Politique

  • Conseil municipal: ma question orale du 16 avril 2019

    Imprimer

    Ma question s’adresse à la magistrate Sandrine Salerno.

    Au 38, rue de la Navigation, un squat s’est formé au moins depuis le 4 février dernier lorsque la gérante de l’immeuble a essayé en vain d’ouvrir la porte d’un logement dont les serrures ont été changées. Il s’agit de trois appartements vides et vétustes. Leur utilisation, même temporaire, est devenue impossible. L’Unité des logements temporaires a donc décidé d’y renoncer. Une procédure de rénovation est en cours. Mon groupe salue les efforts de la Gérance immobilière pour rétablir l’ordre en ayant déposé plainte pénale et en ayant demandé l’évacuation des squatters au plus vite. Nous souhaitons qu’ils soient sévèrement punis. Je ne comprends pas pourquoi ces appartements n’ont pas été condamnés immédiatement, une fois l’état de délabrement constaté. Pourriez-vous donc me dire ce que fait la Ville de Genève pour empêcher de telles violations de domicile et dommages à la propriété et pourquoi elle n’a pas réussi à empêcher ce squat?

    + photo

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Rétrospective de la session de printemps 2019: POLITIQUE SOCIALE ET SANTÉ (2ème partie)

    Imprimer

    Les régions de primes ne seront pas modifiées
    Les primes d'assurance-maladie sont en règle générale moins élevées dans les régions rurales que dans les villes parce que ces populations ont un plus grand sens de la responsabilité individuelle et ne courent pas chez le médecin pour le moindre bobo, mais utilisent des remèdes maison qui ont fait leurs preuves. De concert avec les partis de droite, l'UDC s'est engagée avec succès dans les deux chambres législatives pour le maintien des régions de primes actuelles. La gauche emmenée par son ministre socialiste Berset voulait modifier ces primes afin que sa clientèle provoquant des coûts de la santé élevés dans les villes bénéficie de subventions transversales.

    Non à l'augmentation de la franchise dans ces conditions
    Oui, l'UDC est toujours pour le renforcement de la responsabilité individuelle, notamment dans la santé publique, mais, compte tenu de la situation actuelle, le groupe UDC a décidé de s'opposer à l'augmentation de la franchise minimale à 350, respectivement 500 francs. Il est hors de question de faire passer une fois de plus à la caisse la classe moyenne aussi longtemps que les autres partis ne sont pas prêts à soutenir des mesures efficaces et globales. Le PS et les autres partis de gauche ne ratent pas une occasion pour ponctionner la classe moyenne laborieuse, mais osent néanmoins se présenter comme les grands défenseurs des veuves et des orphelins. L'UDC refuse de participer à ce jeu. Elle se réserve la possibilité de soutenir une augmentation de la franchise cet automne dans le cadre d'un train complet de mesures de maîtrise des coûts et à condition que les acteurs de la santé publique, les médecins, les hôpitaux, l'industrie pharmaceutique, etc. participent aux efforts d'économie. Les payeurs de primes ne doivent pas être les seuls à passer à la caisse.

    (Newsletter UDC N° 263 du 26 mars 2019, 2ème partie)

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/04/retrospective-de-la-session-de_13.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Conseil municipal: ma question orale du 5 février 2019

    Imprimer

    Ma question s’adresse au Maire, Monsieur Sami Kanaan.

    J’ai été rendu attentif à la situation dans le hall d’entrée de la piscine de Varembé. Il se trouve qu’il est investie depuis une année par des requérants d’asile africains souvent déboutés. Ils sont assis ou couchés par terre, et, parfois, dorment carrément sur les bancs que la Ville de Genève y a déposé pour les nageurs qui sortent de la piscine et attendent brièvement un membre de la famille ou un ami. Aujourd’hui ils n’ont qu’à attendre debout.

    Apparemment, les Africains sont là pour charger leur téléphone gratuitement. En réalité, ils harcèlent surtout les nageuses, tout en dérangent les usagers de la piscine et le personnel. La direction est sourd aux doléances qui lui ont été adressées. Dans quelques mois, l’affluence des migrants déboutés risque d’augmenter fortement avec l’ouverture de l’immense foyer de requérants d’asile à la place des Nations. Que comptez-vous faire, Monsieur le Maire, pour protéger le personnel et les usagers de ses indésirables, avant qu’il ne soit trop tard?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/02/conseil-municipal-ma-question-orale-du.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire
  • Votations du dimanche 10 février 2019: Les Genevois ont voté UDC !

    Imprimer

    L’UDC prend acte des décisions populaires de ce dimanche 10 février 2019 et apporte les commentaires suivants :

    Initiative populaire 160 «Pour le remboursement des soins dentaires»
    En refusant cette initiative, le peuple s’est montré non seulement prudent vis-à-vis de cette proposition manquant de précisions mais aussi conscient que ces coûts seront un lourd handicap pour les contribuables d’aujourd’hui et de demain. Ce qui n’enlève en rien le souci de notre parti face aux difficultés que rencontrent tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir les soins dentaires nécessaires au maintien de leur bonne santé. La vie à Genève est de plus en plus difficile et la politique de la fuite en avant que mène notre gouvernement ne fera que compliquer la qualité d’un secteur de la santé déjà sous perfusion étatique.

    Initiative populaire 165 «Pour une caisse d'assurance maladie et accidents genevoise publique à but social»
    L’UDC est satisfaite du rejet de cette initiative. Elle s’est opposée à cette solution qui n’en est pas une. Une nouvelle caisse, même publique, ne résoudra en rien les problèmes inhérents à la cherté des primes d’assurance maladie.
    La proposition UDC, visant au augmenter la déduction fiscale des primes est bien plus performante financièrement pour la classe moyenne qu’une nouvelle caisse d’assurance maladie aux mains de l’Etat qui se montre incapable de vivre sans s’endetter.

    Loi sur la laïcité de l'Etat
    L’UDC a soutenu cette nouvelle loi qui a suscité bien des débats. Parmi les nouvelles mesures, l’interdiction du voile pour les fonctionnaires et les élus politiques a été controversée, appelant au secours des opposants l’éternel rengaine de la discrimination à l’égard de l’islam. Pour l’UDC, le laïcisme n’a jamais posé de problèmes à Genève avant d’être confronté à l’arrivée de nombreux musulmans dont certains forment des revendications inacceptables pour notre société. Il est donc normal qu’au sein de l’administration mais aussi dans le parlement et les délibératifs aucun signe religieux ne soient affichés, respectant une paix confessionnelle à laquelle les Genevois sont attachés. L’UDC suivra avec beaucoup d’intérêt la mise en application de cette nouvelle loi sur la laïcité et surtout la rigueur que montrera l’Etat si d’aventure quelques femmes musulmanes s’entêtent à porter le voile sur leurs places de travail que ce soit au sein de l’administration publique, du parlement ou des délibératifs communaux.

    Pour info :
    Céline Amaudruz, présidente, conseillère nationale et vice-présidente de l'UDC
    Eric Bertinat, secrétaire général et conseiller municipal

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/02/votations-du-dimanche-10-fevrier-2019.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire
  • Armer les APM, une demande UDC toujours d’actualité

    Imprimer

    L’ensemble du Conseil municipal de la Ville de Genève a reçu un courrier de l’Union des polices municipales genevoises. Il fait suite aux événements survenus à Plan-les-Ouates et qui ont vu des voyous ouvrir le feu sur les agents de la police municipale (APM). Ces derniers, désarmés, ont été quitte pour une grosse frayeur. Fort heureusement. Mais doit-on arrêter là notre réflexion sur le port d’armes à feu par les APM, alors que les forces de l’ordre relève une recrudescence des violences faites à l’encontre des APM ? Devons-nous attendre d'autres événements tragiques pour prendre conscience du manque de moyens de nos APM ? Genève est le seul canton de Suisse à ne pas accepter que leur police municipal ne bénéficie pas du brevet fédéral et par conséquent du droit de porter une arme de défense.

    Le syndicat remarque « que ces derniers sont encore trop peu formés pour répondre à ce type d’actes violents ». Et de conclure « Nous les appelons (les employeurs, donc le Conseil administratif, donc Guillaume Barazzone) instamment à mieux nous former, à nous accorder une juste reconnaissance et à nous équiper de tous les moyens nécessaires pour garantir notre intégrité physique, celle de nos collègues et celle des citoyens. »

    C’est exactement ce que demande le groupe des conseillers municipaux UDC depuis le 20 mars 2013, date du dépôt d'une motion intitulée «Pour une police municipale armée» (M-1069). Il n’est pas inutile d’en rappeler les termes :

    Le Conseil municipal demande au Conseil administratif d’entreprendre toutes les démarches nécessaires auprès du Conseil d’Etat et de l’Association des communes genevoises afin :
    – d’offrir aux agents de la police municipale (APM) actuellement engagés la formation de base qui leur permettra d’obtenir le brevet fédéral de policier;
    – de soumettre l’engagement des futurs APM à la réussite du brevet fédéral de policier;
    – de doter les APM ayant réussi le brevet fédéral de policier d’armes à feu.

    Le groupe UDC-Ville de Genève déposera une demande en urgence lors de la prochaine séance du Conseil municipal (mardi 5 février 2019) pour que la commission de la sécurité du domaine public de l'information et de la communication ou la commission des finances se saisissent enfin de cet objet toujours d’actualité.

    (Communiqué de presse UDC du 24.1.2019)

    Pour info :
    Pierre Scherb, conseiller municipal Ville de Genève, chef de groupe
    Eric Bertinat, secrétaire général et président du Conseil municipal

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/01/armer-les-apm-une-demande-udc-toujours.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 2 commentaires
  • Plan-les-Ouates : La racaille tire sur deux APM

    Imprimer

    Ce jour, alors que deux agents de la police municipale (APM) de Plan-les Ouates patrouillent, leur route a croisé celle de scootéristes, circulant sans casque. Se dirigeant vers eux, ces derniers ont fait feu contre les forces de proximité communales.

    Il s’est vite avéré que ces deux personnes venaient de braquer une agence Tamoil et prenaient la fuite. Une fois encore, l’UDC relève que la police municipale n’est pas suffisamment équipée pour combattre la racaille qui, elle, l’est parfaitement. Contre des armes à feu, il faut pouvoir répliquer avec des armes à feu.

    Lorsque Pierre Maudet, plus ou moins chef de la police genevoise, aime à rappeler aux APM qu’ils ne sont pas le premier échelon de la sécurité à Genève, et que par-là, qu’ils doivent appeler la gendarmerie en cas de « coups durs », les faits prouvent que la police municipale fait bel et bien partie de ce premier échelon parce que sur le terrain. Il est donc grand temps de lui permettre de passer le brevet fédéral (qui lui permettra de porter une arme) et de circuler avec un feu bleu au lieu d’être coincée dans le trafic genevois.

    L’UDC Ville de Genève, plus particulièrement, mène ce combat depuis 2011 mais se trouve en but à la mauvaise volonté du Conseiller administratif Guillaume Barazzone et du Conseiller d’Etat Pierre Maudet. Il en est de même dans la plupart des communes qui ne veulent pas entendre parler de brevet fédéral pour ne pas avoir à augmenter en conséquence le salaire de leurs APM ni acheter les armes qui doivent permettre à ces hommes et ces femmes de défendre le citoyen et leur vie.

    Nous sommes en pensée avec les deux APM qui ont essuyé leur baptême du feu et ont mesuré l’impuissance de leur équipement en pareille situation.

    Nous rappelons que la résolution 1069 « Pour une police municipale armée » déposée par l’UDC Ville de Genève est toujours inscrite à l’ordre du jour (au point 156). Elle devient plus que jamais d’actualité.

    (Communiqué de presse de l'UDC Genève du 18 janvier 2019)

    Pour info :

    Eric Bertinat, président du conseil municipal
    Céline Amaudruz, présidente de l’UDC-Genève, conseillère nationale

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/01/plan-les-ouates-la-racaille-tire-sur.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 3 commentaires
  • Bonne et heureuse année 2019

    Imprimer

    Une fois n’est pas coutume, je vous présente mes vœux seulement le 2 janvier. Ce n’est cependant pas grave, car selon l’entendement communément admis il est possible de le faire jusqu’à fin janvier. Je suis donc encore bien dans la marge.

    La nouvelle année a bien commencé. Aucun attentat majeur n’est à déplorer. Nous pouvions donc trinquer dans le bonheur avec les nécessiteux et les personnes seules en assistant au Réveillon de la solidarité organisé par la Ville de Genève grâce à de nombreux soutiens.

    La soirée avait débuté par les allocations d’Esther Alder, responsable du Service social, et du maire Sami Kanaan. Pour une fois, même le conseiller municipal radical Guy Dossan, comme nous présent à cette fête pour la première fois, n’avait rien à dire contre une dépense qu’il considérait pleinement justifiée pour apporter un peu de joie à ceux qui ne nagent justement pas toujours dans le bonheur à longueur d’année, et tant pis pour quelques-uns qui n’avaient pas l’air trop nécessiteux.

    Je ne suis moi-même pas trop porté à dresser des louanges à la gauche qui gouverne notre ville, mais je me dois d’admettre que le réveillon de la solidarité est vraiment une excellente idée brillamment réalisée. Je me joins aux remerciements adressés aux très nombreux bénévoles qui ont rendu cette soirée vraiment inoubliable.

    http://blog.pierrescherb.ch/2019/01/bonne-et-heureuse-annee-2019_2.html

    Lien permanent Catégories : Divers, Genève, Politique 2 commentaires
  • L'UDC, toujours responsable, vote le budget 2019 (mon intervention au Conseil municipal du 15.12.2018)

    Imprimer

    Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les Conseillers municipaux, chers Collègues,

    Lors du vote du budget 2018, il y a pas si longtemps, je vous disais que l’UDC avait l’habitude de voter les budgets qu’elle présentait elle-même en tant que parti gouvernementale en Suisse et en de nombreux cantons. A Genève cependant, arrivé il y a quelques années seulement et non représentée au gouvernement, nous devrions plutôt refuser les projets de budget, en tant que vrai force d’opposition. Ce d’autant plus que la Ville de Genève est secouée par une formidable crise gouvernementale depuis la publication du rapport de la Cour des comptes au sujet des frais professionnels du Conseil administratif et de la direction. Elle avait révélé un grave dysfonctionnement au niveau de nos autorités. Ce scandale nous a même incité à demander la démission immédiate du Conseiller administratif Guillaume Barazzone et de soutenir la motion du MCG qui exigeait la démission de tous les Conseillers administratifs. Hélas, personne n’a démissionné, mais - petite consolation - Guillaume Barazzone a annoncé ne plus vouloir se représenter.

    Je reviens sur le projet de budget pour vous annoncer que l’UDC va tout de même exceptionnellement l’accepter pour les raisons suivantes:

    Un objectif de l’UDC est la diminution de l’énorme dette de la Ville de Genève. Un moyen pour y arriver est pour nous la réduction du poste dit de Solidarité internationale. Pour nous, il s’agit plutôt d’un moyen de maintenir les pays en développement dans leur dépendance et de tuer tout velléité d’en ressortir. Pire, elle contribue à agrandir encore cette dépendance. Nos doléances ont cependant été entendues et le Conseil administratif a renoncé à nous présenter une énième augmentation de ladite Solidarité internationale. Il nous a ainsi d’une part permis d’envisager une acceptation du budget, ce qui n’aurait pas été possible avec une augmentation de ce poste que nous rejetons catégoriquement.

    Nous sommes d’autre part engagés au sein de la droite élargie, afin de sortir la Ville de Genève du tout social et de redonner à chacun l’espoir et la possibilité de s’en sortir par ses propres moyens. Nous avons donc travaillé ensemble avec le MCG, le PLR et le PDC dans les commissions spécialisées et, surtout, à la commission des finances, afin de modifier le projet de budget et de le rendre acceptable pour la majorité. Le résultat est bien là: la commission a réussi à se rallier derrière un projet. Bien entendu, son idée de couper dans l’indexation des salaires des fonctionnaires s’est par la suite avérée irréalisable. Elle sera remplacé par deux amendements qui vous seront présentés dans quelques instants et qui assureront, à leur tour, que le budget soit équilibré. Quant aux amendements de la gauche, la commission des finances les a rejetés à juste titre, et nous recommandons à la séance plénière de faire de même, dans la mesure où ils devraient encore une fois 34256565être déposés.

    L’UDC a en résumé contribué à redresser la situation suite au scandale des frais professionnels du Conseil administratif. L’heure était grave est avais mis en danger l’ensemble de nos institutions. Par ailleurs, les révélations continuent avec le rapport du contrôle interne, ce qui est une véritable catastrophe et nous pousse à augmenter les moyens mis à disposition de cet outil indispensable dans le budget. Nous avons fait un pas pour venir en aide aux plus déshérités en ouvrant les abris à l’année. Cependant, ce n’est pas une solution d’exclure de plus en plus de personnes de la vie sociale, tout en faisant venir toujours plus de frontaliers et migrants à Genève. Nous avons toujours l’espoir que les bonnes décisions soient prises aux niveaux cantonal et fédéral et d’ici-là, nous faisons un pas dans la bonne direction en votant aujourd’hui le budget 2019.

    https://blog.pierrescherb.ch/2018/12/ludc-toujours-responsable-vote-le.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire
  • Les dealers de Genève et l’interdiction de pénétrer la région genevoise

    Imprimer

    La lutte contre le deal de rue se fait de plus en plus pressante. Il y a une année, la Tribune de Genève lui avait consacré une série d’articles. Elle avait alors mentionné que 300 personnes d’origine africaine (en réalité surtout des Guinéens et Sénégalais) qui s’adonnait à cette sinistre activité. Devant l’ampleur du phénomène et l’apparente inactivité de la police, un «militant d’extrême gauche » (TdG de ce jour), Fernand Melgar, avait exprimé son indignation. Plus récemment, le conseiller national Benoît Genecand avait dénoncé la faillite de la politique sécuritaire du deal de rue.

    Sachant que tous ses «petits» dealers sont des millionnaires chez eux (en francs CFA) où ils construisent des immeubles de plusieurs étages, on ne s’étonne pas de la persistance de ce trafic, d’autant plus que nos prisons suisses sont plutôt perçues par eux comme des camps de vacances.

    Ce qui étonne cependant est que nous n’entendons pas plus souvent parler d’interdiction de pénétrer la région genevoise. Il s’agit d’un moyen mis à disposition des autorités cantonales par le droit fédéral (art. 74 de la loi sur les étrangers). Cette mesure vise notamment à lutter contre le trafic illégal de stupéfiants. Le Tribunal fédéral a par ailleurs déjà eu l’occasion de dire que la mesure est apte à atteindre l’objectif poursuivi, car elle empêche au délinquant de commettre de nouvelles infractions dans la région zurichoise, en l’occurenc. Elle respecte le principe de la proportionnalité (2C_338/2015).

    Pourquoi les autorités genevoises ne l'appliquent-elles pas plus souvent cette interdiction de pénétrer la région genevoise?

    http://blog.pierrescherb.ch/2018/10/les-dealers-de-geneve-et-linterdiction.html

  • Pourquoi la Police municipale de la Ville de Genève ne chasse-t-elle pas les dealers?

    Imprimer

    La police municipale est chargée de poursuivre les infractions aux art. 115 à 120 de la loi fédérale sur les étrangers. La vente de drogues est une activité lucrative sans autorisation. Beaucoup de vendeurs de drogues ne sont pas autorisés à séjourner en Suisse. La police municipale peut donc les contrôler pour s’assurer qu’ils n’enfreignent pas l’interdiction de pénétrer la région genevoise, interdiction déclarée conforme à la loi par le Tribunal fédéral. Si notre conseiller national Benoît Genecand déclare que la politique de sécurité contre le deal de rue est en faillite, il me semble donc que vous êtes aussi concerné. J’aimerais ainsi savoir ce que la Police municipale fait pour éloigner les 300 dealers installés illégalement à Genève et qui terrorisent ouvertement la population ?

    (Conseil municipal: ma question orale du 13 septembre 2016 adressée au magistrat Guillaume Barazzone)

    https://blog.pierrescherb.ch/2018/10/pourquoi-la-police-municipale-de-la.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Jurisprudence, Politique 1 commentaire