le seul à pouvoir écrire un poème tel que:

Tu es plus belle que le ciel et la mer

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises

II y a l’air il y a le vent
Les montagnes l’eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre

Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends

Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler

Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t’en

Je prends mon bain et je regarde
Je vois la bouche que je connais
La main la jambe l’œil
Je prends mon bain et je regarde

Le monde entier est toujours là
La vie pleine de choses surprenantes
Je sors de la pharmacie
Je descends juste de la bascule
Je pèse mes 80 kilos
Je t’aime

http://blog.pierrescherb.ch/2016/07/tu-es-plus-belle-que-le-ciel-et-la-mer.html

09:57 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

07 août 2015

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

L'été, temps de voyages et d'heureux retours à la maison.
Profitons un instant pour savourer cette saison.
Soyons heureux comme Ulysse qui a fait un beau voyage.
De Joachim du Bellay:

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine

http://blog.pierrescherb.ch/2016/07/heureux-qui-comme-uly...

21:17 Publié dans Humeur, Littérature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

05 août 2015

La fête du premier août en Ville de Genève

Invité à la fête du premier août en tant que président du Conseil des anciens, j’ai eu l’honneur d’assister à la cérémonie officielle au Jardin anglais (voir photos). Je ne vous reproduirai pas les allocutions de Madame la Maire Esther Alder, ni de Fernand Cuche, paysan, syndicaliste, ancien Conseiller national et ancien Conseiller d’Etat. La Feuille d’avis officielle s’en chargera. Après cette cérémonie, nous étions conviés à une réception offerte par la Ville de Genève sur le bateau Genève.

A 20h30, un feu d’artifice sonorisé sur la musique d’Emile Jacques-Dalcroze, dont nous célébrons cette année le 150ème anniversaire, a été offert à la population de Genève et aux nombreux touristes. Le bouquet final a été tiré sur les airs de l’hymne national, suivi de l’allumage du traditionnel feu de joie. La soirée s’est terminée sous les battements des Tambours de Bronx qui ont joué sur une scène flottante.

Cliquez ici pour voir mes photos.

11:48 Publié dans Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

02 août 2015

Madeleine Scherb parle de cinéma à l’OMPI

Voici la vidéo de son interview:

18:31 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

26 juillet 2015

Inauguration de la Roseraie historique

Le samedi 20 juin 2015, la Ville de Genève a inauguré la Roseraie historique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’une roseraie qui existe depuis des temps anciens et qui serait inaugurée après un temps de réfection. Non, il s’agit d’une roseraie créée maintenant pour présenter des roses historiques. La rose, symbole de l’amour, entre autres, est en effet cultivée en Europe depuis le Moyen Age. Le conservateur du Jardin botanique en a trouvé de belles espèces que vous pouvez dorénavant admirer dans l’extension du jardin botanique.

Bonne visite!

Cliquez ici pour voir une photo du magistrat Sami Kanaan lors de l'inauguration.

14:01 Publié dans Divers, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20 juillet 2015

Attaqué par un requin!

Il y a quelques jours, Thierry de Saussure avait écrit un courrier des lecteurs à la Julie, afin de mettre en avant une faute de français. Il avait souvent constaté ce qu’il appelait l’utilisation de deux sujets pour un seul verbe. Pour rappel, la formation classique d’une phrase repose sur la base d’un sujet, d’un verbe et, éventuellement, de complément d’objets direct ou indirect.

Son appel d’éviter ce genre d’erreurs, prolongé sur ce blog, n’a visiblement pas encore été entendu. La Tribune de Genève rapporte ainsi un incident survenu lors d’une compétition de la World Surf League, en Afrique du Sud. L’Australien Mick Fanning, triple champion du monde du surf, a été attaqué par un requin. Le journaliste retient que “il a d’ailleurs fallu quelques instants aux commentateurs pour réaliser ce qu’il se passait.”

Espérons que les journalistes de la Julie vont finalement réaliser ce qui se passe*.

* Selon les grammairiens pourtant, la construction "ce qu'il se passe" est aussi correcte.

20:18 Publié dans Divers, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18 juillet 2015

Madeleine Scherb s’exprime à l’assemblée générale des Etats membres de l’OMPI

Voici la vidéo de son intervention:

19:58 Publié dans Droit de la propriété intellectuelle | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

16 juillet 2015

Une clarification bienvenue

Monsieur Thierry de Saussure, théologien protestant et psychanalyste genevois, a mis le doigt sur une faute de français fâcheuse et de plus en plus répandue, en écrivant son courrier de lecteurs dans la Tribune de Genève (TdG) de ce jour. N’étant pas de langue maternelle française, j’avais commencé à croire qu’il s’agissait d’une particularité de la langue de Voltaire qui m’avait apparemment échappé durant mes études. Que nenni!

Quelle est la faute de français qu’il relève? C’est l’utilisation de deux sujets (qui, il) pour un seul verbe. Au lieu d’écrire “de ce qui se produit”, la faute consiste à écrire “de ce qu’il se produit”. Thierry de Saussure a trouvé la phrase qu’il utilise pour illustrer sa pensée dans la TdG du 7 juillet: “En utilisant cette monnaie (le léman), les habitants contribueront à la construction de leur région et se rapprocheront de ce qu’il se produit sur leur territoire.”

Voici l’enseignement que je tire de ce courrier de lecteur: il vaut mieux faire confiance à son propre intuition (et à une recherche dans son Grevisse), avant de copier les bizarreries lues dans les journaux.

19:23 Publié dans Divers, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

14 juillet 2015

Un triathlon bien suisse

Il fait beau et chaud. C’est le temps idéal pour un plongeon dans le lac. Un peu moins idéal pour une course à vélo ou à pied. Qu’à cela ne tienne! Les triathloniens se sont lancés avec enthousiasme dans l’aventure. Avant que la Suissesse Nicola Spirig ne remporte sa médaille d’or de quintuple championne d’Europe, le Suisse Sven Riederer avait déjà gagné une médaille d’argent. Il faut dire que le gagnant de sa course, le Français David Hauss habite aussi en Suisse. Décidément, ce triathlon sourit bien aux Suisses.

Cliquez ici pour voir mes photos.

16:56 Publié dans Genève, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13 juillet 2015

Il gagne le triathlon de Genève en courant pieds nus!

David Hauss a surpris son monde lors du triathlon relais mixte par équipes. En arrivant quasiment au même moment au point de transition vélo-course à pied, le Français a sauté de son vélo et a immédiatement commencé à courir les derniers 1’600 mètres qui le séparaient de l’arrivée. Le Suisse Sven Riederer et l’anglais Thomas Simpson, quant à eux, ont chaussé leurs souliers de course avant de se lancer à la poursuite de Hauss. Il les avait déjà distancé d’une cinquantaine de mètres. Malgré tous les efforts déployés, Sven Riederer n’a pas réussi à l’approcher et encore moins à le doubler.

Hauss explique ce choix surprenant par son origine réunionaise. Il avait l’habitude de passer toute la journée pieds nus sur son île. «J’avais étudié le règlement et je savais qu’il n’était pas obligatoire de mettre des chaussures. Mais ce n’est qu’au dernier moment, en descendant du vélo, que j’ai pris ma décision.»

Pour voir David Hauss courant pieds nus, cliquez ici.

08:36 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |