Les chiens aboient, la caravane passe - Page 4

  • Le directeur général Francis Gurry ouvre l’assemblée des Etats membres de l’OMPI

    Imprimer

    L’assemblée des Etats membres de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) se réunit cette année pour la cinquante-huitième fois. Avant tout, son directeur général Francis Gurry a exprimé sa satisfaction par rapport au grand succès de son organisation. En seulement 20 ans, elle a réussi à augmenter son activité de 200% en moyenne. Pour rappel, la propriété intellectuelle concerne le droit d’auteur, les brevets, les marques, les dessins et modèles industriels et les indications géographiques.

    L’OMPI a ainsi inventé et gère au niveau mondial les systèmes internationaux des brevets (PCT), des marques (système de Madrid), des dessins et modèles (système de la Haye), des appellations d’origine (système de Lisbonne) et de dépôt des micro-organisme (système de Budapest).

    http://blog.pierrescherb.ch/2018/09/le-directeur-general-francis-gurry.html

  • L’été touche à sa fin à Genève

    Imprimer

    Après les journées chaudes de l’été, nous vivons un week-end bien plus frais. Tout le monde respire mieux. La stupeur qui nous a empêché de réfléchir calmement et qui nous a poussé à voyager, quid à la montage en recherche de fraîcheur, quid au bord de la mer à la recherche du dolce fare niente, fait place à une nouvelle envie d’explorer le ici et maintenant.

    Pour une fois, la douce oisiveté était aussi de mise à Genève, sans l’ambiance de ses fêtes. Les touristes l’ont vite compris et ont boudé notre cité, sauf quelques intrépides qui se sont contentés de faire une croisière sur le lac et peut-être une excursion à Chamonix.

    Les drapeaux devant l’ONU ont retrouvé leur place, après avoir été rangés durant une semaine en honneur de feu Kofi Annan. Au jardin botanique, les nénuphars rêvent sur les eaux.

    www.pierrescherb.ch

    Lien permanent Catégories : Divers, Genève, Politique 0 commentaire
  • Les journées européennes du patrimoine 2018 ou la Versoix fait frontière

    Imprimer

    Le thème des journées européennes du patrimoine de cette année est «sans frontières». Je ne m’arrête pas ici à la question de la pertinence de ce choix à l’heure où la nécessité d’avoir des frontières (entre cellules, voisins, états) est de plus en plus visible. Le but de cette note est plutôt de m’étonner que même les concepteurs de cette manifestation ne le contestent pas, mais le mettent plutôt en avant.

    Le projet N° 20 du canton de Genève est donc consacré à «Sauverny, où la Versoix fait frontière». Le 1er et 2 septembre, la population est ainsi invitée à une promenade le long de la Versoix, à la découverte de son patrimoine.

    Extrait du programme: «La Versoix marque la limite entre la France et la Suisse, de Bogis-Bossey à Bossy, et divise le village de Sauverny. C’est au moment du traité de Paris, en 1815, que la rive gauche de la rivière est rattachée à la Suisse. Pour autant la communication entre les deux rives est maintenue d’abord par un pont en bois, puis en maçonnerie, et enfin dès 1960 grâce au pont actuel.»

    Comme quoi les frontières sont nécessaires pour maintenir sa propre existence et identité, sans empêcher le contact nécessaire et souhaité.

    https://blog.pierrescherb.ch

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les Genevois ne veulent pas renoncer à l’autodétermination

    Imprimer

    Le 24 septembre 2017, les Genevois ont accepté une diminution des nombres de signatures requis pour les initiatives et les référendums. Ce renforcement de la démocratie directe était recommandé par l'UDC et a été approuvé par 62% des électeurs. Hélas, il pourrait s’avèrer bien futile si le peuple ne s’oppose pas aussi massivement à l’abrogation de ses prérogatives par le droit international.

    Le peuple suisse, dans son immense sagesse, a accepté l’adhésion de la Suisse à la convention européenne des droits de l'homme en 1974. Tout aussi sage, il a refusé l’adhésion à l’espace économique européen en 1992. Il voulait d’une part confirmer le droit suisse tel qu’il avait été développé durant presque 700 ans concernant la protection des droits de l’homme dans un acte de solidarité avec l’Europe qui n’avait, quant à elle, pas été épargnée par des violations massives desdits droits de l’homme. Il a en revanche rejeté le deuxième traité qui aurait sonné la fin de la démocratie directe en Suisse.

    Aujourd’hui, force est de constater que la Cour de justice européenne ne se contente plus de juger les violations choquantes des droits de l’homme, mais qu’elle invente de plus en plus de «droits humains» au détriment de l’autodétermination des peuples. Ce ne serait pas grave en soi, tant que le peuple suisse peut librement en décider autrement. Or, le Tribunal fédéral a récemment donné la priorité absolue au «droit international» au détriment du droit national. A remarquer que le droit international n’est pas vraiment un droit, car il n’y a aucun pouvoir qui assure son application. Afin de corriger cette aberration, il est aujourd’hui nécessaire d’exprimer explicitement dans la constitution ce qui était valable jusqu’à ce jugement du Tribunal fédéral, c’est-à-dire le respect du droit international et la primauté du droit national.

    Les Genevois sont donc invités à voter massivement pour cette disposition: La Confédération et les cantons respectent le droit international. La Constitution fédérale est placée au-dessus du droit international et prime sur celui-ci, sous réserve des règles impératives du droit international.

    http://blog.pierrescherb.ch

    Lien permanent 0 commentaire
  • 10% des Erythréens qui quittent leur pays arrivent en Suisse

    Imprimer

    Pourquoi la Suisse, un pays tellement éloigné de l’Erythrée, accueille 10% de tous les Erythréens qui quittent leur pays? C’est d’autant plus étonnant qu’elle se trouve dans l’espace Dublin. Dès lors, elle devrait seulement accepter le demandeur d’asile qui est entré dans l'espace Dublin en entrant en Suisse.

    En vérité, il n’y a rien d’étonnant à cela. Des guides pour migrants sont disponibles sur internet. Pour le surplus, les 30’000 Erythréens déjà installés en Suisse n'ont aucun mal à diriger leurs compatriotes vers le pays de cocagne que la Suisse est pour eux, du fait de leur mauvaise intégration professionnelle.

    L’Erythrée vient de faire la paix avec l’Ethiopie. Le Tribunal administratif fédéral a déjà confirmé que le renvoi en Erythrée est licite. C’est donc le moment d’en finir avec l’exception Erythrée. La Tribune de Genève fait ainsi état de la volonté du parlement fédéral de débattre une proposition du sénateur Damien Müller (PLR/LU). Il souhaite mieux exploiter la marge de manœuvre existant sur le plan juridique, afin de lever autant d’admissions provisoires que possible.

    https://blog.pierrescherb.ch/2018/07/10-des-erythreens-arrivent-en-suisse.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Le papier souffre tout et ne rougit de rien

    Imprimer

    Ce proverbe signifie qu’on écrit tout ce que l’on veut sur du papier. Aujourd’hui, on parle plutôt de Fake news, mais le procédé est le même. Il s’agit d’écrire quelque chose qui ne correspond pas à la réalité ou d’écrire quelque chose d’une certaine manière, dans le but de déformer la réalité.

    Ce procédé est très fréquemment utilisé. Prenons par exemple l’initiative pour l’autodétermination. La Suisse est un pionnier de la défense des droits de l’homme. Certes, elle n’a pas inventé la Magna Carta, mais notre ancienne constitution contenait l’art. 4 qui a permis au Tribunal fédéral de développer toute une pratique qui a ensuite été reprise dans la nouvelle constitution. Il est donc patent que nous n’avons pas besoin des états étrangers, souvent des royaumes ou états autrement caractérisés par des tares comme l’instabilité des gouvernements, népotisme, etc., pour nous apprendre les droits de l’homme. Et je ne parle même pas des défauts de l'ONU. Pourtant Amnesty International prétend que l’initiative de l’UDC était dirigée contre les droits de l’homme. Cette allégation est largement reprise par les médias sans aucun avertissement contre ce mensonge.

    Au lieu de chercher les Fake News (il y en a, mais pas beaucoup qui ne sont pas immédiatement reconnaissables comme tels), cherchons plutôt à comprendre la réalité derrière les omissions de nos médias.

    https://blog.pierrescherb.ch/2018/07/le-papier-souffre-tout-et-ne-rougit-de.html

    Lien permanent Catégories : Internet, Politique, Suisse 0 commentaire
  • Abandonnons l’intégration et exigeons l’adaptation des étrangers en Suisse

    Imprimer

    Un musulman qui ne fait pas de poignée de main à une femme et une musulmane qui ne regarde pas l’homme qui lui a posé une question, sont-ils bien intégrés en Suisse? C’est la question à laquelle deux commissaires de la Commission de naturalisation de Lausanne ont dû répondre récemment. Pour l’heure, nous ne connaissons pas leur réponse, mais le procédé démontre déjà clairement ses limites.

    Et comment réagir lorsque les candidats à la naturalisation hindous disent vouloir attaquer nos paysans qui amènent leurs vaches chez le boucher? Pour rappel, un musulman indien vient de se faire lyncher lorsqu'il était en train de convoyer des vaches qu'il venait d'acquérir pour sa famille.

    La vraie question est: pourquoi un étranger qui ne fait rien de plus que de s’intégrer en Suisse devrait-il être naturalisé? Nous devrions plutôt exiger qu’il s’adapte d’abord à notre mode de vie, histoire d’éviter les tensions entre populations. A l’heure actuelle, il y a une majorité de Suisses qui veulent vivre en paix, qui ne sont pas racistes et qui soignent la bonne entente avec leurs voisins.

    Ne permettons pas que des étrangers installés chez nous deviennent Suisses, qui prônent la guerre, qui sont racistes et qui n’ont qu’à faire de l’avis de leurs voisins. Exigeons qu’ils reprennent nos valeurs avant que nous leur fassions confiance en les acceptant en tant que citoyens à part entière!

    http://blog.pierrescherb.ch/2018/07/abandonnons-lintegration-et-exigeons.html

    Lien permanent Catégories : Croyances, Genève, Politique, Suisse 19 commentaires
  • La disparition du Matin et les Fake News

    Imprimer

    Les médias suisses s’émeuvent de la disparition du journal imprimé Le Matin. Quant à moi, je n’étais pas un de ses lecteurs. Je regrette pourtant la disparition d’un journal qui aurait pu jouer un beau rôle en Suisse romande. Il y a en effet beaucoup d’informations qui vaudraient la peine d’être communiquées.

    Je constate cependant que nos journaux préfèrent s’attaquer aux Fake-News qu’ils voient sur internet plutôt que critiquer leur manière d’écrire des articles. Au lieu de nous informer de ce qui se passe dans le monde, ils préfèrent en effet donner un minimum d’informations, tout en nous assénant leurs vues gauchistes. Jamais ils oublient de mentionner «les populistes» qui pensent autrement qu'eux et qui ont bien sûr tout faux. Le lecteur ne l’aurait peut-être pas encore remarqué, mais c’est eux les méchants et s’il se trouve qu’il pense comme eux, il est grand temps qu’il revienne à la raison.

    A titre d’exemple, je pense à l’élection contestée de Laurent Gbagbo et l’obligation du journaliste de mentionner dans chaque article de chaque jour que la communauté internationale ne la reconnaissait pas, avec l’omission de mentionner en même temps que la commission électorale ivoirienne, seule compétente en la matière, l’avait bien validée.

    Préparons-nous donc à voir encore d’autres journaux disparaître, à moins que la gauche réussisse encore le coup de force d'obliger tout le monde à financer nos désinformateurs professionnels.

    WWW.pierrescherb.ch

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève 7 commentaires
  • Les Erythréens migrés en Suisse peuvent retourner chez eux

    Imprimer

    L'Ethiopie et l'Erythrée ne sont plus en guerre depuis quelques jours. Les deux pays viennent de signer, le 9 juillet, une déclaration conjointe de paix et d’amitié.

    La Suisse a accueilli des milliers d'Erythréens et les a généreusement intégrés (permis C immédiatement, puis naturalisation généreuse sans indépendance financière). Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a mis fin à cette pratique debut 2017, en refusant le statut de réfugié à des déserteurs éthiopiens, statut qui, soi dit en passant, ne leur aurait jamais dû être attribué. Le TAF a cependant continué à les admettre provisoirement en Suisse, soit 9'400 personnes en quelques mois seulement. 99% sont des migrants économiques.

    La Suisse a pour l'instant commencé à revoir l'admission provisoire de 3'200 d'entre eux. Avec cet accord de paix, il ne fait pas de doute que la majorité de ces migrants pourraient rentrer chez eux. Par ailleurs, un Erythréen venu à une conférence de l'ONU m'a confirmé qu'ils sont chaudement attendus là-bas, afin de contribuer au développement de leur pays.

    http://blog.pierrescherb.ch/2018/07/les-erythreens-migres-en-suisse-peuvent.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 7 commentaires
  • Il faut abroger la double nationalité

    Imprimer

    J'ai posé sur mon profil Facebook la question de savoir à quoi servait la double nationalité. Les réponses était plus ou moins drôles, mais personne n'a trouvé une bonne justification pour cette institution.

    La possession de deux citoyennetés étant autorisée en Suisse depuis le 1er janvier 1999, la Confédération fait valoir qu'il ne s'en était pas résulté de difficultés notables. La réalité est cependant tout autrement, comme l'a encore démontré le déroulement du mondial 2018 et, notamment, le comportement de joueurs suisses, nés et grandis en Suisse, mais qui ont pourtant fait l'apologie d'un autre Etat sur le terrain de foot de Nizhny Novgorod (avant de sombrer sans gloire contre la Suède).

    L'Association suisse de football propose maintenant d'ouvrir les portes du programme de formation seulement aux jeunes joueurs qui renoncent à leur double nationalité. Au lieu de mettre en avant seulement les jeunes voulant embrasser une carrière dans le football, il me semble plus logique de renoncer à la double nationalité et de revenir aux règles qui ont fait leur preuve en Suisse jusqu'en 1998 et qui sont encore valables dans de nombreux Etats.

    www.blog.pierrescherb.ch

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 4 commentaires