11 août 2012

La série d’été : prendre de la hauteur ou prendre le large ?

L’été est propice aux changements d’idées. Rien de mieux pour cela que de bouger. Explorer des sentiers non battus. Voici une première photo d’un endroit si proche et pourtant mal connu.

A suivre.

Salève.jpg

11:32 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, suisse |  Facebook | | | |

30 novembre 2011

Elections au Conseil des Etats revalorisées (communiqué de presse)

L'UDC a lancé le 7 avril 2011 une discussion sur la signification des élections au Conseil des Etats. Dans le communiqué publié à l'époque, elle avait demandé que les votes du Conseil des Etats soient plus transparents. Son objectif y était défini comme suit: "L'UDC vise en outre à moyen terme une représentation au Conseil des Etats qui soit proportionnelle à sa force électorale. Elle présentera donc cette année déjà des personnalités profilées dans un maximum de cantons et mènera une campagne nationale axée sur les thèmes pour les élections au Conseil des Etats." L'UDC a tenu parole. Jamais encore les élections au Conseil des Etats n'ont été suivies aussi attentivement que cette année. L'UDC a offert aux électeurs de presque tous les cantons un choix authentique avec des candidats aux idées politiques forts diverses. Le fait que l'UDC n'ait pas encore connu le succès escompté cette année n'est pas une surprise et correspond aux prévisions de la direction du parti. L'image du Conseil des Etats a cependant changé grâce à l'UDC. On assiste aujourd'hui à une sensibilité accrue à l'orientation politique de la Petite Chambre. Les élections au Conseil des Etats ne seront plus jamais ce qu'elles ont été.


L'époque où les candidats au Conseil des Etats des partis du centre pouvaient quasiment retrouver leur siège à Berne en wagon-lit est définitivement révolue. Dans de nombreux cantons, les résultats des élections étaient autrefois fixés d'avance par des marchandages au sein du même parti ou entre le PLR et le PDC. Les nominés étaient aussi les élus. Le profil politique des candidats était secondaire. Un mandat d'ancien conseiller d'Etat était pour ainsi dire un ticket d'entrée garanti à ladite Chambre de réflexion. Cela a changé. Le Conseil des Etats s'est quelque peu animé. Les délégations du PS de l'UDC se sont libérées de la domination des partis du centre. De surcroît, les groupes PDC et PLR ont perdu de leur homogénéité.



L'orientation politique compte aussi au Conseil des Etats

L'UDC a fait un pas de plus au printemps dernier: elle a fait la preuve que le Conseil des Etats est lui aussi marqué par des intérêts politiques et philosophiques et que les opinions politiques des élus à la Petite Chambre jouent un rôle important. Mais pour s'en rendre réellement compte, il faut que les décisions de la Petite Chambre soient plus transparentes. Les votes doivent être publics comme c'est le cas au Conseil national. Par ailleurs, il faut ouvrir une discussion sur la composition politique de la Chambre des cantons qui ne correspond plus depuis des décennies à la force réelle des partis. L'UDC vient de lancer avec succès cette discussion. Pour être crédible, cette action exige des candidatures de personnalités marquantes du parti. Les citoyennes et les citoyens doivent avoir un authentique choix. Et c'est bien ce qui est arrivé dans plusieurs cantons où l'on a assisté pour la première fois à un réel affrontement politique pour l'occupation des sièges au Conseil des Etats. Les nombreux deuxièmes tours de scrutin en sont la preuve évidente. Mais ce n'est pas tout: sous la pression de l'UDC, les candidats ont été forcés de prendre réellement position face à des thèmes politiques. On a ainsi entendu des candidats des partis du centre se prononcer contre la reprise automatique du droit UE par la Suisse, contre un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE et contre une participation de la Suisse à l'action de sauvetage de l'euro. L'UDC ne manquera pas de le leur rappeler quand l'occasion se présentera.

Il est étonnant de constater par quels moyens les partis du centre tentent de s'accrocher au pouvoir. Pour l'UDC, il s'agissait de viser une composition plus équilibrée du Conseil des Etats afin que les grands défis politiques attendant la Suisse puissent être relevés dans le sens voulu par la majorité des citoyennes et des citoyens. Or, dans plusieurs cantons l'unique objectif de ces milieux politiques étaient d'empêcher l'entrée de l'UDC dans la Petite Chambre. Pour y parvenir, les partis du centre n'ont même pas hésité à favoriser des personnalités au profil socialiste. C'est à cause d'eux que des idées politiques comme la suppression de l'armée, l'adhésion à l'UE, l'élimination du capitalisme ou encore l'introduction d'un impôt sur les successions, qui pénalise notamment les PME, sont désormais représentées au Conseil des Etats en lieu et place de positions bourgeoises. Favoriser ce genre de positions politiques dans le seul but de nuire à l'UDC, voilà qui est pour le moins inquiétant.



L'UDC garde son cap

L'UDC savait bien que les élections au Conseil des Etats allaient être difficiles. Le siège grison avait déjà été abandonné avant les élections au profit d'un mandat au Conseil national. Dans d'autres cantons, la situation de départ était de toute manière malaisée. Lors de la conférence de presse 101 jours avant les élections, le conseiller national Toni Brunner, président du parti, a parfaitement résumé la situation: "Comme cela a été annoncé, l'UDC présente dans presque tous les cantons des candidats au Conseil des Etats. Un succès aux élections de 2011 déjà serait cependant une surprise. En effet, dans les cantons où elle a infligé ces dernières décennies des défaites historiques aux autres partis, l'UDC ne parvient guère à s'imposer dans des élections au système majoritaire. Cela dit, il est grand temps de faire de la lumière dans la 'chambre noire' du Conseil des Etats. Au fil des années passées, la Chambre des cantons s'est écartée des intérêts de la Suisse pour devenir excessivement europhile. C'est dire que l'UDC investit dans l'avenir en participant aux élections au Conseil des Etats."



L'UDC ne perdra pas de vue cet objectif. Elle maintient son intention d'être représentée à moyen et à long terme au Conseil des Etats conformément à sa force électorale. Elle se lancera donc également lors des prochaines élections avec des candidats profilés. Le public sera toujours plus sensible aux décisions du Conseil des Etats. Ce dernier devrait avoir l'intelligence d'en tenir compte en faisant toute la lumière sur ses votes. A côté de l'UDC, le PS a lui aussi soutenu cette revendication dans la campagne électorale. La balle est maintenant dans le camp des partis du centre.



P.S.: l'UDC Suisse félicite Peter Föhn (UDC/SZ) de son élection au Conseil des Etats. Elle tient également à exprimer sa gratitude à tous les candidats qui se sont mis à disposition pour un deuxième tour de scrutin malgré une situation de départ difficile.



Martin Baltisser, secrétaire général UDC Suisse

09:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc, suisse |  Facebook | | | |

01 août 2011

Bon anniversaire ! Vive la Suisse !


720 ans de bonheur (et quelques larmes). Quel formidable exploit qui mérite bien d’être fêté.

Genève le fait dans la dignité, comme toujours depuis son adhésion à la Suisse, le 19 mai 1815. De nombreuses fêtes sont proposées aux Genevois et touristes de notre région, dont notamment celle au Parc des Bastions, agrémentée cette année par le discours de notre dynamique Maire Pierre Maudet et par une animation inédite pour l’allumage du feu de joie.

Et de la joie, il y en aura !

Pierre Scherb

17:03 Publié dans Succès | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : suisse |  Facebook | | | |

07 juin 2011

La Suisse ne veut pas adhérer à l'Union européenne

 

Eh ben non, la Suisse n'a pas fait de demande d'adhésion à l'Union européenne. Ceux qui le craignaient peuvent enfin respirer !

 

La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey était formelle, hier, devant les conseillers aux Etats (source TdG) : « Il n'y a pas de demande à l'UE qui n'existait pas en 1992 lorsque le Conseil fédéral a demandé l'ouverture de négociations d'adhésion à la Communauté économique européenne (CEE). Si le Conseil fédéral voulait adhérer à l'UE, ce qu'il ne souhaite pas, il devrait faire une nouvelle demande. »

 

Dont acte.

 

Pierre Scherb

 

09:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : suisse |  Facebook | | | |

26 mai 2011

Hobbitebourg est sauvé*

 

Les cavaliers noirs du nucléaire sont obligés à se replier sur la terre du milieu. Le magicien Gandalf a réussi à inspirer le conseil d'Elrond. La décision est prise : l'anneau de matière sera ramené à Mordor.

 

Et tant pis s'il faudra subir les attaques des Orques**, traverser le désert d'Eregion et les Monts Brumeux, tant que sourit dans le lointain le rêve d'un Comté sauvé.

 

* Songe d'un amateur de Tolkien après la décision du Conseil fédéral de sortir du nucléaire

** Défenseurs fanatiques du nucléaire

 

Pierre Scherb

 

09:04 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse |  Facebook | | | |

29 janvier 2011

La construction des minarets est interdite !

 

 

Minarets.ch.pngLe minaret en tant que bâtiment n'a pas de caractère religieux. Il n'est même pas mentionné dans le coran et dans les autres écritures saintes de l'islam. En fait, le minaret est le symbole d'une revendication de pouvoir politico-religieuse qui, au nom d'une dite liberté religieuse, conteste plusieurs droits fondamentaux, par exemple l'égalité de tous, aussi des deux sexes, devant la loi. Il symbolise donc une conception contraire à la Constitution et au régime légal suisse.

 

Ces constatations ont poussé un comité d'initiative presqu'entièrement composé de membres de l'UDC à demander leur interdiction en Suisse. Cette initiative a été acceptée, le 28 novembre 2010, par 40,3% des Genevois.

 

L'UDC, en tant que parti national, continue à défendre les valeurs suisses au niveau du canton et de la Ville de Genève.

 

Pierre Scherb

 

Lien pour prendre contact : www.pierrescherb.ch

 

13:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : suisse, udc |  Facebook | | | |

01 août 2010

Un 1er août sur le Grütli

 

Quelques bribes de mémoire et me voilà de retour, en sortant du bateau, sur le chemin qui mène à la prairie du Grütli, en compagnie de mes parents. Il fait beau et chaud. Et puis, une rencontre insolite avec un homme âgé muni d'un drapeau blanc à la main : Max Daetwyler.

 

Il s'arrête, visiblement content de causer avec nous. J'apprends qu'il se sent vieux et que ce serait la dernière fois qu'il viendrait au Grütli, lui qui était allé à pied jusqu'à Moscou et Washington pour parler avec les grands de ce monde, eux qui ne l'ont cependant jamais reçu. Une de ses premières marches avait été celle de la paix qui l'avait amené à Genève où il rencontra le Mahatma Ghandi (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F13415.php). Il était Thurgovien et, comme je l'apprends maintenant grâce à Wikipedia, le premier objecteur de conscience suisse durant la première guerre mondiale.

 

C'est aussi ça, la Suisse. La révolte, même en étant seul et, pourquoi pas, en ayant tort, contre un pouvoir ressenti comme injuste, Cette liberté, nos ancêtres se l'ont prise, en ce mythique jour du 1er août 1291. Soyons-en fiers et continuons à la célébrer.

 

Bonne fête de 1er août 2010 !

 

Pierre Scherb

www.pierrescherb.ch

 

11:50 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : suisse |  Facebook | | | |