06 avril 2016

Les socialistes n'ont aucune peine à dépenser l'argent des contribuables

Tout va bien en Ville de Genève. L’argent coule à flot, on n’a qu’à le dépenser. Des coupes modestes de 2,5 millions de francs dans le budget n’ont pas de raison d’être, car le Conseil administratif a présenté un budget excédentaire de 8,2 millions de francs! Tout au contraire, pour la gauche, il faut chercher de nouvelles dépenses. Le mot endettement, elle ne le comprend pas. Les chiffres sont pourtant clairs: La Ville de Genève a eu, fin 2014, des dettes à court, moyen et long termes à hauteur de Frs 1’500’000’000.-. Un signe d’alarme pour l’UDC pour qui chaque franc dépensé doit d’abord être gagné.

Dans leur recherche effrénée de nouvelles dépenses, les Conseillers municipaux du PS ont été particulièrement inventifs. Sous prétexte de la suppression du taux plancher de Frs 1,20 pour 1 €, ils se sont souciés des tournées des compagnies indépendantes, pourtant déjà largement subventionnées. Ils ont argué que le rayonnement desdites compagnies à l’étranger était compromis à cause de leur domiciliation en Suisse. Sylvain Thévoz a notamment mentionné Giles Jobin, Dorian Rossel, Oscar Gómez Mata ou Foofwa d’Imobilité, acteurs culturels vulnérables, selon lui, face aux coûts occasionnés par cette suppression du taux plancher.

La Commission des arts et de la culture (CARTS) a donc étudié cette exigence en forme de motion (M-1168 A), en commençant par l’audition du magistrat du département de la culture et du sport, par ailleurs aussi membre du parti socialiste. Quel n’était donc pas l’étonnement des commissaires de constater que ses troupes n’avaient pas jugé utile de le consulter avant le dépôt de leur motion. Tant le magistrat Sami Kanaan que les fonctionnaires qui l’accompagnaient étaient unanimes pour nier sa pertinence. La Ville de Genève ne joue qu’un rôle subsidiaire dans le financement des tournées, en y participant avec Frs 450’000.-, tandis que Pro Helvetia dépensait 31,4 millions de francs. S’y ajoute la Commission romande de diffusion des spectacles (CORODIS) qui vise à soutenir la diffusion de projets d’artistes romands à l’échelle nationale et internationale avec un budget de Frs 900’000.-. Le canton de Genève joue aussi un rôle non négligeable. Il participe à hauteur de Frs 711’870.- au rayonnement des artistes genevois, sans oublier l’apport de fondations privées.

Manque de bol pour Pascal Holenweg et compagnie, aucune institution culturelle n’avait encore alerté le Service culturel de la Ville au sujet d’un déficit lié à la problématique du franc fort. Des cas vraiment problématiques comme par exemple Gli Angeli qui a enregistré une perte de Frs 15’000.- pour les tournées 2015 avaient été réglés par une augmentation de la subvention.

Lire la suite.

05:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

02 avril 2016

L'hiver s'est terminé aux Pâquis

Les habitants des Pâquis ont chassé l'hiver en brûlant le bonhomme hiver, le samedi 19 mars 2016. Et le printemps a bien commencé depuis cet instant mémorable. Il ne faut cependant pas oubier que l'adage dit: En avril, ne te découvre pas d'un fil et en mai, fait ce qu'il te plaît.

1655929_700989590003574_1567282664076712910_n.jpg



Plus de photos

22:42 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

31 mars 2016

Comment lancer une initiative populaire?

Chaque Suisse qui a le droit de vote a la possibilité de lancer une initiative populaire tendant à un changement de la constitution fédérale. La première démarche à faire est de constituer un comité d’initiative de 7 à 27 personnes. Le comité formule ensuite le texte de l’initiative.


Ce texte doit être soumis à la Chancellerie fédérale qui le traduit dans les autres langues fédérales. Le comité élabore ensuite un modèle de liste pour la récolte de signatures. Les membres du comité d’initiative doivent confirmer par écrit cette qualité irrévocable.


Après un dernier contrôle, la Chancellerie fédérale publie le texte de l’initiative dans la Feuille fédérale, ce qui déclenche le délai de 18 mois pour la récolte des 100’000 signatures.

Pour savoir combien le lancement d'une initiative populaire coûte cliquez ici.

11:18 Publié dans Droit public, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

26 mars 2016

Le cauchemar Boko Haram est fini*

Abubakar Shekau dirige la secte Boko Haram depuis la mort de son fondateur Mohamed Yusuf en 2009. Son idéologie s’inspire de celle des Talibans d’Afghanistan. D’abord organisé comme une vraie armée avec des tanks et des hélicoptères, le groupe s’est résigné à des actes de terreur ces dernières années, en utilisant notamment des jeunes filles comme bombes humaines dans les marchés. Le groupe s’est aussi distingué par l’enlèvement de jeunes filles pour en faire des esclaves sexuels. La femme du président américain s’est illustrée à ce propos par son appel: «Bring back our girls».


Abubakar Shekau, qui était par ailleurs devenu le chef de la province de l’Afrique de l’Ouest du soi-disant califat, vient de publier une vidéo dans laquelle il annonce la fin de Boko Haram. Il parle en Haoussa (une langue africaine) et en arabe. Il implore qu’Allah le protège du mal et remercie son créateur. Un responsable militaire nigérian a expliqué aux journalistes qu’Abubakar Shekau disait à ses combattants de dire au revoir à leur Etat islamique illusoire et les appelait à déposer leurs armes.

Cette issue est-elle un signe précurseur de la disparition prochaine du groupe de terreur «Etat islamique»?

Voir la photo d'Ababakar Shekau.

* selon un article de cameroun-info.net

15:29 Publié dans Croyances | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

01 mars 2016

« Le porc, j'adore ! » *

Islam à Genève : La soumission du conseil administratif de la Ville de Genève

Le philosophe français, Michel Onfray, qui aime à rappeler que la gauche doit être à gauche, a récemment déclaré: «Houellebecq a raison : nous vivons déjà sous le régime de la soumission ». C’est une question qui se pose également à Genève. La fonctionnaire communale qui se présente voilée à son travail ou l’interdiction du porc dans certains restaurants scolaires, avec l’assentiment du Conseil administratif de la Ville de Genève, a laissé perplexe plus d’un Genevois. Est-ce la bonne attitude à adopter devant une communauté musulmane en rapide augmentation et qui n’a de cesse de formuler toutes sortes de revendications partout en Suisse: voile à l’école, cours de natation différenciés, port du burkini (toléré à Carouge et au Lignon) ?

Pour l’année 2014, le nombre de musulmans est passé à 346’208, uniquement pour la population résidente âgée de 15 ans ou plus. En 2015, près de 400'000 musulmans vivaient en Suisse. Aujourd’hui, nous devons accueillir à Genève des milliers de migrants musulmans.

Selon le Programme d’Intégration Cantonal du canton de Genève 2014-2017(PIC), « l’intégration sociale des étrangers concerne l’ensemble de la société et vise à instaurer une coexistence harmonieuse entre les divers groupes de population ». Or, une intégration réussie n’est pas exclusivement une tâche de la collectivité publique, elle nécessite aussi évidemment une volonté des personnes visées de s’intégrer.

Fort de ces constats, le groupe UDC ne peut que conclure qu’une suppression pure et simple du porc dans les menus des cantines scolaires constitue un véritable acte de soumission que la Ville de Genève ne doit pas tolérer. C’est la raison de la motion qui est déposée sur le bureau du Conseil municipal.

Pour info:
Eric Bertinat, conseiller municipal et chef de groupe (076 / 391 25 03)
Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale (079 / 874 83 97)

Communiqué UDC Ville de Genève du 1er mars 2016

* Projet de motion d'Eric Bertinat et al.

15:49 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

28 février 2016

Non au musée: la ville désavoue le Conseiller administratif Sami Kanaan

La Ville de Genève souhaite une rénovation et un aggrandissement du Musée d'art et d'histoire raisonnable et, surtout, garder la main sur son musée. Voici le communiqué de presse de l'Union démocratique du centre:


MAH. L’UDC-Ville de Genève est pleinement satisfaite du vote genevois

L'UDC-Ville de Genève s’est opposée au projet de rénovation et d’agrandissement du Musée d’art et d’histoire pour des raisons de coûts exorbitants et d’une convention beaucoup trop contraignante pour un musée appartenant à une commune.

Les citoyens ont partagé ses positions en refusant le crédit de 132 millions de francs demandé par le Conseil administratif. Ils rappellent à la raison un exécutif « bobo » qui a perdu le sens de la mesure avec un projet beaucoup trop ambitieux en ces temps incertains. En 2013, l’UDC avait déposé une motion demandant d’abandonner le projet Nouvel et de tout remettre à plat en vrai concours dont le jury serait composé de tous les acteurs concernés. Ce texte a été malheureusement refusé et trois ans ont ainsi été perdus.

Ce retour à la case départ ne doit pas être interprété comme un signal négatif à l’encontre du MAH mais un appel à l’union autour d’un projet vraiment fédérateur et raisonnable. C’est ce que l’UDC attend sans délai du Conseil administratif.

Pour info :
Cathy Jacquier, présidente de l'UDC-Ville de Genève, 076 / 615 60 52
Eric Bertinat, conseiller municipal et chef de groupe, 076 / 391 25 03

Voir ma photo d'illustration.

13:28 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

26 février 2016

Rénovons et agrandissons le MAH: votons non au mauvais projet soumis au vote

Si le oui l’emporte ce week-end, les travaux de rénovation ne pourraient pas commencer immédiatement, mais pas avant deux ans avec une forte probabilité que l'autorisation de construire soit annulée. Plusieurs procédures juridiques sont déjà en cours et d’autres seraient lancées, tant il est vrai que la campagne des adhérents du projet Nouvel & Gandur était douteux. Le seul moyen d’assurer une rénovation rapide de ce joyaux d’architecture et de le sauver est bien de voter NON.

Selon l’estimation du comité référendaire «Non au saccage de notre patrimoine public», les travaux pourraient commencer dans un délai de deux ans maximum, à condition que tous les partis le veuillent vraiment.

Voir ma photo d'illustration.

09:52 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

21 février 2016

Vous n’êtes pas chrétien

Donald Trump n’est pas chrétien, foi du pape François. Les membres de l’UDC ne sont pas chrétiens, car ils ne veulent pas accueillir les étrangers (entendu à Genève). Et vous autres, n’êtes-vous pas chrétiens non plus, parce que vous ne condamnez pas l’utilisation du préservatif, n’allez pas à la messe ou au culte le dimanche, ne jeûnez pas lors du jeûne genevois ou du jeûne fédéral, etc.

Face à de tels propos, je préfère me rappeler ceux d’Arnaud Amauric tenus lors du siège de Béziers: «Tuez les tous (les cathares et les catholiques), Dieu reconnaîtra les siens.» Et de me consoler de ce que le Pape ne régente plus le monde.

Voir ma photo d'illustration.

19:04 | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook | | | |

18 février 2016

« Musée d’art et d’histoire : du verre et de la transparence ? » ​

​Le projet « Nouvel » de rénovation/agrandissement du Musée d’art et d’histoire est sous les feux de l’actualité dans le cadre de la votation communale du 28 février. Vivement contesté par une partie de la gauche et de l’UDC, ce n’est pas seulement la politique culturelle de ce musée qui inquiète. C’est aussi la politique de recrutement menée par la direction du MAH : les concours semblent manquer cruellement de publicité et de transparence, voire de professionnalisme puisque, par exemple, un égyptologue a été nommé à la tête du département d’archéologie classique.

C’est pour cette raison que les conseillers municipaux UDC ont déposé une question écrite (voir pièce jointe) demandant au Conseil administratif des précisions sur le déroulement exact, y compris la composition du jury, de tous les concours qui ont mené à la nomination d'un conservateur français à la Maison Tavel, d’une conservatrice française en chef du «Pôle» des Beaux-Arts, du conservateur en chef du département d’archéologie classique et d’une nouvelle conservatrice française au département d’arts appliqués.

Bien que le conservateur en chef du département d'archéologie classique soit suisse, il est surprenant que toutes les autres personnes nommées soient quasi systématiquement françaises alors même que les Universités suisses, y compris l'Université de Genève, regorgent de spécialistes parfaitement qualifiés et talentueux. Le groupe UDC demande donc également quels rapports entretient le département de la culture avec les milieux académiques genevois et suisse.

L’UDC-Ville de Genève en profite pour rappeler que si le projet « Nouvel » est accepté le 28 février prochain, les frais de fonctionnement, incluant les charges liées au personnel à disposition de la Fondation Gandur pour l’art, seront intégralement assumées par la municipalité. Dans ces conditions, il est donc primordial que la Ville de Genève face preuve d’une transparence absolue en matière de recrutement du personnel du MAH.

Pour information :
Eric Bertinat, conseiller municipal et chef de groupe, 076 / 391 25 03​
Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale, 079 / 874 83 97

(Communiqué de presse UDC du 17 février 2016)

10:54 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

13 février 2016

Chant du cygne pour le MAH au Conseil municipal?

Contrairement à toutes les habitudes, le Conseiller administratif Sami Kanaan a tenu à proposer son apologie de la rénovation du Musée d’art et d’histoire au Conseil municipal. Hélas pour lui, le message a mal passé et seulement quelques élus ont applaudi ses propos.


Etant moi-même plutôt convaincu que le projet Nouvel nous coûtera la prunelle des yeux au lieu des 139 millions de francs aujourd’hui avancés, je n’arrive pas à donner tort à ceux qui crient à la destruction de notre patrimoine culturel et notamment au sacrifice de la cour intérieure du musée. Je m’étonne toujours qu'aucun chiffre n'ait été avancé concernant les coûts de la mise à disposition durant 99 ans de personnel de la Ville de Genève, de bureaux, d’espaces d’exposition pour une collection dont la valeur artistique reste discutée. Je demeure ainsi convaincu que la contre-prestation de la Ville de Genève vaut plus que le «don» de Monsieur Gandur et qu’il faut voter comme je l’ai fait, c’est-à-dire NON.

Dans l’attente d’un possible rejet de ce que beaucoup appellent le saccage du MAH, je me demande si l’intervention du magistrat Kanaan n’était pas plutôt un chant du cygne pour le projet Nouvel & Gandur.

Voir ma photo d'illustration.

16:10 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |