Suisse

  • Les arabes abandonnent le noir

    Imprimer

    Tandis que les Suisses se préparent à voter l’interdiction de porter la burqa, les Arabes les devancent en abandonnant massivement ce vêtement moyenâgeux. Que s’est-il donc passé?

    Comme chaque année, les touristes arabes ont été au rendez-vous au mois d’août. Ils ont pris d’assaut les hôtels cinq étoiles et, fait nouveau, de plus en plus les hôtels quatre étoiles aussi. Les Genevois ont ainsi été forcés de voir sur les quais un défilé de femmes défigurées par le port de la burqa. Ils se les imaginaient dégoulinantes de sueurs, tandis que leurs maris se délectaient à leurs côtés en t-shirts et bermudas. Or, rien de tel cette année. Les femmes arabes se promènent maintenant presqu'exclusivement sans se voiler la face. Elles n’utilisent surtout presque plus la couleur noire. La préférence est actuellement donnée à un brun clair, voir carrément à du blanc. Du coup, plus besoin d’avoir honte en se promenant le long du quai.

    Que les Genevois craignant qu’une interdiction de la burqa pourrait nuire au tourisme soient rassurés: Ce n’est surtout pas les Arabes qui vont s’en plaindre. Au contraire, elles ont déjà largement anticipé et adopté cette interdiction. En vérité, elles l'appellent de leurs vœux.

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/08/les-arabes-abandonnent-le-noir.html

  • Accord institutionnel et la Ville de Genève: vivre sans subventions

    Imprimer

    Le jargon des accords institutionnels est à peu près incompréhensible pour le commun des mortels et même pour les juristes les plus expérimentés. Les seuls qui s’y retrouvent sont les fonctionnaires bruxellois qui ne ratent pas une occasion pour interpréter une disposition en défaveur de la Suisse.

    Une grande partie des spécialistes s’accordent cependant de constater que la phrase suivante (tirée de l'art. 8A de l'accord) exclut en principe dorénavant les subventions à tous les niveaux:

    «Sauf dérogations prévues par les accords visés au paragraphe premier du présent article,
    a) sont incompatibles avec le bon fonctionnement du marché intérieur, dans la mesure où elles
    affectent les échanges entre les Parties dans le champ d'application des accords visés au
    paragraphe premier du présent article, les aides accordées par la Suisse ou par les États membres
    de l'Union européenne ou au moyen de ressources d'État sous quelque forme que ce soit qui
    faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou
    certaines productions.»

    Il y a peu, la majorité des électeurs genevois a refusé une légère baisse des subventions. Que va-t-ell donc faire maintenant que la totalité des subventions accordées aux associations est en jeu?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/04/accord-institutionnel-et-la-ville-de.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Karin Keller-Suter se tire une balle dans le pied

    Imprimer

    Surnommée KKS par la Tribune de Genève, la conseillère fédérale Karin Keller-Suter croyait sûrement être très maline. Constatant que beaucoup de tireurs étaient sensibles aux coûts pour obtenir un permis d’acquisition d’une arme, elle a décidé de le baisser. Mal lui en a pris, car elle a sensibilisé la population aux coûts qu’elle devraient supporter en cas d’acceptation de la directive de l’UE sur les armes.

    Aujourd’hui l’acquisition d’un permis d’acquisition d’une arme coute Frs 50.- approximativement. Avec l’acceptation des oukases de l’UE, le prix doublerait pour chaque tireur. KKS croyait donc pouvoir apaiser l’ire des tireurs et les amener à accepter l’inacceptable en les libérant de cette surtaxe. Elle n’a fait que souligner leur réalité en voulant la mettre sur le dos du contribuable. En réalité, chaque canton ne devrait pas seulement supporter cette augmentation, mais encore financer la surcharge administrative. Pour le canton de Genève, il s’agirait de renforcer à hauteur de 50% l’effectif du service des armes et dédié à la gestion du domaine des armes, soit trois postes à plein temps.

    & photo

    Lien permanent Catégories : Droit public, Suisse 3 commentaires
  • Rétrospective de la session de printemps 2019: POLITIQUE SOCIALE ET SANTÉ (2ème partie)

    Imprimer

    Les régions de primes ne seront pas modifiées
    Les primes d'assurance-maladie sont en règle générale moins élevées dans les régions rurales que dans les villes parce que ces populations ont un plus grand sens de la responsabilité individuelle et ne courent pas chez le médecin pour le moindre bobo, mais utilisent des remèdes maison qui ont fait leurs preuves. De concert avec les partis de droite, l'UDC s'est engagée avec succès dans les deux chambres législatives pour le maintien des régions de primes actuelles. La gauche emmenée par son ministre socialiste Berset voulait modifier ces primes afin que sa clientèle provoquant des coûts de la santé élevés dans les villes bénéficie de subventions transversales.

    Non à l'augmentation de la franchise dans ces conditions
    Oui, l'UDC est toujours pour le renforcement de la responsabilité individuelle, notamment dans la santé publique, mais, compte tenu de la situation actuelle, le groupe UDC a décidé de s'opposer à l'augmentation de la franchise minimale à 350, respectivement 500 francs. Il est hors de question de faire passer une fois de plus à la caisse la classe moyenne aussi longtemps que les autres partis ne sont pas prêts à soutenir des mesures efficaces et globales. Le PS et les autres partis de gauche ne ratent pas une occasion pour ponctionner la classe moyenne laborieuse, mais osent néanmoins se présenter comme les grands défenseurs des veuves et des orphelins. L'UDC refuse de participer à ce jeu. Elle se réserve la possibilité de soutenir une augmentation de la franchise cet automne dans le cadre d'un train complet de mesures de maîtrise des coûts et à condition que les acteurs de la santé publique, les médecins, les hôpitaux, l'industrie pharmaceutique, etc. participent aux efforts d'économie. Les payeurs de primes ne doivent pas être les seuls à passer à la caisse.

    (Newsletter UDC N° 263 du 26 mars 2019, 2ème partie)

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/04/retrospective-de-la-session-de_13.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Occupez-vous de la sécurité en Ville, M. Barazzone !

    Imprimer

    Des femmes passées à tabac, des dealers qui occupent nos parcs ou des mendiants à chaque coin de rue : avec 129,9 infractions au code pénal pour 1000 habitants en 2017, notre municipalité connaît un taux de criminalité supérieur à celui de n’importe quel canton suisse. Plutôt que de s’atteler à reprendre en main la lutte contre la délinquance, le Conseiller administratif en charge du Département de l’environnement urbain et de la sécurité propose d’encourager l’immigration illégale intercontinentale en exigeant que la Confédération accorde un pavillon suisse à l'Aquarius.


    En accordant le pavillon suisse à un navire de propriété allemande, destiné au transport de migrants illégaux, affrété par une ONG française et doté d’un équipage étranger, la Suisse mettrait à mal sa neutralité en dictant la politique migratoire d’autres Etats, dont certains ont clairement manifesté leur refus d’accueillir ces migrants illégaux.


    Soutenir l’Aquarius reviendrait à provoquer un appel d’air en faveur de l’immigration illégale et de l’exploitation d’êtres humains par les passeurs. Des esclavagistes des temps modernes qui exigent jusqu’à 5'000 euros de leurs victimes qu’ils chargent sur une embarcation de fortune, la conduisent dans les eaux internationales et annoncent par radio un naufrage imminent. L’Aquarius, patrouillant à la limite des eaux territoriales libyennes, refuse de reconduire les migrants africains en Afrique, comme le dit le responsable des recherches et des opérations de secours du bateau: « La Libye n'est toujours pas reconnue comme un pays sûr, donc nous ne reconduirons personne là-bas, sauf si les migrants le décident ».


    L’arrivée sur le sol européen est source de déception pour ces migrants, auprès de qui la riche Europe avait été présentée comme un Elodrado. Filant vers les Etats prospères du nord, attirés par une culture de la bienvenue développée par des élites, ces migrants économiques illégaux ne peuvent dans les faits pas prétendre à la qualité de réfugié et finissent déboutés du droit d’asile, errant dans nos parcs à attendre « l’heure du deal ». Pour quelle plus-value en matière de sécurité municipale, M. Barazzone ?

    Communiqué de presse UDC-Ville de Genève et MCG Ville de Genève du 2 octobre 2018


    Pour tous renseignements :

    Pierre Scherb, chef de groupe UDC
    Daniel Sormani, chef de groupe MCG
    Eric Bertinat, UDC, président du Conseil municipal
    Amar Madani, MCG, membre du Bureau du Conseil municipal

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Suisse 6 commentaires
  • 10% des Erythréens qui quittent leur pays arrivent en Suisse

    Imprimer

    Pourquoi la Suisse, un pays tellement éloigné de l’Erythrée, accueille 10% de tous les Erythréens qui quittent leur pays? C’est d’autant plus étonnant qu’elle se trouve dans l’espace Dublin. Dès lors, elle devrait seulement accepter le demandeur d’asile qui est entré dans l'espace Dublin en entrant en Suisse.

    En vérité, il n’y a rien d’étonnant à cela. Des guides pour migrants sont disponibles sur internet. Pour le surplus, les 30’000 Erythréens déjà installés en Suisse n'ont aucun mal à diriger leurs compatriotes vers le pays de cocagne que la Suisse est pour eux, du fait de leur mauvaise intégration professionnelle.

    L’Erythrée vient de faire la paix avec l’Ethiopie. Le Tribunal administratif fédéral a déjà confirmé que le renvoi en Erythrée est licite. C’est donc le moment d’en finir avec l’exception Erythrée. La Tribune de Genève fait ainsi état de la volonté du parlement fédéral de débattre une proposition du sénateur Damien Müller (PLR/LU). Il souhaite mieux exploiter la marge de manœuvre existant sur le plan juridique, afin de lever autant d’admissions provisoires que possible.

    https://blog.pierrescherb.ch/2018/07/10-des-erythreens-arrivent-en-suisse.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Le papier souffre tout et ne rougit de rien

    Imprimer

    Ce proverbe signifie qu’on écrit tout ce que l’on veut sur du papier. Aujourd’hui, on parle plutôt de Fake news, mais le procédé est le même. Il s’agit d’écrire quelque chose qui ne correspond pas à la réalité ou d’écrire quelque chose d’une certaine manière, dans le but de déformer la réalité.

    Ce procédé est très fréquemment utilisé. Prenons par exemple l’initiative pour l’autodétermination. La Suisse est un pionnier de la défense des droits de l’homme. Certes, elle n’a pas inventé la Magna Carta, mais notre ancienne constitution contenait l’art. 4 qui a permis au Tribunal fédéral de développer toute une pratique qui a ensuite été reprise dans la nouvelle constitution. Il est donc patent que nous n’avons pas besoin des états étrangers, souvent des royaumes ou états autrement caractérisés par des tares comme l’instabilité des gouvernements, népotisme, etc., pour nous apprendre les droits de l’homme. Et je ne parle même pas des défauts de l'ONU. Pourtant Amnesty International prétend que l’initiative de l’UDC était dirigée contre les droits de l’homme. Cette allégation est largement reprise par les médias sans aucun avertissement contre ce mensonge.

    Au lieu de chercher les Fake News (il y en a, mais pas beaucoup qui ne sont pas immédiatement reconnaissables comme tels), cherchons plutôt à comprendre la réalité derrière les omissions de nos médias.

    https://blog.pierrescherb.ch/2018/07/le-papier-souffre-tout-et-ne-rougit-de.html

    Lien permanent Catégories : Internet, Politique, Suisse 0 commentaire
  • Abandonnons l’intégration et exigeons l’adaptation des étrangers en Suisse

    Imprimer

    Un musulman qui ne fait pas de poignée de main à une femme et une musulmane qui ne regarde pas l’homme qui lui a posé une question, sont-ils bien intégrés en Suisse? C’est la question à laquelle deux commissaires de la Commission de naturalisation de Lausanne ont dû répondre récemment. Pour l’heure, nous ne connaissons pas leur réponse, mais le procédé démontre déjà clairement ses limites.

    Et comment réagir lorsque les candidats à la naturalisation hindous disent vouloir attaquer nos paysans qui amènent leurs vaches chez le boucher? Pour rappel, un musulman indien vient de se faire lyncher lorsqu'il était en train de convoyer des vaches qu'il venait d'acquérir pour sa famille.

    La vraie question est: pourquoi un étranger qui ne fait rien de plus que de s’intégrer en Suisse devrait-il être naturalisé? Nous devrions plutôt exiger qu’il s’adapte d’abord à notre mode de vie, histoire d’éviter les tensions entre populations. A l’heure actuelle, il y a une majorité de Suisses qui veulent vivre en paix, qui ne sont pas racistes et qui soignent la bonne entente avec leurs voisins.

    Ne permettons pas que des étrangers installés chez nous deviennent Suisses, qui prônent la guerre, qui sont racistes et qui n’ont qu’à faire de l’avis de leurs voisins. Exigeons qu’ils reprennent nos valeurs avant que nous leur fassions confiance en les acceptant en tant que citoyens à part entière!

    http://blog.pierrescherb.ch/2018/07/abandonnons-lintegration-et-exigeons.html

    Lien permanent Catégories : Croyances, Genève, Politique, Suisse 19 commentaires
  • Les Erythréens migrés en Suisse peuvent retourner chez eux

    Imprimer

    L'Ethiopie et l'Erythrée ne sont plus en guerre depuis quelques jours. Les deux pays viennent de signer, le 9 juillet, une déclaration conjointe de paix et d’amitié.

    La Suisse a accueilli des milliers d'Erythréens et les a généreusement intégrés (permis C immédiatement, puis naturalisation généreuse sans indépendance financière). Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a mis fin à cette pratique debut 2017, en refusant le statut de réfugié à des déserteurs éthiopiens, statut qui, soi dit en passant, ne leur aurait jamais dû être attribué. Le TAF a cependant continué à les admettre provisoirement en Suisse, soit 9'400 personnes en quelques mois seulement. 99% sont des migrants économiques.

    La Suisse a pour l'instant commencé à revoir l'admission provisoire de 3'200 d'entre eux. Avec cet accord de paix, il ne fait pas de doute que la majorité de ces migrants pourraient rentrer chez eux. Par ailleurs, un Erythréen venu à une conférence de l'ONU m'a confirmé qu'ils sont chaudement attendus là-bas, afin de contribuer au développement de leur pays.

    http://blog.pierrescherb.ch/2018/07/les-erythreens-migres-en-suisse-peuvent.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 7 commentaires
  • Il faut abroger la double nationalité

    Imprimer

    J'ai posé sur mon profil Facebook la question de savoir à quoi servait la double nationalité. Les réponses était plus ou moins drôles, mais personne n'a trouvé une bonne justification pour cette institution.

    La possession de deux citoyennetés étant autorisée en Suisse depuis le 1er janvier 1999, la Confédération fait valoir qu'il ne s'en était pas résulté de difficultés notables. La réalité est cependant tout autrement, comme l'a encore démontré le déroulement du mondial 2018 et, notamment, le comportement de joueurs suisses, nés et grandis en Suisse, mais qui ont pourtant fait l'apologie d'un autre Etat sur le terrain de foot de Nizhny Novgorod (avant de sombrer sans gloire contre la Suède).

    L'Association suisse de football propose maintenant d'ouvrir les portes du programme de formation seulement aux jeunes joueurs qui renoncent à leur double nationalité. Au lieu de mettre en avant seulement les jeunes voulant embrasser une carrière dans le football, il me semble plus logique de renoncer à la double nationalité et de revenir aux règles qui ont fait leur preuve en Suisse jusqu'en 1998 et qui sont encore valables dans de nombreux Etats.

    www.blog.pierrescherb.ch

    Lien permanent Catégories : Droit public, Politique, Suisse 4 commentaires