Genève

  • Remerciements

    Imprimer

    En pleine crise de coronavirus, les élections du conseil municipal de la Ville de Genève se sont déroulées dans le calme. Les électeurs ont tranché. Je suis satisfait en tant que chef de groupe UDC que nos efforts durant les derniers cinq ans ont porté leurs fruits. Nous avons progressé et siégeront dorénavant à 7, c’est-à-dire avec un élu de plus. Un autre avantage de cette progression est que le groupe UDC siégera dorénavant dans deux commissions tandis que nous n’étions représentés que par un commissaire jusqu’à maintenant. Ce résultat n'a été possible qu'avec l'engagement de tous les candidats UDC que je tiens à remercier.

    Quant à votre serviteur, vous l’avez brillamment réélu et je vous en remercie sincèrement. J’aurai le plaisir d’accueillir une première femme UDC au sein de notre groupe en la personne de Marie-Agnès Bertinat. Elle sera en même temps aussi notre benjamine. A côté de l’expérience des sortants, la jeunesse aura donc aussi sa place. La relève est assurée.

    Ma femme Madeleine Scherb s’est aussi vaillamment battue au sein de la droite élargie. Engagée depuis quelques mois seulement au sein du PLR, elle a obtenu le meilleur résultat dans son quartier des Pâquis directement derrière le candidat à l’élection du conseil administratif Simon Brandt. Un résultat prometteur qui prédit une jolie carrière politique à Genève.

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Succès 0 commentaire
  • La fête de la journée des morts (Fiesta del Día de Muertos) fait des vagues (2)

    Imprimer

    Après l’invitation qui a été adressée aux lecteurs de ce blog de prendre position quant à l’opportunité de tenir une fête des morts mexicaine dans le cimetière des rois, force est de constater qu’il n’y a pas eu un flot de réactions. Néanmoins, il s’est avéré que plusieurs personnes ont autrement manifesté leur mécontement par rapport à cette visite incongrue prévue à la Toussaint 2019.

    D’un autre côté, j’ai reçu la prise de position suivante:

    «A titre personnel, la célébration du Jour des morts, où vivants et disparus sont réunis les 1er et 2 novembre à l’occasion d’une fête inscrite au Patrimoine Culturel immatériel de l’Humanité de l'UNESCO depuis 2003, ne me heurte pas.

    En effet, le Jour des morts, avec son arrière-goût nostalgique, est avant tout un moment de joie, de retrouvailles, de reconnaissance: les vivants honorent leurs défunts avec musique, fleurs, encens, avec les plats et les boissons qu'ils préféraient. On les récompense ainsi de nourrir avec leur corps la terre qui nourrit les vivants. Cette toussaint syncrétique est largement célébrée parmi ces Peuples convertis au catholicisme au 16e siècle, ce qui dans la Rome protestante qu'est Genève peut heurter notre austérité calviniste. Aujourd'hui, les pays d'Amérique latine figurent parmi les principaux pays catholiques au monde, alors que l'Europe vieillissante se voit soumise, un peu plus chaque jour, à un Islam conquérant.

    Je suis persuadé que les proches de Mme Grisélidis Real ou de magistrats et d'autres personnalités marquantes ayant contribué au rayonnement de Genève et reposant au cimetière de Plainpalais pourront s'entendre avec les organisateurs et faire part de leurs éventuelles préoccupations.»

    Qu'en pensez-vous?

    Lien permanent Catégories : Croyances, Genève, Politique 0 commentaire
  • Elections: on prend les mêmes et on continue (de perdre)

    Imprimer

    Gilbert Couteau est toujours le dernier Genevois de la droite à avoir été élu au conseil des Etats. Depuis qu’il a perdu son siège en 1995, plus aucun candidat n’a réussi à se faire élire et damner le pion à la gauche. Et cela ne risque pas de changer de sitôt.

    Dimanche dernier, les électeurs ont porté la Verte Lisa Mazzone à la première place des candidats à l’élection du Conseil aux Etats. Avec 41’757 voix, elle dépasse légèrement son colistier Carlo Sommaruga (38’344 voix). La majorité absolue était par ailleurs fixée à 50’854 voix, les deux ont donc largement épuisé leur bassin de votants, c’est-à-dire la gauche et l’extrême gauche, étant entendu que les Verts sont bien verts à l’extérieur, mais rouge à l’intérieur et souvent même plus rouge que les rouges.

    Suit ensuite l’Entente avec Hugues Hiltpold (23’404 voix) et Béatrice Hirsch (21’716 voix). Les deux ayant été placés ensemble, ils ont aussi bénéficié du même électorat, à quelques électeurs isolés près. En partant ensemble au deuxième tour, leur résultat final ressemblera donc tout aussi bien à ce résultat que celui de la gauche ressemblera à son résultat du premier tour. Résultat des courses: la gauche gagne une fois de plus les deux sièges genevois.

    Il y aurait cependant une possibilité de gagner au moins un des deux sièges, mais probablement même les deux sièges en même temps. En vérité, Céline Amaudruz, partie seule, se trouve à la cinquième place avec 20’267 voix. A la sixième place est le candidat du MCG François Bärtschi qui a renoncé au deuxième tour (11’051 voix). Etant proche de l’UDC, ses voix profiteront ainsi à Céline Amaudruz qui, du coup, obtiendrait 31’318 voix, c’est-à-dire plus que Hugues Hiltpold et Béatrice Hirsch qui, eux, devraient stagner à la hauteur du résultat du premier tour. En se prononçant clairement pour une alliance avec UDC, le PLR Hugues Hiltpold, quant à lui, pourrait engranger 54’722 voix et se mettre à la première place des élus. Mais ne dit-on pas que Genève a la droite la plus bête du monde?

    + photo

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Jocelyne Haller perpétue la tradition de Solidarité de se moquer de l’électeur

    Imprimer

    Elle n’en est pas à son premier coup, en renonçant de siéger comme conseillère nationale. Souvenons-nous plutôt de l’élection de la Constituante, le 19 octobre 2008. Joselyne Haller figurait alors sur la liste de Solidarités (ne pas confondre avec la solidarité) qui a eu droit à quatre élus. Il s’agissait bien de Nils de Dardel, Michel Ducommun, Pierre Vanek et Gilles Godinat. Tollé chez le gauchiste, chantre de l’égalité. Qu’à cela ne tienne. Dans le parti de la dictature du prolétariat, il n’y a aucun problème. Deux camarades ont été forcés de démissionner (Vanek et Godinat) pour faire de la place à Jocelyne Haller (5ème) et Claire Martenot (9ème). Un de ceux qui ont «renoncés» était par ailleurs Jean Batou, tandis que l’heureuse vient-en-suite qui partira à Berne (3ème) est justement Stéfanie Prezioso Batou. C’est pas beau, tout ça?

    & photo

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur, Politique 0 commentaire
  • Un dimanche politique

    Imprimer

    Les élections nationales et au Conseil des Etats ont été au centre de l’attention ce dimanche 20 novembre 2019. Cela a commencé à 9h30 avec l’ouverture du local de vote que je présidait. A 10h pile, les premiers électeurs ont fait leur apparition. Tout avait été prêt et en place de sorte que leur accueil n’a posé aucun problème. Leur nombre nous a en revanche passablement surpris. Il n’y avait pas un seul moment de répit pour les jurés électoraux, ni pour la présidence d'ailleurs non plus.

    Après la fermeture du local de vote à midi tapant, le dépouillement a été vite réglé, car nous n’étions pas autorisés à ouvrir les bulletins de vote. Tous les documents ont été collectionnés et acheminés à Uni-Mail pour le dépouillement central.

    Les élections ont pris leur suite justement à Uni-Mail, à partir de 17h, où nous avions la chance de féliciter quelques élus et d’exprimer notre regret aux candidats non-élus, tout en écoutant les commentaires plus ou moins pertinents des candidats heureux ou malheureux, interviewés par Pascal Décaillet. Et c’est déjà le moment d’assister à l’assemblée générale pour écouter attentivement une analyse détaillée des résultats et de confirmer la participation de la candidate UDC Céline Amaudruz au deuxième tour de l'élection au Conseil des Etats, avec acclamation s’il vous plaît!

    + photo

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Suisse 0 commentaire
  • Les arabes abandonnent le noir

    Imprimer

    Tandis que les Suisses se préparent à voter l’interdiction de porter la burqa, les Arabes les devancent en abandonnant massivement ce vêtement moyenâgeux. Que s’est-il donc passé?

    Comme chaque année, les touristes arabes ont été au rendez-vous au mois d’août. Ils ont pris d’assaut les hôtels cinq étoiles et, fait nouveau, de plus en plus les hôtels quatre étoiles aussi. Les Genevois ont ainsi été forcés de voir sur les quais un défilé de femmes défigurées par le port de la burqa. Ils se les imaginaient dégoulinantes de sueurs, tandis que leurs maris se délectaient à leurs côtés en t-shirts et bermudas. Or, rien de tel cette année. Les femmes arabes se promènent maintenant presqu'exclusivement sans se voiler la face. Elles n’utilisent surtout presque plus la couleur noire. La préférence est actuellement donnée à un brun clair, voir carrément à du blanc. Du coup, plus besoin d’avoir honte en se promenant le long du quai.

    Que les Genevois craignant qu’une interdiction de la burqa pourrait nuire au tourisme soient rassurés: Ce n’est surtout pas les Arabes qui vont s’en plaindre. Au contraire, elles ont déjà largement anticipé et adopté cette interdiction. En vérité, elles l'appellent de leurs vœux.

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/08/les-arabes-abandonnent-le-noir.html

  • Des patrouilles pour combattre le trafic de drogues

    Imprimer

    En 2012, les Genevois étaient exaspérés par le bonneteau. Pour rappel, il s’agit d’un jeu de dupes qui consiste apparemment à trouver une fève sous trois coquilles. En réalité, c’est une escroquerie organisée de concert par plusieurs personnes. Un manipulateur et plusieurs complices attirent des joueurs en faisant croire à des gains faciles. Lorsque le joueur entre en jeu, il perd systématiquement. Ce jeu a été pratiqué à Genève par des bandes étrangères.

    Les citoyens n’en pouvant plus ont alors commencé à s’organiser et à faire des patrouilles pour déranger le déroulement de cette escroquerie organisée. Les escrocs n’ont cependant pas voulu se laisser faire et les ont attaqué à plusieures reprises. La police a rappelé qu’elle était attentive au phénomène du bonneteau et qu’il existait une loi pour le combattre. Néanmoins, elle n’avait pas réussi à le faire. A l’heure actuelle, nous ne savons toujours pas si les escrocs du bonneteau ont été chassés par les patrouilles citoyennes ou par la police qui s’est finalement résignée à réagir. Toujours est-il que le phénomène a disparu de la ville de Genève.

    Nous sommes aujourd’hui dans la même situation en ce qui concerne le trafic de stupéfiants. Les lois pour combattre et faire cesser ces délits et crimes existent, mais ne sont pas systématiquement appliquées. Le citoyen est-il donc encore obligé à organiser des patrouilles citoyennes afin de faire agir les autorités?

    https://blog.pierrescherb.ch/2019/08/des-patrouilles-pour-combattre-le.html

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique 1 commentaire
  • L’impunité doit cesser

    Imprimer

    Le Conseiller d’Etat Mauro Poggia prend à bras le corps un problème négligé en Ville de Genève depuis longtemps, soit le combat contre le trafic de drogues. Il explique dans une interview accordée le 29 juillet dernier à la Tribune de Genève qu’il ne peut plus avoir d’espaces de non-droit. Il revient surtout sur quelques mythes de la gauche bien-pensante.

    Le premier mythe consiste à dire qu’il aurait des «contrôles racistes». Monsieur Poggia répond que le marché des drogues est à présent en main de personnes d’origine africaine. Au moment où ce ne sera plus le cas, il y aura d’autres personnes dans le viseur de la police.

    Le deuxième mythe est que les dealers n’ont pas d’autre choix, car ils ont une interdiction de travailler. Monsieur Poggia rappelle clairement qu’il s’agit de personnes sans autorisation de résider en Suisse. On attend de ces gens qu’ils s’en aillent. Dans l’attente, ils sont entretenus par l’assistance publique et ont le droit au minimum existentiel. S’ils s’adonnent au trafic de drogue, c’est donc bien par libre choix et aucunement par nécessité.

    Le troisième mythe concerne les interventions trop musclées de la police. Mauro Poggia répond: «Ici (à l’Usine), certaines personnes sont ouvertement anti-police. Or, quand le lieu est hostile, les policiers sont sur la défensive. Il est difficile d’aborder avec empathie des gens qui ne vous montrent aucun respect. Je peux imaginer que cela puisse causer un peu d’agressivité, mais je n’ai aucun élément qui me dit qu’il y aurait eu des actions disproportionnées de la police.»

    Il devient ainsi clair que la police a (enfin) fait son travail dans un milieu hostile et protégé par des politiciens de gauche. Plusieurs d’entre eux se sentent d’ailleurs proches de l’Usine, l’ont fréquentée ou y ont même exercé des postes à responsabilité. Pour conclure, rappelons-nous encore où les casseurs se sont réfugiés après avoir mis à sac la Ville de Genève et son Grand Théâtre: à l’usine, mais cela a bien sûr dû être une coïncidence.

    http://blog.pierrescherb.ch/2019/07/limpunite-doit-cesser.html

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 14 commentaires
  • Madeleine Scherb explique au Conseil des droits de l'homme la situation actuelle du Cameroun

    Imprimer

    Madeleine Scherb explique en peu de mots la situation du Cameroun. Un éclaircissement indispensable pour qui veut comprendre ce qui se passe actuellement dans ce pays...










    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Sans le savoir, Guillaume Barazzone donne raison à l’UDC

    Imprimer

    Le nouveau programme de l’UDC le dit clairement: »Notre environnement se porte bien. Nos sols et nos cours d’eau sont en excellent état. Les emissions et substances nocives baissent depuis des décennies. Une nature superbe est un des grands atouts de la Suisse.»

    Tout catastrophisme est donc malvenu et ne fait que nuire à la qualité de vie de ceux qui le vivent, c’est-à-dire des Verts et de la gauche en général. Nous n’avons pas besoin de toujours plus de régulations et d'interdictions, mais pouvons continuer la préservation de notre environnement naturel tel que nous le faisons avec grand succès depuis longtemps. Pensons seulement à la protection des forêts pratiquée en Suisse depuis 125 ans.

    Guillaume Barazzone a maintenant suivi le souhait exprimé par le Conseil municipal d’interdire l’utilisation des gobelets en plastique à usage unique. Sont aussi concernés les pailles, les couverts, les assiettes, les contenants en tous genres, les sacs plastique, les bâtonnets pour mélanger les boissons et les tiges des ballons gonflables pour enfants. Mais, diriez-vous, il s’agit donc bien d’une nouvelle interdiction et l’UDC ne veut pas de nouvelles interdictions? Eh bien non. La Ville de Genève n’étant pas compétente pour réglementer en la matière, il ne s’agit en réalité pas d’une interdiction, mais d’une condition pour organiser des manifestations. C’est dans ce sens là que Guillaume Barazzone applique le programme de l’UDC d’appliquer strictement les règles en vigueur.

    Nous lui en sommes reconnaissants.

    + photo

    Lien permanent Catégories : Droit public, Genève, Politique 12 commentaires